PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

En mai 2021, Emmanuel Macron s’était engagé à créer un statut “Mort pour le service de la République”, notamment destiné aux soignants décédés du Covid-19.

  • Le HuffPost

Au même titre que les militaires ou les policiers, les soignants décédés du Covid-19 vont bénéficier d’un statut “Mort pour le service de la France”. 

COVID-19 – C’est un décret publié au Journal officiel ce samedi 26 mars qui relance la proposition d’Emmanuel Macron datée de mai 2021. Ce décret va permettre aux soignants décédés pendant l’épidémie de Covid-19 de bénéficier de la distinction “Mort pour le service de la République”.

D’après les informations contenues dans le décret, tous les “professionnels de santé, des agences régionales de santé et des établissements et services médico-sociaux” profiteront de ce statut sur leur acte de décès. La mesure concerne les soignants décédés entre le 1er janvier 2020 et le 31 juillet 2022.

C’est Emmanuel Macron qui avait souhaité la mise en place de cette distinction le 21 mai 2021 dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de la présidence française. 

Les enfants de soignants reconnus “pupilles de la République”

Dans cette vidéo, le chef de l’Etat avait d’ailleurs précisé qu’une aide particulière serait accordée aux enfants de ces soignants avec un “soutien matériel et moral pour les aider à se relever”. Une aide rendue possible par Emmanuel Macron, qui souhaitait permettre ”à leurs fils, leurs filles de devenir des pupilles de la République”. 

La proposition d’Emmanuel Macron faisait écho à un vide pour ces soignants en première ligne au plus fort des vagues de Covid-19, là où policiers et militaires bénéficiaient déjà d’un statut similaire: “Mort pour la France” et “Mort pour le service de la Nation”. 

Le statut “Mort pour le service de la République” vient donc compléter cette liste pour “ceux qui sans nécessairement être militaires ou policiers, meurent, alors qu’ils accomplissent leur mission de service public”, avait expliqué Emmanuel Macron dans cette vidéo. 

Comme le souligne Le Parisien, reprenant les chiffres de Santé publique France parus le 17 mars dernier, 19 personnes sont décédées des suites d’une infection au Covid-19, parmi lesquels cinq médecins, cinq aides-soignants, un infirmier, deux professionnels de santé classés “autres” et six professionnels non-soignants