PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Un hommage sous le sceau du recueillement et de la réflexion

Originaire d’une vielle famille de Scey-en-Varais dans le Doubs,le Père Chaillet participa au sauvetage de quatre-vingt-neuf enfants juifs durant la seconde guerre mondiale et fut nommé .

 

En ce 4 septembre 2022, alors que nous nous réunissons pour nous recueillir devant les 6240 plaques honorant la mémoire des acteurs de notre liberté, Jean Claude REBIERE délégué départemental et administrateur du Souvenir Français,  nous livre  l’histoire de ce prêtre qui a voulu faire prendre  conscience aux Français  ce qu’était le nazisme.

Un récit empreint d’une froide réalité, un récit qui doit nous alerter et nous maintenir en veille  alors que la guerre est aux portes de l’Europe, alors que des groupuscules entament des chants à relents nazis, un soir où ils fêtent un événement, au pied de la statue de Jean Cornet à Besançon !

Discours de Jean-Claude REBIERE

Vous connaissez tous le village de Scey en Varais, petit village non loin d’Ornans le long de la Loue.

Dans ce village est né en 1900, un prêtre jésuite, le Père Chaillet.

Il fut honoré par l’État d’Israël du titre de « Juste parmi les nations » en 1988

Maurice Schumann en parlant de lui a écrit : « Mon Père, vous avez été notre dix-huit juin spirituel »

Qu’elle a donc été son action  et sur quelles bases?

Son action était basée sur 2 principes : la vérité et la charité. Défendre la vérité contre la perversion des consciences par la propagande nazie, relayée par celle de Vichy.

Ce sera la première partie de mon discours

Et répondre par la charité en venant en aide au péril de sa vie, à toutes les victimes du racisme et de la répression (ma seconde partie).

Ce prêtre a vécu avant la seconde guerre mondiale en Autriche où il a pu avant que la France ne soit envahie par les nazis, observer ce qu’étaient les méthodes utilisées par ceux-ci et leurs résultats.

Il a vu le danger que le monde courait et ce qu’il devait faire, pour que cela n’arrive pas.

Pour combattre les nazis il a décidé d’expliquer aux Français les fondements de leur pensée. Mais comment faire ?

Par chance, dans le même temps, d’autres prêtres avaient également senti le besoin d’écrire un tract de mise en garde pour la jeunesse contre le nazisme et la politique de collaboration.

En fait ce tract donna lieu à un document de 50 pages qui fut remis au Père Chaillet en septembre 1941.

Le Père Chaillet put ainsi publier le premier exemplaire de la revue Témoignage Chrétien.

Quatorze numéros se succéderont jusqu’en août 1944 et douze Courriers français du Témoignage chrétien sortiront régulièrement jusqu’au Courrier n° 13 qui lui sera distribué dans les rues de la capitale la veille de la Libération.»

En 1943 ce sont d’autres personnes qui prirent la relève dont le père Pierre Bockel (Juste également parmi les nations) oncle de Jean Marie Bockel sénateur du Haut Rhin :

Le Père Chaillet a voulu faire comprendre à tous ses lecteurs ce qu’était la nazisme.

   Principalement 3 points

  • La notion de race.
  • La méthode suivie par les nazis pour développer cette race dite nordique.
  • Comment s’emparer de l’église chrétienne pour faire en sorte qu’elle devienne la religion nazie.

 

LA RACE

Pour Hitler la race était la base de tout.

Selon lui  il y avait 2 races dans le monde la sienne et celle des gens du Sud, donc des Juifs.

La sienne, celle du Nord était bien entendu à ses yeux la meilleure à savoir celle de la mesure de l’ordre, de l’harmonie, de la fécondité.

Par contre celle des juifs est décrite comme étant à l’origine de tout ce qui est chaos, dissolution.

C’est pour cela qu’Hitler a clairement exprimé que tout nazi devait considérer comme sa tâche principale, la conservation et l’amélioration de la race.

