PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

 
Lettre de G. Darrieussecq
Cliquer sur le lien ci-dessus s’il vous plaît.
Suite à L’appel de Madame la secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants dans un courrier envoyé aux directeurs des ONACVG, nous vous demandons de bien vouloir participer INDIVIDUELLEMENT au Grand Débat instauré par Monsieur le Président de la République.
S’il vous plaît n’hésitez pas à imprimer les courriers ci-dessous que j’ai moi-même déposés en Mairie de FORBACH Moselle, en y apposant votre nom, votre adresse et votre signature. C’est le moment où jamais de nous faire entendre!
LETTRE N° 1
L’hébergement en HEPAD.
Nous sommes des Pupilles de la Nation, par jugement d’adoption des tribunaux, nos Pères sont Morts pour la France, nos Mères ont perçu une maigre pension de veuve de guerre, nous avons contribué à faire vivre le foyer et cela avant l’âge de 21 ans, et n’avons donc pas bénéficié de la pension jusqu’à ces 21 ans puisqu’entrés dans la vie active !
Nombre d’entre nous ont de modestes retraites, nous sommes les obligés alimentaires de nos Mères, nos enfants seront nos obligés alimentaires et dans certains conseils départementaux, nos petits enfants le seront également!
Nous approchons de la vieillesse et avons parfois encore nos Mères à charge si elles doivent entrer en EHPAD, nous pouvons à notre tour être  confrontés à une telle situation. Madame la Ministre de la Santé a fort bien décrit “le reste à charge” d’une telle situation pour les familles!
Le coût d’un hébergement en structure médicalisée se situe entre 2200 euros  et 3000 euros et lorsque les aides sociales sont déduites, aide personnalisée à l’autonomie (APA) et APL, le reste à charge varie entre 1800 et 2000 euros pour le résident! Les maigres pensions et petites retraites éventuelles sont dérisoires, et pour nos Mères nous devons payer selon nos revenus propres et après décision d’une commission départementale puisque le conseil départemental est en charge de cette aide sociale légale, si nous devons y recourir!
Qui se souvient alors qu’elles ont donné leur Maris à la France? 
Un colis à Noël que les directeurs des ONAC VG nous invitent à leurs côtés pour les leur remettre! Quelques lits réservés en priorité dans certaines EHPAD, mais que veut dire priorité lorsqu’il y a parfois huit mois d’attente?
Pensez vous que ces lits vont rester vide en attente de……..
Et nous? Orphelins de guerre, adoptés par la Nation, pour beaucoup nantis de retraites modestes, comment assumer une telle charge lorsque nous serons dépendants!!!! Nous devrons nous tourner vers nos enfants qui participeront à notre prise en charge et si cette dernière est trop lourde, alors ce sera un recours à l’aide sociale légale. Bien sûr la commission étudiera les ressources de chacun d’eux et ce sera au prorata de ces dernières qu’ils se partageront notre “charge”! Notre bien, si bien il y a, sera hypothéqué si contribution de l’aide sociale afin que le conseil départemental récupère sur l’actif successoral net les sommes versées.
Des familles peuvent se déchirer et nous, nous courberons l’échine et cacherons notre honte de devoir dépendre financièrement de nos enfants! Nous les “Oubliés”!!!!
Tous les Pupilles et Orphelins de guerre ne sont pas égaux, puisque l’ETAT a décidé de hiérarchiser la mort de nos Pères! Nous ne contestons pas les avantages accordés  par les décrets de 2000 et 2004, nous réclamons simplement la JUSTICE SOCIALE et puisque cet ETAT qui nous a adopté n’entend ni nos appels ni nos propositions de dialogue pour obtenir une réparation équitable, qui ne sait plus combien il a d’enfants adoptés durant tous ces conflits depuis la première guerre , et bien voici ce que nous disons :
Nous sommes des orphelins, nous sommes des pupilles de la Nation, la France nous a pris nos Pères, alors, l’ETAT est notre OBLIGE ALIMENTAIRE et doit survenir à nos besoins au seuil de notre vieillesse!
LETTRE N° 2
RECENSEMENT DES PUPILLES DE LA NATION – ORPHELINS DE GUERRE
Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre des conflits : 14/18, 39/45, Indochine et Algérie, nous demandons un recensement actualisé 2019 de ceux qui sont encore en vie.
Il nous semble complètement illogique que le Gouvernement actuel soit toujours sans connaître le nombre de Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre (actuellement âgés entre 65-95 ans).
Nous demandons une RECONNAISSANCE suite aux décrets de 2000 et 2004, qui ont permis à certains Pupilles de la Nation d‘obtenir une pension à vie.
