PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

L A LAÏCITÉ
Par mon histoire familiale, je suis d’une famille originaire de l’est de la France, maman était enseignante,
catholique, et veuve de guerre 39/45. Depuis 1946 nous avons vécu en Algérie, où maman s’est remariée à un
« pied noir » de confession Israélite.
Toute ma jeunesse s’est passée dans ce pays, avec de courtes vacances en Franche–Comté.
J’ai été amenée très tôt à m’interroger sur le vivre ensemble des différentes religions.
En métropole, la religion Chrétienne, « mère de la nation » disait-on, était très présente, très visible dans les
sphères privées et publiques.
La religion juive, présente dans un village du territoire de Belfort proche de notre lieu de vacances, était
comme absente et muette. Personne ne fréquentait intimement des habitants de ce village et lors de réunions,
de nombreuses plaisanteries de mauvais goût qualifiaient les juifs. J’ai toujours pensé sans comprendre la
raison, que les relations entre ces deux communautés étaient tendues en France.
J’avais d’ailleurs, l’interdiction de communiquer à qui que ce soit la religion de mon beau père. Celui–ci
donnait d’ailleurs le change en vacances.
Très tôt j’ai pensé que la laïcité n’était plus connue de la population métropolitaine puisqu’elle était antisémite.
Aujourd’hui, je crains que la laïcité, soit de moins en moins d’actualité. Cette conception est, comme elle l’a été
en 39 /45, en voie de disparition. Cela va entrainer de graves dérives: anticléricalisme, antisémitisme et
racisme…
Il est du rôle de chacun de se poser la question, qu’est-ce que la Laïcité à la Française en 2018 ?
Les interrogations autour de la loi de 1905 et de la LAÏCITE concernent sa compréhension et l’interprétation
que l’on en a :
– Sommes-nous en capacité de faire abstraction des croyances ou incroyances, d’être neutre, dans un monde en
évolution, dans lequel nous ne sommes pas seuls,
– Sommes-nous en état d’accepter les libertés d’expression (si l’ordre public est respecté) ?
– Sommes-nous de ceux qui veulent qu’un croyant ne soit pas dans l’obligation de cacher sa foi ….?
Lors d’une remarquable conférence sur la laïcité, Monseigneur Vincent JORDY évêque de Saint Claude dans
le Jura, a apporté les réponses aux questions que je me posais sur la laïcité, cette valeur indissociable, du
triptyque inscrit au fronton de nos mairies. LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE.
Historiquement, le lien entre le religieux et le politique est une réalité constante dans l’histoire.
Dans l’antiquité il n’y avait aucune séparation entre les cultes et l’état.
Dans les monarchies chrétiennes comme musulmanes le roi était le plus haut chef religieux.
C’est au Vème siècle que conformément à des textes Bibliques disant « rendez à césar ce qui est à césar et à
Dieu ce qui est à Dieu » que le pape « Gélase 1er » distingue le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel.
Le pouvoir temporel reste néanmoins subordonné au pouvoir spirituel.
Du Vème au Xème siècle, la guerre entre ces deux pouvoirs est continuelle et sanglante.
Au XVIIIème siècle et à la Révolution ces deux principes sont inversés. Alors que l’état (temporel) était dans
l’église (spirituel), c’est l’église qui maintenant est dans l’état.
Après la restauration et au second empire, la troisième république n’achèvera pas le processus de séparation.
Elle ne dénonce pas le Concordat, son objectif prioritaire est de mettre fin à l’hégémonie des catholiques.
La Laïcité fait son apparition dans les lois sur l’école que l’on veut «laïque».
Le concept est porté par deux courants politiques, durs (Clémenceau) et libéraux (Jaurès).
A la révolution en1789, ce sont les libéraux qui l’emportent et, dans la déclaration des droits de l’homme et du
citoyen l’état est neutre, la liberté de conscience est assurée, ainsi que la liberté de culte.
En 1905, la loi n’incite ni à l’anti religion ni à l’athéisme. Elle pose les fondements : « la neutralité de l’état et
garantit l’exercice de tous les cultes ». Elle assure « l’égalité de tous les citoyens sans distinction d’origine de
race ou de religion » Notions qui sont reprise à l’Art. 1er de la constitution de 1958.
Les tensions entre les deux courants politiques (les durs et les libéraux) ne se sont pas éteintes. Le retour des
expulsés revenus servir la Nation pour le conflit 14/18 permet aux plaies de se refermer.
Clémenceau a néanmoins refusé d’aller à Notre-Dame pour célébrer la libération.
L’observatoire de la laïcité, montre que l’application du principe de laïcité « à la Française » était différent
sur le territoire :
« Elle ne s’est appliquée qu’aux citoyens en France métropolitaine. En Algérie (pourtant départementalisée) et
dans les colonies, pour les populations d’origine « indigène », le droit faisait une large place aux coutumes
locales, y compris en matière de place des cultes, de structures religieuses et de leurs ministres ».
« Les immigrés français de ces départements ou colonies qui pouvaient jusqu’alors exercer publiquement leur
religion ont du mal à comprendre, qu’énoncé en 1905, le principe de laïcité qui ne s’appliquait pas pour eux en
Algérie doive s’appliquer pour eux en métropole. »
Nombreux sont ceux qui, pensent avec moi, que cette situation a engendré les problèmes d’intégration
D’autant que :
« Ce principe ne s’applique pas non plus en Alsace -Moselle (régime du concordat) à Mayotte (application de
la loi islamique « charia »), à Wallis-et- Futuna ou le système éducatif est concédé au diocèse catholique (et où
est autorisé le libre exercice des croyances et coutumes locales), en Guyane (ou l’on ne reconnaît que le culte
catholique qui bénéficie de financements public), à Saint Pierre et Miquelon, en Nouvelle-Calédonie et en
Polynésie (où les missions religieuses gèrent des biens utiles à l’exercice des cultes) ….
La séparation du temporel et du spirituel, l’égalité des convictions ou des croyances, (dans le respect de
l’ordre public) la liberté de chacun, ces trois valeurs sur lesquelles repose le principe de la laïcité ont été et
sont toujours oubliées par L’Etat.
C’est la porte ouverte à tous les RACISMES, ANTISEMITISME, ANTICLERICALISME
Anne CHALONS 
Présidente de la Délégation Régionale 
BOURGOGNE -FRANCHE -COMTE
Références :« qu’est-ce que la Laïcité par l’observatoire de
la laïcité Gouvernement.fr » – conférence de Monseigneur Vincent JORDY
« La laïcité n’est pas l’anti religion, ce n’est pas le fait d’interdire l’expression, c’est la fin de l’enracinement
des normes et des valeurs collectives »
Luc Ferry