PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

12e  Journée de la mémoire mosellane à Dieuze : une grande matinée de transmission
Dieuze avait revêtu ses plus beaux atours à l’occasion d’une grande manifestation patriotique. Il s’agissait de la 12e  Journée de la mémoire mosellane qui a réuni une foule impressionnante.
Une impressionnante forêt de drapeaux s’est dressée sur la place du Marché dieuzoise
Dieuze a été choisie pour commémorer la 12e  Journée de la mémoire mosellane. Dimanche dès 9 h, près des 350 porte-drapeaux venus de tout le département, ainsi que les détachements militaires du CFIM de Dieuze, du service volontaire de Metz et diverses délégations ont pris possession de la place du Marché. Au son de la musique du 1er  régiment de tirailleurs d’Épinal, les honneurs aux drapeaux ont été rendus avant l’arrivée des autorités civiles et militaires.
Salué par le colonel commandant le CFIM, le général Lillo, gouverneur militaire de Metz, a passé les troupes en revue et salué les différentes délégations militaires, les porte-drapeaux et les instances civiles. S’en sont suivis les divers dépôts de gerbes sur la façade de la Porte des Salines, reconstituée pour l’occasion.
L’église trop petite !
Une cérémonie saluée par le public qui a ensuite été invité à se rendre dans l’église Sainte-Marie-Madeleine où autorités et l’assistance nombreuse (l’église était trop petite pour recevoir plus de 1 000 personnes) ont été reçues par la musique des anciens du 18e  régiment de transmission d’Épinal, connu sous le surnom de Grognards.
La lecture de quelques textes par quatre collégiens de Charles-Hermite, un film projeté sur les derniers jours de la Grande Guerre, l’évocation du retour de la Moselle dans l’administration française et la mise en avant des difficultés concrètes s’étant posé à la population d’alors (sur le langage et le mode de vie notamment), ont émaillé la partie civile de cette grande cérémonie. « La mémoire est l’avenir du passé », a notamment déclaré le maire Fernand Lormant, citant Paul Valéry.