Mais ces décrets ont discriminé un grand nombre de Pupilles de la Nation dont les parents ont été reconnus « morts pour la France » lors de ces conflits.
Ces Pupilles de la Nation ont été complètement rejetés, ignorés et abandonnés par les Gouvernements qui se sont succédé.
Pourquoi ce recensement : Parce que lors des projets de loi déposés par les députés qui nous soutiennent (plus de 30 projets de loi) concernant notre demande de reconnaissance les réponses depuis 2004 sont : l’Etat ne dispose pas d’un ou de deux milliards pour les indemniser, ils sont trop nombreux !!!
Lorsque nous demandons à l’ONACVG le nombre de Pupilles de la Nation recensés, AUCUNE réponse ne nous est donnée, ce recensement n’a jamais été fait !!!
Actuellement nous serions au maximum 50 000 Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre concernant ces 4 conflits lors desquels nos parents ont combattu sans être militaire de carrière, mais simple soldat, obligés d’aller au combat pour défendre avec ferveur la France qu’ils aimaient et qu’ils voulaient LIBRE.
L’indemnisation annuelle de ces 50 000 Pupilles serait aux alentours de 350 millions, bien loin des 1 ou 2 milliards annoncés.
ALORS NOUS DEMANDONS A MADAME GENEVIEVE DARRIEUSSECQ, SECRETAIRE D’ETAT AUPRES DE LA MINISTRE DE LA DEFENSE, ACTUELLEMENT PRESIDENTE DE L’ONACVG, DE DEMANDER A CHAQUE PREFECTURE LE RECENSEMENT DES PUPILLES DE LA NATION ET ORPHELINS DE GUERRE DE CES QUATRE CONFLITS. Ce recensement permettrait à chacun de ces Pupilles de la Nation de terminer leur vie décemment.
LETTRE N°3
Nos retraites
 Nés entre 1914 et 1980 environ, nous sommes les enfants des « Morts pour la France » des 3 grands conflits orchestrés avec la France, par les nations du monde.
Ces guerres meurtrières, nous ont privés de notre soutien de famille.
Par jugement des tribunaux, l’Etat est devenu notre tuteur, en remplacement de notre père.
Il a versé à l’orphelinat, aux grands parents qui souvent nous accueillaient ou à nos mères veuves de guerre, une toute petite pension pour subvenir à nos besoins.
En fonction des époques nos vies ont été plus ou moins difficiles. Nos mères et nous même avons dû travailler dur en ces périodes au cours desquelles les conflits se sont succédé.
Petits bagages intellectuels, peu de formation etc., tel était le lot de la majorité d’entre nous. Ces situations précaires de petits emplois en petits emplois, ont encore pénalisé nombre d’entre nous lors de la retraite.  
La multitude de caisse ont, au moment du calcul, appliqué le principe des pénalités. Nombreux sont les pupilles qui de ce fait, perçoivent en fin de carrière, tout en ayant travaillé toute leur vie, une pension de misère.
Cette pension ne leur permet pas de vivre décemment, encore moins d’envisager d’entrer dans un foyer, une EHPAD.
Ils restent seuls isolés, cachant leur condition qu’ils trouvent dégradante humiliante après avoir tant donné à leur Pays.
Nous savons que le système des retraites va être revu mais rien ne rattrapera les retraites des anciens qui ont, par nécessité et obligation, dû travailler dans des métiers dépendants  de caisses de retraites différentes. EX : retraite de la fonction publique, puis privé AGIRC ou ARCO, puis libéral etc..
Nous vous disons, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs :
Que la France nous a pris notre parent voir les deux !
Que la France donc son peuple et ses décideurs sont au regard de leurs erreurs, Nos obligés ! Que la discrimination faite entre nous, avec les avantages accordés à certains, n’est pas juste !
Qu’au seuil de notre vie nous avons droit à une retraite décente bien méritée suite aux souffrances endurées par nombre d’entre nous dans l’enfance, au travail, et dans leur vie souvent brisée. Alors :
Que la France fasse son devoir envers nous puisqu’elle est notre TUTRICE !!!
LETTRE N° 4
Mais qui sommes nous?
Combien sommes-nous ?
