PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

PÔLE MÉMORIEL DANS L’EST DE LA FRANCE
sur les
MÉMOIRES DE L’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE


En France, « la Route des Abolitions de l’Esclavage » lancée en 2004 s’inscrit dans un projet international d’une « ROUTE D’ESCLAVE » soutenu par l’UNESCO.

Elle est la suite de la loi qui reconnaît en 2001 que la traite et l’esclavage des noirs est un crime contre l’Humanité.

Pendant 350 ans, des millions de noirs ont été enlevés dans leur pays et ont été réduits à l’esclavage en Amérique, et dans de nombreux pays.

En FRANCE, la route des abolitions de l’esclavage compte cinq sites dans le grand Est. Deux sont en Franche-Comté.

Sous le règne de LOUIS XVI (1789), les habitants du petit village de Champagney,(70) près de Belfort,

ont entendu parler de ces pratiques.Ils ne peuvent pas restés insensibles à la souffrance de ces noirs.

Lors des Etats Généraux, les 1000 habitants de cette commune sont l’une des rares communauté Française à condamner l’esclavage des noirs et à demander son abolition.

Le seul noir qu’ils connaissaient était la représentation picturale du Roi Mage Balthazar du tableau de la nativité, dans l’église du village.

Ces hommes simples ne pouvaient pas accepter que des hommes, même d’une autre couleur de peau, soient traités plus mal que leurs bêtes de somme.

La maison de la négritude et des droits de l’Homme à Champagney est le premier site de cette route

Au Fort-de-Joux à côté de Pontarlier (25), le deuxième site en Franche-Comté a accueilli le fils d’un roi Africain.Toussaint Louverture né esclave qui devient gouverneur de saint Domingue, est arrêté en 1802 sur l’ordre de Bonaparte, après avoir été le chef de l’insurrection d’une armée d’esclaves révoltés, sur l’île de St Domingue
Il a fini ses jours emprisonné dans ce fort qui garde l’entrée aux portes de la Suisse.

En 1830 le mouvement abolitionniste renaît en Guyane ou Anne Marie JAVOUHEY missionnaire, libère de nombreux esclaves.
Cette religieuse, fondatrice de la congrégation de Saint Joseph de Cluny ouvre en Outre-Mer, des missions qui ont pour but l’éducation.

« Les noirs ne sont sourds ni à la voix de la morale ni à celle de la civilisation ; ils sont fils du père commun, ils sont hommes comme nous » disait-elle.
A Chamblanc/Seurre/Jallanges en Côte d’Or (21) une Forêt de la mémoire des affranchis de 1838, un sentier historique, les vitraux de l’église et la maison de la religieuse, proposent une vision inédite et une aventure unique dans l’histoire coloniale Française.

C’est le troisième site, il est en Bourgogne- Franche-Comté.

Le 4ème site est celui de la maison de l’abbé Grégoire à Emberménil (54), on y présente l’oeuvre et la vie de cette figure emblématique de la révolution française, qui réclamait l’abolition de l’esclavage; c’était :« l’ami  des hommes de toutes les couleurs » .

Il a aussi mené un combat en faveur des juifs, prôné le suffrage universel…etc

Cet abbé fut aussi le fondateur du conservatoire national des arts et métiers, du bureau des longitudes. Il devint membre de l’institut de France qu’il a participé à créer.

L’abolition de l’esclavage a été proclamée sous la pression et la révolte des esclaves de St DOMINGUE, dirigés par Toussaint Louverture chef de l’insurrection.

Mais, elle fut aussi le combat de cet homme qui lui a consacré toute sa longue vie.

De tous ses combats celui des noirs a été le plus long.
Le 5 ème site se situe à Fessenheim (67) en Alsace. Il est dédié à Victor Scholcher, une autre figure de la lutte contre l’esclavage. Cet homme politique a lutté pour dénoncer l’esclavage. Il obtient l’abolition en 1848 .
C’était un fervent défenseur du projet de Jules FERRY “Pour une école laïque et gratuite pour tous” et qui fait reculer l’analphabétisme.
Ses cendres ont été transférées au PANTHEON avec celle de Félix EBOUE.
Ces cinq lieux de mémoire autour de l’esclavage des noirs ont un même idéal, celui de commémorer les combats menés pour l’abolition de l’esclavage par ces précurseurs des droits de l’homme :

 « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en Droits ».

Anne Chalons
Officier de la Légion d’Honneur
Présidente FNAPOG