PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Opération Barkhane : Mort d’un soldat de la Légion étrangère blessé au Mali

TERRORISME Le brigadier est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital militaire de Clamart, portant à 42 le nombre de militaires français tués au Sahel depuis le début de l’intervention française en 2013

20 Minutes avec AFP   Publié le 02/05/20 à 10h17 — Mis à jour le 02/05/20 à 12h46

Des militaires français dans la région du Liptako, au Mali, où deux militaires français ont été blessés en avril 2020 (photo d'illustration)

Des militaires français dans la région du Liptako, au Mali, où deux militaires français ont été blessés en avril 2020 (photo d’illustration) — Daphné BENOIT / AFP

Un légionnaire de la force française Barkhane, blessé le 23 avril au Mali lors d’une opération contre des djihadistes, est décédé des suites de ses blessures vendredi à l’hôpital militaire de Clamart près de Paris, a annoncé ce samedi l’Elysée. Le brigadier Dmytro Martynyouk avait été blessé par l’explosion d’un engin explosif improvisé, a précisé le président Emmanuel Macron dans un communiqué, en saluant « le courage des militaires français engagés au Sahel ».

Dans un communiqué, l’état-major des armées a précisé que le 23 avril, « un camion-citerne de la force Barkhane » avait été atteint par un engin explosif improvisé dans le Liptako – soit dans la zone particulièrement instable dite des « trois frontières » (Mali, Niger, Burkina Faso) – blessant « le conducteur et le chef de bord du véhicule ».

Les deux militaires avaient été évacués vers la France le 24 avril pour y être soignés. Le brigadier Dmytro Martynyouk est décédé le 1er mai à l’hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), tandis que « l’état de son camarade est stable, et son pronostic vital n’est pas engagé », selon l’état-major.

Un légionnaire originaire d’Ukraine

Ce décès porte à 42 le nombre de militaires français tués au Sahel depuis le début de l’intervention française en 2013, avec l’opération Serval, selon un comptage effectué à partir de chiffres publiés par l’état-major.

Né à Volotchysk en Ukraine, le brigadier Dmytro Martynyouk, qui était âgé de 29 ans, célibataire et sans enfant, a accompli toute sa carrière au 1er régiment étranger de cavalerie de Carpiagne au sud de Marseille, a précisé l’Armée de terre.

Il s’était engagé en septembre 2015 dans la Légion étrangère où il a successivement servi comme pilote, chargeur d’obus puis tireur sur véhicule blindé. Après une mission à Djibouti en 2017, il avait été déployé comme chef de bord de véhicule blindé léger au Mali où il servait aussi comme conducteur de poids lourds.

La ministre des Armées Florence Parly s’est inclinée « devant l’engagement [du brigadier Martynyouk] qui incarne la force de la Légion étrangère ». « La France est reconnaissante envers ceux qui l’ont choisie, envers ceux qui donnent leur vie pour elle », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Les effectifs de Barkhane en hausse

Ces dernières semaines, l’armée française a multiplié les offensives dans cette région du Sahel, y revendiquant la « neutralisation » de plusieurs dizaines de djihadistes au total depuis le début de l’année.

Les effectifs de Barkhane sont récemment passés de 4.500 à 5.100 militaires. Paris espère que ce renfort permettra d’inverser le rapport de forces sur le terrain, où les groupes djihadistes ont multiplié les attaques ces derniers mois.

Emmanuel Macron a « salué la détermination (des militaires français) à poursuivre leur mission qui permet de porter des coups sévères à l’ennemi, aux côtés de leurs frères d’armes sahéliens ».

Dans cette crise du Covid -19, n’oublions pas le terrorisme toujours présent, qui a à nouveau coûté la vie à un des nôtres. 

Malou Lorenzon

Vice Présidente