PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Ancienne résistante, Marie-Hélène Cardot fait partie des 21 femmes qui entrent au Conseil de la République, l’ancêtre du Sénat, en 1946. Elle s’engage particulièrement dans la défense des anciens combattants et des victimes de guerre.

LE 14 AOÛT2020 Par Mathilde Nutarelli

Lorsque Marie-Hélène Cardot fait son entrée au Sénat en tant que sénatrice des Ardennes, en 1946, les femmes françaises peuvent voter depuis deux ans. C’est la Constitution de 1946 qui leur donne accès aux mêmes droits que ceux des hommes, leur permettant ainsi d’être élues. Elles sont 21 à siéger, cette année-là, au Conseil de la République, l’ancêtre du Sénat.

En 1959, Marie-Hélène Cardot est élue vice-présidente du Sénat. C’est la troisième femme à exercer cette fonction, après Gilberte Brossolette et Marcelle Devaud. Elle restera à ce poste jusqu’en 1971, date de fin de son dernier mandat de sénatrice.

Une Résistante qui a échappé de peu à la déportation

Sous l’Occupation, Marie-Hélène Cardot, alors à la tête d’une petite entreprise des Ardennes avec son mari Ernest, s’engage dans la Résistance. Le couple met en place un réseau d’évasion pour les prisonniers de guerre. Elle est arrêtée une première fois en 1941 et internée à Sedan, mais elle est relâchée faute de preuves.

Ernest est assassiné en 1943, mais Marie-Hélène Cardot continue de résister au sein du maquis d’Autrecourt, qu’ils ont constitué. Elle est arrêtée une seconde fois en juin 1944 et incarcérée à Charleville-Mézières. Elle échappe de peu à la déportation en Allemagne.

Elle porte la voix de la Résistance et des victimes de guerre au Sénat

                                                              La sénatrice Marie-Hélène Cardot. Archives du Sénat

C’est avec cette expérience hors du commun que Marie-Hélène Cardot s’engage au Conseil de la République et au Sénat. Au sein de la commission de la Famille et des Pensions puis à la commission des Affaires sociales, elle travaille tout particulièrement en faveur des victimes de guerre. Question orale sur les droits de succession des veuves de guerre, proposition de loi sur les pensions des personnes ayant perdu un enfant à la guerre, nombreux rapports, elle multiplie les interventions et les travaux.

Ces sujets, elle les porte aussi au niveau local. Maire de Douzy dans les Ardennes, conseillère générale du canton de Mouzon, elle préside l’association des veuves et orphelins de guerre des Ardennes et l’association départementale des déportés et des internés.

C’est sûrement cet engagement sans faille qui vaudra à Marie-Hélène Cardot d’être surnommée par Alain Poher la      « Sainte du Sénat ».

Publié le : 14/08/2020 à 10:35 – Mis à jour le : 14/08/2020 à 10:47

Crédits photo principale : Archives du Sénat