PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Je remercie Monsieur Philippe Natalini de m’avoir permis de reprendre son texte et ses photos mis sur Facebook

Aujourd’hui, hommage à quatre résistants du secteur de Brignoles (83) assassinés par l’occupant il y a 78 ans jour pour jour.

Dès le début du Débarquement en Normandie, les résistants varois s’organisent pensant, ou ayant été informés à tort, qu’un débarquement en Provence devait se produire simultanément.

Très vite, il apparaît que c’était une fausse alerte. À Vins sur Caramy (83), les armes issues de parachutages dans le secteur, et sorties de leur cache pour être distribuées, sont réintégrées dans la grotte de Vins, pour être laissées à la garde de Dominique LOGIACCO et Sylvain JEAN-BAPTISTE.

Mais les Allemands et des collaborateurs français connaissent l’existence de ces parachutages d’armes, d’autant que l’un d’eux s’est fait par erreur en plein centre de Brignoles. Les perquisitions et les représailles dans le secteur s’enchaînent. Craignant que la cache soit découverte, les résistants décident de vider la grotte de Vins, et déplacent les armes dans les mines de Gragère à Cabasse (83), puis dans celle d’Engarden à la Celle (83) et enfin à la Baume Nord à Mazaugues (83). Plus tard, ces armes équiperont résistants et maquis locaux pour leur combat menant aux libérations du secteur lors du Débarquement de Provence.

Traquant résistants et maquisards, et recherchant les caches d’armes, les Allemands parviennent à mettre la main sur quatre membres de la S.A.P. de Brignoles : Jean MOZZONE, ses deux fils Eugène et Louis, et Théodore LINARI qui sont arrêtés le 27 juillet 1944. Dès lors, les quatre malheureux sont soumis à un très long et pénible interrogatoire.

Le 29 juillet 1944, tous les quatre sont conduits à la grotte de Vins. Malgré les menaces et les tortures, tous refusent d’indiquer où ont été transportées les armes qui étaient censées se trouver là. Les quatre valeureux sont fusillés sur place.

N’oublions jamais le courage et le sacrifice consenti par ces valeureux varois.

Philippe Natalini sur Facebook