PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le Mont-Valérien (Hauts-de-Seine)

Lieu central de l’histoire et de la mémoire de la Résistance, le Mont-Valérien surplombe la vallée de la Seine et Paris, sur le territoire de la commune de Suresnes, limitrophe de Nanterre et de Rueil-Malmaison.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le site a été le principal lieu d’exécution des autorités allemandes en France. Plus de mille résistants et otages y furent fusillés entre 1941 et 1944. Transportés depuis les prisons et les camps de la région parisienne les prisonniers étaient amenés à l’intérieur des fortifications où une clairière servait de lieu discret pour les fusillades. Lors d’exécutions massives, certains d’entre eux furent enfermés dans la chapelle désaffectée où ils passèrent leurs derniers instants, gravant sur les murs d’ultimes messages. Afin d’éviter que les sépultures ne deviennent des lieux de rassemblement et des symboles du martyr de la Résistance, les corps des fusillés furent disséminées de façon anonyme dans différents cimetières de la région parisienne.

Dès la Libération, le général de Gaulle décida d’implanter au Mont-Valérien un monument dédié aux morts de la guerre de 1939-1945. Le 11 novembre 1945, quinze dépouilles symbolisant les phases du conflit furent inhumées dans une crypte provisoire aménagée dans une casemate (un seizième corps s’y ajouta en 1952). En 1954, une urne contenant des cendres prélevées dans des camps de concentration y fut déposée. Le projet initial, relancé après le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, donna lieu à l’inauguration du Mémorial de la France combattante, le 18 juin 1960. Adossé au glacis, face à une vaste esplanade, le monument de grès rose des Vosges de 100 mètres de long est ponctué par 16 hauts-reliefs de bronze aux dessins allégoriques, illustrant  la lutte contre l’ennemi. Au centre s’élève une croix de Lorraine monumentale devant laquelle brûle la flamme de la Résistance. A l’intérieur, la crypte accueille les cénotaphes des 16 Morts pour la France et les cendres des déportés.

Le 20 septembre 2003 a été inauguré un monument “Aux résistants et otages fusillés au Mont-Valérien par les troupes nazies 1941-1944 et à tous ceux qui n’ont pas été identifiés”. Cette œuvre en bronze, reproduction d’un moule de cloche, est installée face à la chapelle des fusillés. De nouveaux aménagements muséographiques ont été inaugurés en 2010 pour compléter l’information du public. Le Centre d’information du Mont-Valérien et ses outils multimédia mettent désormais à la disposition des visiteurs des tables interactives donnant accès à des banques de données sur les fusillés de la région parisienne et les Compagnons de la Libération. Des images d’archives sur la mémoire des fusillés et l’histoire du Mémorial de la France combattante peuvent également être visionnées. Une exposition permanente, Résistance et Répression 1940-1944, installée dans une ancienne écurie face à la chapelle des fusillés, est consacrée à la Résistance, aux fusillés et à la répression en Ile-de-France. Autour de la pièce, une grande fresque photographique d’images de la capitale occupée place les visiteurs dans le contexte de l’époque tandis que le propos historique de l’exposition est exposé sur deux longues tables. Au centre de l’espace, à l’intérieur de deux cimaises courbes, des reproductions de lettres d’adieux des fusillés adressées à leurs familles, témoignent de l’engagement et du martyr de ces hommes pour leur pays.

Mont-Valérien
Avenue du Professeur Léon Bernard
92150 Suresnes