PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

  Anna NHO    une femme au parcours insolite

Mon nom est Anna NHO. Je suis née à Vladivostok, dans la région de Primorsky, en URSS, le 25 Novembre 1927. Ma famille était Coréenne. Ma mère enseignait le Coréen, et mon père était pêcheur. Notre famille possédait une petite île et un bateau à moteur pour la pêche professionnelle. Quand notre père mourut, assez jeune, il laissa douze enfants dont j’étais la plus jeune. Nous avons donc dû demander de l’aide au gouvernement. Un de mes beaux-frères était le premier secrétaire de la branche locale du parti Communiste, et il put nous organiser une rencontre privée avec certains dignitaires officiels du gouvernement. Nous consentîmes à laisser notre île et la société de pêche de mon père au gouvernement. En échange, on nous accorda une maison et des terres en fermage. La vie devint plus confortable grâce à ça. En 1937, de nombreux Coréens furent déportés depuis l’extrême orient russe. Nous fûmes transférés vers Karaganda au Kazakhstan. Des tentes y étaient installées, avec plusieurs familles dans chaque, mais il y faisait si froid que tous les jours, quelqu’un mourait. Alors on décida soudain de nous transférer à Bukhara en Ouzbékistan. Ils nous chargèrent tous dans des trains de marchandises.

Notre oncle, qui était avec nous et n’en pouvait plus, décida d’aller rencontrer Staline à Moscou. Il l’avait déjà réellement rencontré avant. Il avait une photo d’eux ensemble, qu’il gardait tout le temps sur lui. Il disait qu’il irait à pied jusqu’à Moscou s’il le fallait. Nous pensions tous qu’il allait en mourir, mais il y arriva ! Il ressemblait à un sans-abri et essaya à plusieurs reprises d’entrer au Kremlin. On le laissa finalement entrer après qu’un des officiers du NKVD (Commissariat aux Affaires Internes) ait dit à Staline qu’il y avait un homme persévérant, déterminé à le voir. Staline se souvenait de lui, alors ils lui donnèrent de quoi manger et se laver, et ils se mirent finalement à parler.

Staline lui dit : « Je ne peux pas t’aider, mais voici ce que je peux te proposer : je t’envoie à Ordzhonikidze, dans le Caucase, où ils ne savent pas cultiver le riz. Tu pourras les aider à mettre en place un Kolkhoz pour le riz ». Quelque temps plus tard, nous vîmes dans les journaux que notre oncle nous recherchait, nous partîmes donc pour le Caucase. Après ça, tout alla bien : maman se remaria, reprit des études et trouva du travail.

Puis, en 1941, alors que j’étais en troisième (environ…), j’entendis à la radio que la grande guerre avait éclaté. Je vis une annonce sur le panneau d’affichage de l’école disant que notre patrie avait besoin de volontaires. Je passai donc mon examen d’entrée en seconde en juin, et le 1er juillet, je m’engageai comme volontaire et en tant qu’enfant de la patrie. Je devins membre du Komsomol (organisation politique des jeunesses soviétiques) sur le front nord du Caucase. Je me mis à prendre des cours de médecine et devins infirmière de guerre, pour donner les premiers soins aux soldats. J’étais sur le front jusqu’à ce que Staline ordonne à tous les volontaires mineurs de retourner à leurs études en 1943.

Je repartis donc dans ma famille. Peu de temps après, nous fûmes évacués vers le Kazakhstan. J’avais plusieurs emplois en même temps et me déplaçais beaucoup, mais il était troublant de voir à quel point les gens me traitaient différemment parce que j’étais Coréenne. Un gars dans un Kolkhoz, où je travaillais, me traita de menteuse – pour lui aucune Coréenne n’était autorisée à être sur le front. J’étais tellement en colère que je lui jetai une bouteille d’encre, ce qui faillit me faire éjecter du Komsomol ; mais peu après cet incident, ma famille déménagea à nouveau. On nous ordonna de travailler dans un Kolkhoz pour le riz, mais je travaillais déjà comme infirmière. Il y avait une épidémie de typhus et quiconque avait des connaissances médicales était très demandé. Je travaillais dans un hôpital le matin et au bureau du Komsomol le soir (je fus même une fois responsable d’agitation au sein du parti dans notre kolkhoz).

J’avais toujours été dévouée au Parti et fus toujours loyale aux idéaux du Komsomol, malgré la façon dont ma famille et les autres Coréens étaient déplacés sans arrêt dans toute l’Union Soviétique par Staline et le Parti Communiste. Ma jeunesse et celle des autres Coréens fut très dure à cause de ça. Néanmoins, la loyauté était quelque chose de primordial.

En 1948, je déménageai à Almaty ( KAZAKHSTAN) sans papiers, juste ma carte du Komsomol et des médailles. Je dus me battre au début parce qu’il était virtuellement impossible de travailler sans papiers, mais finalement j’eus de nouveaux papiers et trouvai un travail comme caissière. Ensuite, les événements s’enchainèrent. Je continuai mes études tout en travaillant dans un commerce. Je travaillais aussi dans un dépôt ferroviaire. J’étais très active dans ma communauté, et je restais toujours loyale au Parti et au Komsomol. J’ai toujours pensé que mon travail était de faire le bien pour la société.

En 1949, je fis un mariage heureux. Mais mon mari travaillait pour le gouvernement et fut tué en mission. Mes deux fils sont morts. Le premier de maladie, le second fut tué tragiquement en service comme policier. Il sauva une femme d’un incendie mais ne put en réchapper lui-même. Alors oui, la vie a été dure. Mais beaucoup de ces souvenirs me remplissent de joie et de bonheur.

 

NDA : traduit de l’Anglais par Tristan PASSEPONT. 

          Sasha MASLOV, Ukrainien et photographe de métier a recueilli près d’une centaine de témoignages de témoins survivants de la deuxième guerre mondiale en se déplaçant dans 23 pays de 2010 à 2014. A cette date la plupart d’entre eux sont décédés.                        

            sources : revue spécialisée d’Histoire. sites internet.