PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Temps fort 

 

Le REPUBLICAIN LORRAIN

FORBACH   Histoire

Comment  restaurer  la dignité     des Malgré Nous ?

Textes : Michel LEVILLAIN

Christophe Arend,député, et Laurent Kleinhentz, maire de Farébersv!Ïler, travaillent sur la reconnaissance de la souffrance des Malgré Nous et de leurs familles. Photo Rl /Michel LEVILLAIN

 

Le député Christophe Arend et Laurent Kleinhentz, maire de Farébersviller et historien, veulent « réparer les erreurs de l’Histoire » en faisant reconnaitre la souffrance  des incorporés de force, lors des deux guerres mondiales, mais aussi de leurs familles.

C’est une histoire douloureuse, celle du sort de ceux que l’on appelle les ” Malgré Nous”. Ces Mosellans et Alsaciens, incorporés de force dans l’armée allemande, pas seulement lors de la Seconde Guerre mondiale, comme on a trop tendance à le croire, mais aussi lors du premier conflit. Certes, ces territoires avaient été cédés à l’Allemagne après la défaite de 1871, et les habitants sont nés allemands, mais « pour la plupart, leur cœur restait français»,explique Laurent Kleinhentz, maire de Farébersviller et historien. Ils furent 380 000 lors du premier conflit mondial à être enrôlés dans l’armée allemande et, pour la plupart, envoyés sur le front de l’Est. Beaucoup ont refusé de combattre leurs ”compatriotes”. Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le Traité de Versailles réintégrait la Moselle et l’Alsace dans la souveraineté française.

Mais avec le second conflit mondial, les départements ont subi une

nouvelle annexion et, de fait, la mobilisation de conscrits alsacien et lorrains,

« obligés de revêtir cet uniforme exécré, honni, sous peine de représailles». Ceux qui refusaient « l’embrigadement risquaient la corde» et leurs familles étaient également menacées.

 

  • Rétablir  les  erreurs de l’Histoire                                                             

Un groupe s’est créé pour porter jusqu’au sommet de l’Etat cette

 réflexion sur les ” Malgré eux”. « A l’heure où l’on s’attache à  rétablir les erreurs de l’Histoire, il s’agit de parler de faits qui restent encore trop méconnus », explique Christophe Arend.

« Nous devons redonner leur fierté aux Lorrains, restaurer la dignité de ces Malgré Eux des deux guerres. » Le député évoque également la dissolution de la Fondation entente franco-allemande (Fefa), structure créée en 1981 pour indemniser les incorporés de force Alsaciens et  Mosellans.

« Il faut qu’il y ait une reconnaissance du drame des Malgré Nous, pour qu’ils puissent être considérés comme victimes de guerre. » Un courrier doit être adressé en ce sens au président de la République, avant l’étude éventuelle d’un texte de loi.