PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com
De commémorations en commémorations, nous suivons les hommages qui se multiplient en ce mois de septembre dans notre département.
Hommages qui mettent en lumière le courage des jeunes hommes de l’époque, la résistance, la libération de nos villes ,de nos villages au prix de sacrifices humains , au prix de douleurs qui ne peuvent s’effacer !
Nous relayons ce pan de l’histoire à notre jeunesse pour que nul n’oublie dans ce monde chaotique le sens des mots “Liberté” et “Respect !”.

La bataille pour la libération de Baume-les-Dames débuta le 5 septembre 1944 à six heures du matin. Le 4e régiment de tirailleurs tunisiens, des éléments du 3e spahis algérien et le groupe de FFI de Baume franchirent le pont sur le Doubs avec pour mission de contrôler l’axe routier Belfort-Besançon. Appuyés par des canons de 75 du régiment de tirailleurs, ils détruisirent deux chars et un convoi ferroviaire allemand. À 9h30 les objectifs furent atteints empêchant les forces allemandes d’utiliser la route et la voie ferrée. Les habitants se réfugièrent dans les caves, les abris et le tunnel de la voie ferrée.
À 14 heures une contre-offensive allemande fut menée par trois chars Panther de la 11e panzer division, trois compagnies de Panzer grenadiers et quatre canons autos-moteurs de 150mm. Les forces françaises subirent l’assaut mais durent se retrancher sur la rive gauche du Doubs.
Les Allemands capturèrent les soldats français et les FFI qui n’avaient pas pu se replier.
Sept gendarmes de la brigade de Baume-les-Dames qui avaient ralliés le maquis furent tués. Le maréchal des logis chef Jean Clairgironnet fut tué par un obus et le maréchal des logis François Marion blessé, mourut brûlé dans l’incendie par les Allemands de la maison où il était retranché.
Cinq gendarmes furent fusillés : Henri Beauchet, Louis Bourgon, André Guichard, Raymond Mauveau, Émile Sorret, exécutés au lieu-dit “En Croyot” le 5 septembre.
D’autres résistants et des militaires réussirent cependant à s’échapper en traversant le Doubs en barque sous le feu ennemi ou cachés par des habitants. Il y eut 22 tués dans la Résistance.
Le 7 septembre les batteries américaines commencèrent à pilonner la ville. Le bombardement d’artillerie durera 48 heures. Dans la nuit du 8 au 9 septembre, les troupes américaines, françaises et les FFI passèrent à l’assaut et investirent la ville qui avait été évacuée par les Allemands la nuit précédente. Le 9 septembre Baume était libérée mais une grande partie de la ville était en ruines.
Liste des victimes :
BEAUCHET Henri, Roger
BOURGON Louis, Charles, Eugène
CACHOT Georges, Marie, Lucien
CHARRIÈRE Claude, Marius, Maxime
CLAIRGIRONNET Jean, Raymond, Joseph
FAIVRE François, Louis, Constant
GRAMMONT Jean, Marius
GUICHARD André
HOSATTE Marcel, Alfred
LAURENT Camille, Léon
LECUYER, Marcel, Michel, Clément
MAIROT Marcel, Michel, Augustin
MARION François, Constant
MAUVEAUX Raymond, Édouard
MONNIER René, Alphonse
MOREL Georges, Émile
PERRIARD Auguste, Élisée
REGAD PELLAGRU Pierre, Léon, André, Maxime
RENAUD Félix, Marie, François
SCHIESSER Paul, Marie, André
SIMPRIST Marius, René, Justin
SORRET Émile, Louis

Sources

SOURCES : UNPR, Commémoration de la libération de Baume-les-Dames UD 25.— L’Est Républicain du 6 septembre 2018 Baume-les-Dames 5 septembre 1944 : début de la libération de la ville et du 19 septembre 2019 Le 5 septembre 1944 débutait la libération de Baume-les-Dames.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy