PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

1ER MAI.

Ce dimanche 1er mai 2022 férié célèbre la fête du Travail. La tradition est de s’offrir un brin de muguet. Cette fleur à clochettes hautement symbolique a plusieurs visages même si son origine reste incertaine. Elle remonterait au règne de Charles IX. Tout savoir de ses origines et de l’histoire du 1er mai.

Ce dimanche 1er mai, les quelques 14 000 fleuristes de France s’apprêtent à exposer leurs plus beaux bouquets de muguet devant leur commerce. Car chaque 1er mai, la tradition veut que l’on s’offre un bouquet ou un brin de muguet en guise de fleur porte-bonheur (et c’est encore mieux si votre brin de muguet comporte 13 clochettes !). Ainsi, pour les fleuristes, la fête du travail correspond chaque année à une journée très importante pour leur chiffre d’affaires (environ 7 millions d’euros chaque année pour une production de près de 60 millions de brins de muguet). Et il faut souligner que chaque 1er mai, même la vente de muguet sans permis est tolérée dans la rue.

La tradition de s’offrir un brin de muguet “porte-bonheur” chaque 1er mai a en effet un passé fort lointain. A la période de la Rome antique, les Florales – des fêtes données en l’honneur de la déesse des fleurs Flora – mettaient à l’honneur le muguet, alors partagé en quantité. Quant aux Celtes, ils célébraient sa floraison avant le début de l’été. En France, la tradition remonterait à l’époque Renaissance de Charles IX qui, le 1er mai 1561, décida d’offrir du muguet chaque 1er mai aux dames de la cour. Une tradition qui fût récupérée à La Belle Epoque par Christian Dior et d’autres célèbres couturiers qui offraient le muguet à leurs employés… Tout savoir sur l’histoire de la fête du Travail, la tradition du muguet et la raison de ce jour férié dans le dossier ci-dessous.

Pourquoi le muguet est le symbole du 1er mai ?

Tout a semble-t-il commencé au Moyen Âge, avec l’arrivée de cette fleur japonaise sur le continent européen. Le “lys des vallées”, autre petit nom du muguet, symbolise depuis longtemps la saison du printemps. Au fil des époques, la plante a pris une place de plus en plus importante dans l’imaginaire collectif au moment du 1er mai. Et c’est d’ailleurs un 1er mai qu’est véritablement née la tradition bien connue du muguet :

Selon une légende grecque, le muguet a été créé par le dieu Apollon, qui en recouvrait le sol pour que les pieds de ses muses restent à l’abri. La religion chrétienne associe elle la fleur à la Vierge Marie, dont les larmes au pied de la croix auraient fait pousser les premières fleurs de muguet. Les Celtes et leur tradition nordique considèrent le muguet comme un symbole porte-bonheur du début de l’été. Ils mettent d’ailleurs sur pied des “arbres de mai” pour chasser les mauvais esprits. Bref, plusieurs croyances ou traditions sont depuis très longtemps liées au muguet.

En France, la tradition du muguet remonterait à la Renaissance. Le 1er mai 1561, le roi Charles IX décide d’officialiser le fait d’offrir chaque année un brin de muguet aux dames composant la cour ce jour-là du calendrier. Le monarque avait lui-même reçu un brin de muguet à cette date comme présent “porte-bonheur”, lors d’une visite à la campagne.

Si les couturiers offraient des brins de muguet à leurs clients le 1er mai au début du 20e siècle, il a fallu attendre l’influence du gouvernement de Vichy du maréchal Pétain pour que le muguet soit associé à la fête du travail en tant que telle, au début des années 40, quand le “jour du muguet” et le “jour du travail” se sont mis à coïncider. Le 24 avril 1941, le maréchal Pétain instaure le 1er mai comme “Fête du travail et de la Concorde sociale”.

Muguet : un porte-bonheur au 1er mai, pourquoi ?

Pourquoi le muguet est-il une plante porte-bonheur ?

Savez-vous pourquoi le muguet est à l’honneur le jour de la Fête du Travail ? Si la fleur à clochettes blanches est vendue le 1er mai, c’est d’abord une question de tradition qui remonte à 1561. Charles IX, qui avait reçu un brin à cette date, décida d’en offrir aux dames de la cour chaque année. Puis la tradition est devenue réellement populaire en 1900 où le muguet se retrouva au centre d’une fête organisée par les couturiers parisiens le 1er mai. Dans le langage des fleurs, le muguet est un porte-bonheur depuis le Moyen-Age, tout simplement parce qu’il symbolise le retour du printemps et annonce les beaux jours. Mai était aussi le mois des mariages et les fiancés accrochaient un bouquet de muguet à la porte de leur future épouse. Lorsque vous recevrez ou offrirez du muguet, comptez le nombre de clochettes : s’il y en a 13, c’est un symbole de félicité éternelle !

Quelle est l’origine du 1er mai ?

Avant même l’avènement du monde ouvrier ou la célébration du muguet, le 1er mai était une date de rituels. Pour les Celtes, cette date marquait la fête de Beltaine : elle marquait le passage de la saison sombre à la saison claire, la reprise de la chasse, de la guerre. Cette “renaissance” est liée à Belenos (incarnation en lumière du dieu Lug). Selon les textes, des druides allumaient des feux, chargés de protéger symboliquement le bétail des épidémies. Cette fête s’opposait donc à Samain – ancêtre de notre Toussaint – qui marquait le retour aux ténèbres. Des traces de ces pratiques subsistent lors de la nuit de Walpurgis, une célébration païenne christianisée : de grands feux étaient allumés en Allemagne, en Suède ou en Europe centrale.

Les esprits sont omniprésents dans ces traditions. En Moselle-Est et en Basse-Alsace, on parle de “nuit des sorcières” (Hexennacht, en Platt, le francique lorrain). Les enfants patrouillaient le soir – il y a vingt ans encore – afin de subtiliser tous les objets trouvés dans les jardins pour les regrouper au centre du village, faisant penser à une intervention surnaturelle. Aujourd’hui, la principale trace de ces célébrations est l’Arbre de mai – le Maibaum – particulièrement présent dans le sud de l’Allemagne. Dans les villages de Bavière, de Souabe ou de Rhénanie, la tradition veut que l’on dresse un mât en bois orné d’une girouette ou de blasons. C’est l’occasion d’organiser des réjouissances arrosées aux sons des fanfares. L’un des attraits de la fête consiste à subtiliser nuitamment l’arbre du village voisin.