PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le Struthof a ravivé sa mémoire (DNA) 

Ce week-end est l’occasion pour le site de l’ancien camp du Struthof de raviver la flamme mémorielle. La crise sanitaire avait mis les commémorations en veilleuse.

Le Centre européen du résistant déporté a été le cadre, ce samedi, d’une cérémonie nationale du souvenir presque normale. 200 personnes étaient présentes pour l’occasion, dont deux anciens déportés, Pierre Rolinet, 98 ans, et Henri Mosson, 96 ans.

C’est Isabelle Saurat, secrétaire générale pour l’administration du ministère des Armées qui a présidé l’événement, auquel participaient notamment Frédéric Bierry, président du conseil départemental du Bas-Rhin et André Woock, maire de Natzwiller.

Pierre Rolinet est intervenu dans un discours poignant (lire également en pages région) et Isabelle Saurat a confirmé que les travaux de restauration menés dans l’ancien camp nazi allaient se poursuivre. Ce camp de concentration est « une trace tangible, a-t-elle estimé, et nous les conserverons. Elles aident à vivre ensemble, dans la paix des nations ».

Des descendants de déportés, dont Liliane Carré, la fille d’Yvon Carré, enterré au Struthof, ont déposé une rose rouge sur la tombe de leurs aînés, martyrisés par les nazis. Les sépultures du site sont désormais enherbées et comportent de nouvelles plaques nominatives mises à jour. Le mémorial, avec sa flamme de pierre, a été entièrement restauré. Les deux ensembles ont été inaugurés ce samedi matin. L’enveloppe nécessaire à ces travaux se monte à 2,9 M€. Les miradors sont en cours de reprise et la chambre à gaz suivra, tout comme la construction d’un local pour la conservation d’objets et l’aménagement d’un parking.

Le Struthof a restauré sa mémoire

Ce week-end, le site du Struthof a retrouvé une vie presque normale. Plusieurs cérémonies, empêchées par le Covid-19, ont eu lieu, tout comme l’inauguration des travaux de restauration de son mémorial et de sa nécropole nationale.

Le CERD (Centre européen du résistant déporté) qui gère le site de l’ancien camp de concentration nazi du Struthof (52 000 déportés en ce lieu et ses annexes) organise plusieurs cérémonies du souvenir, chaque année. En 2020, la plupart ont été empêchées, du fait de la crise sanitaire ou ont pris une forme réduite.

Ces samedi et dimanche, avec une jauge toutefois limitée à 300 personnes (un peu plus de 200 étaient présentes), la cérémonie nationale du souvenir a pu se tenir. Tout comme, notamment, l’inauguration des nouvelles plaques du chemin des Déportés, entre Rothau et le camp.

ANOPEX 67

Didier Loeffler

Aujourd’hui, samedi 12 septembre, j’ai participé en compagnie d’un représentant de la Moselle à l’inauguration du Mémorial et de la Nécropole restaurés, au Struthof

Monsieur Loefler de l’ANOPEX du Bas-Rhin a permis que soient reproduites ses photos à condition de citer leur source à savoir l’ANOPEX 67

Monsieur Frédéric Bierry  a transmis les photos prises par Alexandre Schlub/CD67

Le parvis de la tombe du déporté inconnu et la flamme de pierre ont été rénovés.

Félicitations aux élèves du collège Frison Roche de la Broque pour le travail réalisé sur les panneaux du chemin des déportés.

La Flamme ne doit jamais s’éteindre : transmettre le souvenir de l’Histoire pour ne jamais plus revivre les drames du passé.

Daniel Bill notre porte-drapeau de la FNAPOG Moselle nous a fait parvenir les photos suivantes :

Struthof : les Luxembourgeois représentent les Néerlandais

Dimanche, dernier jour des cérémonies de commémoration et d’inauguration après travaux au site du Struthof, était réservé à l’accueil des amicales néerlandaise et luxembourgeoise des anciens prisonniers et des familles de disparus de Natzweiler-Struthof.