PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

MA MERE

Faible et plaintif, quand je vis la lumière,

Qui me pressa sur son cœur palpitant ?

Presque mourante, et pâle encor, mais fière,

Qui de baisers couvrit mon corps naissant ?

Ce fut ma mère

Pour soulager ma faiblesse première,

Qui de sa vie épuisa les ressorts ?

Pour me nourrir sous un toit solitaire,

Qui de son sein prodigua les trésors ?

C’est toi ma mère !

Au doux sommeil arrachant sa paupière,

Qui veilla seule, attentive à mes cris,

Et, l’œil fixé sur ma couche légère,

Auprès de moi passa de longues nuits ?

Encore ma mère !

Quand de mes pas j’osai marquer la terre,

Qui, par la main, joyeuse, me guidait ?

Et si mon pied heurtait dans la carrière,

Qui dans ses bras, tremblante, me berçait ?

Toujours ma mère !

Chasles

                                      Hommage à nos mères veuves de guerre

Nos mamans ont perdu le pilier de leur foyer. Leur homme est tombé au combat. Elles sont nos mamans courage et les épouses témoins vivants de la barbarie des guerres.

Leurs profils sont variés mais beaucoup sont passées de l’état de jeune mariée, avec des enfants, à celui de veuve. 

C’est par la venue d’un gendarme, d’un télégramme ou d’un courrier qu’elles sont devenues veuves d’un soldat tombé pour la patrie et « Mort au champ d’honneur »

Avec leurs enfants, pupilles de la nation orphelins de guerre, les veuves n’auront pas d’honneurs particuliers.

Les frères d’armes de leur époux, et le pays, honorent le soldat « Mort pour la France » mais pas la douleur des épouses et des enfants orphelins.

Nos mamans ont été condamnées à vivre avec leurs enfants dans le souvenir du disparu, toujours vêtues de noir. Elles ne pouvaient pas prendre de décisions importantes nous concernant, sans l’accord des représentants paternels au conseil de famille, elles n’avaient pas encore le droit de voter.

Parfois confrontées à des circonstances les mettant dans des conjonctures matérielles difficiles elles vivaient mal ces situations.

Dans ces conditions, pour les enfants il était impossible de se construire et pour elles de se reconstruire, même avec beaucoup d’amour.

 

MERCI A NOS MERES

ANNE CHALONS                                                                                               Poème « Ma mère »

Officier de la Légion d’honneur                                                                      « Le dernier conte de PERRAULT »

Présidente Nationale                                                                                         Collection Enfantine