Des Pupilles de la Nation et Orphelins de guerre, reconnus par l’Etat grâce à Georges Clémenceau, un service nous a été dédié, l’ONAC, le service de Direction des pensions au Ministère des Anciens combattants a versé une modeste pension à nos Mères” les Veuves de Guerre” pension majorée selon le nombre d’enfants à charge! Près d’un million d’enfants ont été concernés par cette mesure qui n’était pas une mesure d’ASSISTANAT, mais une mesure de REPARATION, ainsi l’a voulu le Père La Victoire! Les conflits mondiaux se sont succédés, 300.000 orphelins pour la seconde guerre mondiale, 30 000 pour l’Indochine, et 18 000 pour la guerre d’Algérie, sans oublier les enfants des soldats en opérations extérieures, des Gendarmes, Policiers et CRS, des Pompiers , des victimes du terrorisme! Voilà notre générique, notre carte d’identité commune: Pupilles de la Nation et Orphelins de Guerre de tous les conflits Mais combien sommes nous encore à attendre cette mesure de réparation que nous exigeons, nous les “enfants d’un deuil impossible”, les “Oubliés de la Nation”, on nous dit encore 200 000, on dit que nous coûterions trop cher à l’ETAT, notre Père Adoptif!!! Si cet Obligé nous allouait une rente vieillesse, palliant nos modestes ressources, dans cette dernière tranche de vie, à l’instar des décrets de 2000 et 2004 dont nous mesurons le bien fondé, ce ne serait que JUSTICE ! Des rapports ont été enfouis sous les piles de dossiers, seul le conseil général du 37 a effectué une étude sérieuse sur la base de données précises après la première guerre, lorsque les ONAC VG tenaient un registre précis et des simulations se basant sur le taux de mortalité, comme le font les conseils départementaux pour élaborer leurs politiques sociales! Nous réclamons une étude similaire, l’ETAT nous la doit, à nous ses enfants Adoptés tout au long de notre vie! Nous crions à l’Injustice Sociale! Nos Parlementaires interviennent en ce sens, ils essuient refus sur refus! Mais d’où proviennent ces refus? De l’organisation de l’Etat et de ses services publics? A l’ère numérique où se multiplient les fichiers de personnes pédophiles, les fichiers d’individus dangereux, les fichiers de terroristes en puissance qui peut nous faire croire, à nous citoyens ayant donné leurs Pères à la Patrie, que l’on ne puisse nous dénombrer avec exactitude? Alors que le Premier Ministre vient de nous annoncer une baisse sensible du nombre de tués sur les routes grâce à une mesure de prévention routière, ce dont nous nous réjouissons, il serait impossible à ces mêmes Services d’évaluer notre nombre? Nous le ressentons comme une offense faite à nos Parents! Les Services de l’ONAC VG placés sous la responsabilité des Préfets, les Services de la Direction des pensions aux Ministères, les Mairies à l’occasion du recensement disposent de moyens modernes et de Personnels formés. D’ailleurs nous proposions une simple case permettant de nous identifier lors des recensements! DE L’ORGANISATION DE L ETAT ET DE SES SERVICES PUBLICS, les Pupilles de la Nation et Orphelins de guerre attendent l’égalité Républicaine Mais faites vite, nous disparaissons peu à peu et n’osons imaginer que là est la seule raison de nous faire attendre!!!!!! L’Etat ne saurait être soupçonné d’une telle ignominie alors que la Liberté est signée par le sang de nos Pères!
LETTRE N° 5
PROPOSITION DE MESURE D’ACCOMPAGNEMENT pour les pupilles de la Nation, orphelins de guerre, laissés pour compte des mesures prises en faveur de certaines catégories d’entre eux à la suite de la publication des décrets de 2000 et 2004.
LA DETTE
 Un fonds de réparation serait alimenté par un prélèvement sur les gains distribués par la Française des Jeux – sans aucun impact sur le budget de l’Etat.
Pourquoi la Française des Jeux ?
L’origine de cet organisme, ce sont les diverses loteries organisées spontanément à tous niveaux, locaux et national, pour venir en aide à toutes les victimes de « la Grande Guerre » qui a laissé le pays exsangue. Progressivement, ces loteries se sont développées, ont évolué, se sont regroupées et sont devenues l’important groupe de jeux de hasard que nous connaissons qui ne concrétise plus, actuellement, que le rêve des plus pauvres à une vie meilleure.
Toutefois, certains de ses actionnaires, comme celui de la loterie d’origine « les Gueules Cassées » emploient toujours leurs dividendes au bénéfice des victimes de guerre, directes et indirectes. Ainsi l’élan de solidarité perdure-t-il, partiellement.
Un prélèvement modique sur les gains sera un « retour aux sources » direct – mais temporaire – à sa raison d’être d’origine : « LA DETTE ».
La DETTE à l’égard des victimes de guerre.
 BENEFICIAIRES
La mesure proposée serait applicable aux pupilles de la Nation des conflits :
Première guerre mondiale
Deuxième guerre mondiale
Guerre d’Indochine
Guerre d’Algérie
En fait, tous les conflits antérieurs aux mesures récemment prises en faveur des nouveaux Pupilles de la Nation.
