PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Malgré-Nous : Incorporé de Force deux jours avant la libération de Strasbourg

 

Il y a 78 ans, le 25 août 1942, était publié le décret instaurant l’incorporation de force pour les Alsaciens. Né dans la vallée de la Bruche en novembre 1928, Florent Holveck fut l’un des derniers Malgré-Nous : quand il est parti pour le RAD puis la Wehrmacht, il n’avait pas encore 16 ans.

Par Hervé de CHALENDAR

Quand la Seconde guerre a été déclarée, il n’avait que 10 ans ; ceci ne l’empêchera pas de se retrouver sur le front russe… Florent Holveck est né il y a 92 ans, le 28 novembre 1928, à Wackenbach, un hameau de Schirmeck, où il vit toujours. À partir de la rentrée 1940, alors que le camp de redressement de Schirmeck se met en place à quelques centaines de mètres de chez lui, ce petit Welche découvre la langue allemande dans une école où chaque journée commence par un « Heil Hitler ! » le bras levé. En 1942, il commence un apprentissage pour devenir menuisier. Et à la fin de l’année 1944, il doit partir pour le RAD, le Reichsarbeitsdienst , cette formation militaire qui servait de prélude à la Wehrmacht.

« Ich schwöre… nicht ! »

Le départ est programmé pour le 21 novembre 1944. Soit une semaine avant ses 16 ans, et, surtout, deux et quatre jours avant, respectivement, les libérations de Strasbourg et de Schirmeck… « Depuis des mois, on entendait le canon à l’Ouest, mais le front ne bougeait pas, raconte aujourd’hui Florent Holveck. On en a parlé avec mon cousin Christophe, qui devait partir avec moi : si l’arrivée des libérateurs traînait encore, nos parents risquaient d’être expulsés. Il y avait eu un cas au village… Les miens étaient âgés, mon père avait fait 14-18 côté allemand. C’était un cas de conscience. Et puis ce n’était encore que le RAD, pas la Wehrmacht… » On pourrait croire que partir à la guerre quand celle-ci se termine est un moindre mal ; le parcours de Florent, qu’il a mis par écrit en 1999 à destination de ses petits-enfants, raconte l’inverse.

Le 21 novembre, donc, les cousins prennent le train à Saverne avec quelque 200 Bas-Rhinois des classes 27 et 28. Deux jours plus tard, ils arrivent dans un camp à Arneburg, près de Magdebourg, sur les bords de l’Elbe. Le travail de Florent consiste à retaper un camp voisin. « Bien sûr qu’on a appris que Strasbourg était libéré ! Un copain a reçu un colis avec du chocolat américain, qu’on a partagé… »

Quatre mois plus tard, le 11 mars 1945, alors que le dernier coin d’Alsace encore occupé (le nord du Bas-Rhin) s’apprête à être libéré, Florent est officiellement versé dans la Wehrmacht, sans transition avec le RAD. Lors de la prestation de serment, après la phrase « Ich schwöre » (« Je jure »), il rajoute tout bas la négation « nicht »… « Après, il y a eu le moment du chant. Mais il y a eu un decrescendo et le chant s’est arrêté en plein milieu, dans un silence. Nous n’étions que des Alsaciens… »

Fusillés devant leurs camarades

Deux semaines plus tard, ces gamins sont envoyés sur le front de l’Est, à Drehnow, sur la ligne Oder-Neisse. Le dimanche 8 avril, deux jeunes de La Broque, Edmond Krantz (classe 28) et Léon Oechsel (classe 27), tentent une évasion ; ils sont repris le mercredi et fusillés le vendredi matin. Tous leurs camarades alsaciens doivent assister à la scène. À 9 h, dans une carrière de sable, les condamnés à mort de 16 et 17 ans sont ligotés à des piquets. « Je baissais la tête…, se souvient Florent. Je l’ai relevée quand j’ai entendu les détonations. Un officier a sorti son revolver et est allé donner le coup de grâce à chacun d’eux. Au RAD, Krantz avait son lit à côté du mien… Quand vous voyez ça à 16 ans… » Des plaques leur rendent hommage, aujourd’hui, dans le cimetière de La Broque. Il se raconte qu’à la même période une trentaine d’Alsaciens ont voulu se rendre aux Russes, et qu’ils ont été abattus à la fois par les Russes et par les Allemands : « Mais ça, je l’ai entendu, je ne l’ai pas vu… »

« Redevenir des êtres humains »

Les enfants d’Alsace sont désormais au cœur de l’enfer, en première ligne face à l’offensive russe. Ils traversent un paysage d’apocalypse. Aux horreurs de la guerre (déluge de feu, morts en pagaille, maladies) s’ajoutent les drames des civils : Berlin en flammes, les maisons pillées, les colonnes de réfugiés… « J’ai même vu un chameau tirer une voiture ! »

À plusieurs reprises, par miracle, les cousins survivent à des pluies de projectiles. Une vingtaine d’années plus tard, lors d’une visite de la médecine du travail, un de leurs copains aura la surprise d’apprendre qu’une balle russe était toujours fichée dans son côté… Des prisonniers français proposent à Florent et Christophe de leur donner des habits et de les garder avec eux ; ils n’osent pas : le souvenir d’Edmond et de Léon est encore trop frais.

Le 28 avril 1945, soit une dizaine de jours avant la capitulation allemande, ils sont faits prisonniers par les Russes à Halbe, au sud de Berlin. Le début de la fin ? Pas vraiment… Ils sont envoyés vers l’Est, sur « des routes pleines de sang », et pas seulement au sens figuré. Ils vont de camp de prisonniers en camp de prisonniers, et ceux-ci sont situés toujours plus loin : en Pologne, en Ukraine, en Russie…

Cette fois, c’est surtout la maladie qui menace l’adolescent. Il leur arrive de dormir dans des champs, sans abri, comme des bêtes. Florent arrive à Tambov le 16 septembre. Le temps de faire connaissance avec les rats (« Ils grimpaient sur nous la nuit ») et il en repart le 26. Cette fois, la fin est vraiment en vue. Pendant le retour, en train, Florent commence à se requinquer. « Nous nous sentions redevenir des êtres humains… »

Il est à Paris le 24 octobre et à Strasbourg dès le lendemain. Il prend aussitôt un train pour la vallée de la Bruche. Quand il arrive à Wackenbach, sa mère vient de recevoir un télégramme annonçant son « retour imminent ». On pleure, on défaille, on saute de joie… Et on s’inquiète aussitôt pour Christophe, le cousin, qui n’est pas avec Florent ; il rentrera dix jours tard. « Je ne tenais pas en place : je n’arrivais pas à réaliser que j’étais de retour à la maison ! » En partant de Tambov, Florent pesait moins de 40 kilos. Quand il reprend le travail, le 2 janvier 1946, il en pèse 70. Il vient d’avoir 17 ans. Sa vie peut commencer.

21 classes d’âge concernées

En Alsace-Moselle, l’incorporation de force a concerné, selon Nicolas Mengus (dans son livre Les Malgré-Nous , éditions Ouest France, 2019), 21 classes d’âge allant des années 1908 à 1929.

Selon cet historien, les incorporés de force de la classe 29 l’ont été dans les parties non encore libérées de l’Alsace à l’hiver 44-45.