PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le 25 décembre 1918, l’armée américaine organisa dans la cité une immense fête de Noël à laquelle participèrent plus de 4 000 personnes. Un événement qui s’est notamment déroulé en présence de Margaret Wilson, fille du président des Etats-Unis.

Par Vosges Matin – 22 déc. 2021

L’armée américaine défilant lors d’une cérémonie sur la place Jeanne d’Arc en 1918.

Alors que la Grande Guerre était terminée depuis peu, pour la première fois depuis quatre ans les cloches des églises carillonnaient joyeusement Noël. Un peu partout en Lorraine, les divisions de l’armée américaine quittaient le territoire, mais pas encore Neufchâteau.

Et ici, l’état-major et les soldats établis depuis plusieurs mois décidèrent d’organiser une grande fête, annoncée dans l’Est Républicain du 18 décembre 1918 : « Des fêtes se préparent pour la Noël, où les petits orphelins de la guerre et les enfants des écoles auront leur grande part ». Un « Comité du Noël américain de Neufchâteau » s’était même formé sous la présidence du colonel William E. Horton, et le 25 décembre, la « Christmas Celebration » se tenait au Parc de Réserve Automobile Américain, installé à Beauséjour.

L’armée américaine lors d’une cérémonie sur la place Jeanne d’Arc en 1918.   Photo VM /

L’Est Républicain du 30 décembre raconte que dans un immense hall illuminé à l’électricité, plus de 4 000 personnes prirent place. « Dans le fond une scène avait été montée et décorée par un grand arbre de Noël de 7 mètres de haut et tout étincelant de feux multicolores ».

Personnalités civiles et militaires avaient été conviées ; le maire Edouard Clément était absent « pour raisons de santé ». Autre invité de prestige excusé, le président américain, qui envoya un télégramme depuis Paris : « Je crains fort qu’il ne me soit pas possible de me rendre à la célébration de Noël, mais si je ne suis pas là, veuillez transmettre mes chaleureuses salutations à ceux qui sont présents et dites-leur combien sincèrement mon cœur va vers eux au jour de Noël. Woodrow Wilson. » Un président absent mais sa fille, elle, était présente : Miss Margaret Wilson « fut présentée par un chœur de jeunes filles » et chanta des airs du pays. On lui offrit au nom de la municipalité un coffret en acajou, avec ses initiales, « modeste souvenir, qui vous rappellera votre passage à Neufchâteau ».

On distribua ensuite des cadeaux « à 1 100 orphelins de guerre et enfants des écoles » : des vêtements, jeux, jouets et bonbons, puis « les enfants furent conviés à goûter des glaces et des gâteaux […] Chacun, ébloui par de si belles choses, allait rêver à la générosité du Père Noël d’Amérique !