Catégories de pupilles
 Seuls seraient retenus les pupilles de la Nation n’ayant pas bénéficié de mesures de réparation ou aides spécifiques déjà prises par la France, notamment au titre des textes suivants :
Décret de 2000
Article 17 loi de Finances 2001
Décret de 2004
Loi de 2005
Âges et nombre d’attributaires
 L’âge moyen retenu par l’ONACVG lors de la « Commission de concertation » en 2009, augmenté de 10 ans, donne les résultats suivants, pour les conflits les plus importants :
Première guerre mondiale : ns   (96 ans en 2008)
Deuxième guerre mondiale : 82 ans
Indochine : 74 ans
Algérie : 64 ans
Leur nombre est très incertain. En 2009, selon les sources, leur nombre variait du simple au double…
C’est pourquoi nous demandons qu’une étude soit diligentée à l’initiative de Madame la Présidente de l’ONAC VG.
Conditions d’attribution et montants proposés
 Cette aide serait attribuée à l’ensemble des pupilles tels que définis ci-dessus, à 65 ans révolus, âge à partir duquel la baisse des revenus est importante et la santé se détériore progressivement.
Cette aide pourrait prendre la forme d’un versement mensuel  dont le montant serait étudié par une commission paritaire pluridisciplinaire versée sans conditions de ressources et non imposable. Mesure sans forclusion et indexée.
L’impact financier annuel – quel que soit le nombre de bénéficiaires potentiels  – pourrait  être relativement modéré.
En effet, pour 2019, première année d’application, par exemple, il faudra : constituer des dossiers. Mis à part les adhérents des différentes associations de Pupilles de la Nation/orphelins de guerre, il est vraisemblable que beaucoup d’autres ne seront pas en mesure de les constituer rapidement.
 On peut estimer que 10 000 dossiers au maximum pourront être déposés au cours de la première année et n’aboutir à une mise en place des versements que sur la moitié de l’année en moyenne. Dans cette hypothèse, l’impact financier de la mesure en 2019 serait de l’ordre de € 30 000 000.
Pour les années suivantes, on devrait assister à un effet de ciseaux : une augmentation progressive des demandes et – en raison de leur âge – une disparition de plus en plus rapide des bénéficiaires, malgré l’allongement de la durée de la vie.
On pourrait ainsi avoir un pic de bénéficiaires vers 2020/2022, puis une relative stabilité, les pupilles des guerres d’Algérie et Indochine étant un peu plus jeunes, suivie de disparitions à un rythme de plus en plus rapide.
Croiser les courbes statistiques permettra d’en mesurer plus précisément l’impact.
PRÉLÈVEMENT SUR LES GAINS DISTRIBUÉS PAR LA FRANÇAISE DES JEUX
En supposant une année pleine et 10 000 bénéficiaires, soit un besoin de 60 000 000 €, le prélèvement sur les gains distribués (11 322 millions en 2017), à effectuer serait de 0,53 %.
Avec la montée en puissance du nombre de bénéficiaires demandeurs, ce taux pourrait s’élever progressivement à 2 %, voire un peu plus pendant quelques années, avant de diminuer et pratiquement disparaître ou devenir non significatif en 10 ans.
LETTRE N° 6
CITOYENNETÉ ET JUSTICE SOCIALE
Parce que nous sommes détenteurs d’une part de la Mémoire de notre Histoire, Pour que les générations à venir se souviennent et honorent ces trois mots si chers à notre Patrie Liberté, Egalité, Fraternité, Nous les Pupilles de la Nation et Orphelins de guerre de tous les conflits dont les Pères ont payé cette devise de leur sang, de leurs souffrances, de leurs blessures, et continuent à le payer au service de la Patrie, Nous demandons la gratuité des entrées dans les Musées, l’accès gratuit dans les lieux historiques, sur présentation de notre carte d’Orphelin de Guerre ou de Pupille de la Nation délivrée par les ONAC VG!
Nombre d’entre nous ne peuvent entreprendre un pèlerinage sur les tombes de nos parents, ne sachant où se trouvent leurs corps, trop âgés désormais pour entreprendre de longs voyages ou poursuivre de vaines recherches!
Nous demandons à l’ÉTAT, notre protecteur de par la loi sur l’adoption de nous accorder ce droit de GRATUITÉ.
Voici Cher(e)s Ami(e)s les modèles dont vous pouvez vous servir, vous pouvez les imprimer tous , c’est ce que j’ai fait , et j’ai pu les agrafer dans un répertoire de doléances numéroté à la Mairie de Forbach où j’ai été accueilli par un employé très amène et qui m’a remis une agrafeuse pour y faire figurer nos doléances.
Alors n’hésitez pas et faites de même et n’oubliez pas de mettre vos noms prénoms et adresses. 
MERCI à vous Tous de votre participation.
Malou LORENZON Vice Présidente de la FNAPOG