PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

15e législature

Question écrite n° 11046 de Mme Corinne Féret (Calvados – SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 – page 3304

 

Mme Corinne Féret attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès de la ministre des armées sur les moyens qui seront à l’avenir attribués à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), ainsi que sur la nécessaire implantation territoriale, locale, de ses services. 
Établissement public porteur de l’héritage de nos aînés et des valeurs du monde combattant, l’ONACVG assure des missions reposant sur la solidarité, la reconnaissance, la réparation et la mémoire. Pour ce faire, il importe qu’il continue à s’appuyer sur un maillage territorial à l’échelon départemental et demeure ainsi le grand service de proximité du monde combattant. 
Nombre d’associations d’anciens combattants et de victimes de guerre s’inquiètent d’une éventuelle baisse des moyens financiers qui seront, pour les années à venir, attribués à l’ONACVG, ainsi que d’une possible suppression de ses services départementaux. Une telle implantation territoriale est primordiale pour que les anciens combattants et les victimes de guerre puissent faire valoir leurs droits. Plus globalement, l’ONACVG doit pouvoir bénéficier de moyens suffisants pour assurer ses missions mémorielles et initiatives pédagogiques correspondantes, en poursuivant notamment son rapprochement avec l’éducation nationale. Ainsi, dans le Calvados, au cours de la semaine du 6 juin 2019, se sont déroulées de nombreuses cérémonies commémoratives pour célébrer le 75è anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie. L’ONACVG calvadosien a joué un rôle essentiel dans leurs bonnes organisations, tant auprès des associations d’anciens combattants que des établissements scolaires. 
Ce faisant, elle souhaiterait que le Gouvernement précise ses intentions quant à l’avenir de l’implantation départementale des services de l’ONACVG et aux moyens qui lui seront désormais alloués pour exercer ses missions. 

 

En attente de réponse du Secrétariat d’État auprès de la ministre des armées.