PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com


25 JUN 2018 12:27
dans Actualité par Valentine Heitz
Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof accueille chaque année des milliers de visiteurs et retrace l’histoire poignante des prisonniers de l’époque nazie.
Ce dimanche 24 juin, le camp a accueilli la secrétaire d’Etat Geneviève Darrieussecq auprès de la ministre des armées, pour se voir décerner le label du patrimoine européen
Le site est un symbole de l’histoire puisqu’il est le seul camp de concentration nazie placé sur le territoire français. 
En effet, à l’époque, l’Alsace était annexée au territoire allemand.
Dans le période 1941-1945, 52 000 prisonniers ont transités par ce camp et 22 000 d’entre eux n’ont pas survécus. 
Ce camp est le noyau central d’un réseau de plusieurs camps plus petits.
Les prisonniers étaient des marchandises utilisées en tant que réserves de main d’oeuvre dans les usines.
En plus des cellules, les visiteurs peuvent aussi voir au fond des bâtiments des salles avec de grandes tables en carrelage, servant aux expérimentations et aux tests opérés par les médecins de l’Université du Reich de Strasbourg.
Certains prisonniers ont transité par ce camp avant d’être envoyé à Dachau ou plus loin encore. 
Des survivants de ces camps ont tenu à faire le déplacement malgré leur grand âge en mémoire des victimes de ce lieu.
Certains portent même des vêtements de prisonniers de l’époque. 
C’est le cas pour Jean Villeret qui continue de témoigner sur son parcours de déporté.
Vêtu du pantalon qu’il portait à Dachau et de la veste d’un de ces amis, décédés depuis, il a pris part à la commémoration du haut de ses 96 ans.
Pour parfaire cette commémoration et mettre l’accent sur les relations pacifiques entre la France et l’Allemagne, une exposition est organisée au centre européen du résistant déporté.
Une dizaine de toiles y sont exposées.
Elles ont toutes été réalisées au travers d’une collaboration entre un artiste allemand et un artiste français. 
Dix d’entres elles sont à retrouver au Struthof et dix autres sont visibles à Stuttgart.