PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

HISTOIRE Crime de masse

Aktion T4 (1939-1941)

Le cimetière de Hadamard (Allemagne) en 1945, où furent enterrées des victimes de l’AKTION T4. Photo Rue des Archives

 « Je recherche des informations relatives à l’opération T4, menée par les nazis au début de la Seconde Guerre mondiale. Combien de Mosellans en furent victimes ? » C. H., Moselle

 Courrier Service du Républicain Lorrain le 3 avril 2020

L’opération T4, ou Aktion T4, correspond à un vaste programme d’euthanasie, déclenché par Hitler en octobre 1939. Son nom de code fait référence au siège de son administration : 4, Tiergartenstrasse à Berlin.

Cette sinistre entreprise semi-clandestine visait à éliminer un certain quota de personnes considérées par l’État nazi comme une charge pour la société, à savoir les handicapés physiques et mentaux, les malades incurables, les aliénés criminels, les personnes « inadaptées ». Des médecins complices sélectionnaient des patients jugés incurables dans les hôpitaux psychiatriques. La méthode adoptée pour les éliminer était surtout le gazage par monoxyde de carbone dans des centres de mise à mort spécialement aménagés dans ce but.

•   Des milliers de victimes

 Ce programme cessa officiellement en août 1941. Il est difficile d’établir un bilan précis du nombre de victimes. On l’estime à environ 70 000 en deux ans, essentiellement des Allemands et des Autrichiens. Toutefois, dans plusieurs centres, les meurtres continuèrent sous d’autres formes : privation de nourriture, négligence, injections létales.

•   Une préfiguration de la Shoah

L’Aktion T4 devint un modèle pour les dirigeants nazis qui élargirent les massacres à d’autres catégories de populations comme les Juifs mais aussi les homosexuels, les Tsiganes. De nombreux prisonniers dans les camps de concentration furent transférés, puis exterminés dans des instituts d’euthanasie à partir d’avril 1941 et ce, jusqu’à la

défaite du Ille Reich en 1945. Selon les historiens, il y aurait eu au total entre 200 000 et 300 000 tués entre ces murs.

On peut considérer l’opération T4 comme le premier crime de masse systématique perpétré par le régime nazi et donc comme une préfiguration de la Shoah.

Le 2 septembre 2014, un mémorial et centre d’information des victimes de la politique nazie « d’euthanasie » a été inauguré à Berlin, sur le lieu historique de l’Aktion T4.

•  En savoir plus

 -Aktion T4 par Michaël Tregenza (Calmann-Lévy, 2011)

– Article « L’Aktion T4 » par Yves Ternon, dans la Revue d’histoire de la Shoah n°199 (2013).

Les instituts d’euthanasie 

Six centres T4, desservant chacun une zone géographique, furent implantés sur le territoire du Reich :

  • à Brandebourg-sur-la-Havel, au nord-est de l’Allemagne (plus de 9 000 victimes entre janvier et octobre 1940)
  • à Bernbourg, dans le Land de Saxe-Anhalt (8 000 morts entre novembre 1940 et août 1943) ;
  • à Grafeneck dans le Wurtemberg (10 600 personnes tuées entre janvier et décembre 1940) ;
  • à Hadamar, près de Coblence dans le Limbourg (plus de 10 000 victimes)
  • à Sonnenstein, près de Pirna en Saxe (environ 14 000 victimes, entre juin 1940 et septembre 1942) ;
  • à Hartheim, près de Linz en Autriche (environ 18 000 tués entre mai 1940 et décembre 1944).

 

Une chose que j’ignorais, mais la réponse n’est pas complète puisque cette personne cherchait à savoir combien de Mosellans en furent victimes ? Malou Lorenzon