PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

À Trèbes, “très grande petite ville”, l’hommage de la République

Un an après les attentats qui ont coûté la vie à Jean Mazières, Christian Medves, Hervé Sosna et Arnaud Beltrame, un hommage a été rendu aux victimes en présence d’Édouard Philippe,  sur la place de la mairie de Trèbes, rebaptisée place de la République. Tout un symbole.

Eric Menassi, maire de Trèbes, en s’adressant par leurs prénoms aux familles des victimes de la folie meurtrière du 23 mars 2018, a résumé ce qui allait suivre : “ce jour-là c’est toute l’insouciance d’une petite ville d’Occitanie” qui s’en est allée.

Un an après jour pour jour, les familles des quatre victimes, le Premier ministre Édouard Philippe, la garde des Sceaux Nicole Belloubet, les maires de Carcassonne, Trèbes, Villedubert, les parlementaires et officiels de la gendarmerie, de la police, des pompiers étaient rassemblés pour rendre hommage aux victimes en dévoilant deux plaques commémoratives, entourés de jeunes hêtres.

La première stèle indique le nouveau nom de la place de la mairie, rebaptisée place de la République, “comme un symbole d’espoir et de courage” que les Trébéens, par les mots de leur maire “continueront d’opposer à ceux qui veulent notre haine”. La seconde affiche les noms des quatre victimes et cette épitaphe de Victor Hugo “les morts sont les invisibles, mais ils ne sont pas les absents”.

La fille aînée de Christian Medves, Julie a souhaité prendre la parole, pour combattre ce traumatisme “enfoui sous nos peaux et dans nos cœurs”. Julie a expliqué sa colère, puis sa haine, qu’elle “tente de transformer en amour pour sa famille”, mais aussi sa “vie dans l’angoisse de la prochaine fois”. “Dans l’esprit c’est comme si je poussais un cri” a-t-elle lâché, en prônant la “cohésion d’une nation rassemblée ”.
William Durand, le frère d’Hervé Sosna assassiné lui aussi dans le Super U, a lu un texte du poète préféré de la victime, Charles Péguy, “la mort n’est rien, je suis seulement dans la pièce d’à côté”.

Le Premier ministre Édouard Philippe enfin, arrivé tôt le matin pour une cérémonie à Carcassonne a dévoilé les deux plaques avec les familles invitées à déposer des roses au pied du mémorial. Après une longue minute de silence, la chorale de Trèbes a entonné la Marseillaise. “Depuis un an, la ville de Trèbes est devenue le symbole de notre République” commence alors Édouard Philippe, “l’image d’une dignité et d’une force qui incite le respect et inspire notre résolution”.
 

Xavier Coppi

L’INDEPENDANT