PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Une étude complète sur le Struthof a été réalisée par l’historien Robert Steegmann.

Son livre « Struthof -Le KL Natzweiier et ses kommandos » vient d’être publiée par les éditions de la Nuée Bleu et, il est qualifie de première et seule étude au niveau français et international qui soit consacrée à la globalité du système concentrationnaire nazi

Le livre révèle l’ampleur de l’horreur qu’a réservé aux déportés ce camp qui jusque là n’était pas quand il était signalé…., considéré comme étant en Alsace… !!

Le livre, est Issu d’une thèse de doctorat de l’université de Strasbourg, étayée par des archives allemandes, et des témoignage d’anciens prisonniers dans toute l’Europe.

Il comble un manque et, il nous fait découvrir que le STRUTHOF (camp souche), n’est pas qu’un lieu, que nous connaissons au travers les brochures.C’est aussi et surtout une nébuleuse qui avait une terrible fonction et qui a une tragique histoire mémorielle.

Le camp de NATZWELLER (STRUTHOF ), c’était aussi 70 Kommandos ( camps annexes) avec une seule administration commune à tous. Le camps ce n’était pas qu’un lieu géographique,

c’était aussi et surtout, une seule et même administration qui faisait circuler et se déplacer les déportés du camps de concentration d’Alsace, vers d’autres camps annexes d’Alsace Moselle, de Meurthe et Moselle et d‘Allemagne en fonction des « besoins »

Une administration, qui s’occupait de la gestion, et de l’utilisation du camps comme lieu d’expérimentation avec la Faculté de Strasbourg.

Ces études, ont été analysées et étudiées et pour la première fois un fichier des matricules a été reconstitué …..pour des recherches futures …. !!

Les camps annexes ont continué de fonctionner bien après la fermeture du camps alsacien,en 1944 c’est ainsi que les détenus (6600) ont été contraints de rejoindre à pieds les kommandos du sud de l’Allemagne.

Les prisonniers encore en vie, retenus dans les vallées au sud de l’Allemagne ne seront libérés qu’après 1945…

La déportation ainsi que l’utilisation du camp comme lieu d’expérimentations va permettre des études approfondies des sources retrouvées

Tout ce travail repose sur l’utilisation des sources dispersées dans toute l’Europe,tant au niveau des sources primaires que des archives de la justice française et allemande.

Anne CHALONS

Tiré de l’article d’ A. Cornaert

dans les cahiers de l’est Républicain «  un monde a reconstruire »