Dans cette optique désormais tous les hommes de la race nordique ne devaient plus s’attacher à améliorer par l’élevage les espèces chevaline, canine où féline. Il leur fallait chercher dorénavant à améliorer la race humaine.

Ceux qui avaient les plus beaux corps devaient faire don à la race de cette beauté

Dans ces conditions la culture des facultés intellectuelles ne devait venir qu’en 2e position.

Pour les églises

Rosenberg, ami d’Hitler, a officiellement déclaré que: L’Église catholique et avec elle, l’Église protestante sous sa forme actuelle devaient disparaître de la vie de notre peuple.

Pour les éliminer 2 méthodes complémentaires seront proposées et appliquées:

1) Les nazis expliquaient qu’il fallait supprimer une fois pour toute, comme livre de religion, l’ ancien testament car écrit par les Juifs. Idem pour les écrits de Saint Paul (juif converti).

Quant à Jésus c’était sa vie qui devait avoir une signification pour les germaniques et non pas sa mort douloureuse, qui avait assuré son succès chez les peuples alpins et méditerranéens. C’était le christianisme positif.
Les nazis ont précisé que si cet idéal ne pouvait se dégager des Évangiles, alors les Évangiles aussi étaient morts.
À partir de là ils ont considéré que le remplacement dans les églises et le long des routes de nos villages, des crucifix qui représentent la mort de Jésus s’imposait à eux.

  Pour parvenir à atteindre leurs objectifs religieux 3 techniques:

  • Tout d’abord séduire : Le national-socialisme s’est présenté aux catholiques allemands comme n’ayant qu’un seul but d’action commun à savoir  libération de la nation contre le communisme. Abolir le diktat de Versailles ! Restaurer la grandeur de l’Allemagne. Donc agir de concert pour un but commun et apparemment bon.

Le national-socialisme va s’assurer ainsi du concours de l’Église par le Concordat. Preuve de sa bonne volonté envers le catholicisme.

  • En second compromettre. Pour atteindre ce but les nazis expliquaient qu’il fallait lutter en commun contre le bolchévisme et tout ce qui divisait l’Allemagne, en première ligne, l’esprit juif.

En France après la défaite on va essayer d’utiliser notre courageux effort de redressement. L’appât sera : Restauration de la nation meurtrie et avilie par 50 ans de laïcisme démocratique, lutte contre la franc-maçonnerie et le judaïsme. Pour y parvenir sera utilisé le slogan: Travail, famille, patrie.

  • Et finalement le 3ème point : pervertir. Détruire tout ce qui résiste courageusement. Au cours de cette action commune, la malhonnêteté du but réel se révèle. Chantage, terreur seront alors employés pour forcer les hommes à se taire .

Ce concours sans réserve a entraîné la suppression en fait de toutes les libertés que le concordat avait garanti en droit sur le papier. À savoir la suppression des associations de la jeunesse catholique, de l’enseignement religieux etc. Puis le reniement des valeurs spirituelles du christianisme au profit de celle du nazisme.
Ce fut alors la fermeture de plusieurs facultés de théologie, de la moitié des petits séminaires et couvents.
En France expulsion  de l’évêque de Metz et de Strasbourg.

2720 prêtres furent déportés à Dachau. 1034 y moururent.

Fin 1942 le Père Chaillet décida de consacrer désormais son temps à sauver via l’organisation « Amitiés Chrétiennes »  le plus possible de juifs . 89 gamins furent ainsi sauvés.

  • Rappelons qu’en cette année 2022 nous commémorons les 80 ans de rafle du Vel d’Hiv » ) qui fut la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre les 16 et 17 juillet 1942, plus de treize mille personnes, dont près de 4000 d’enfants, seront arrêtés avant d’être détenus au Vélodrome

Il y avait environ 320.000 juifs en France en 1940. 76.000 ont été déportés, 2551 seulement sont revenus, et parmi ces derniers aucun enfant. 

  • Jacques Chirac dans un discours en 1995 a dit « ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’Etat français »

Pour conserver la mémoire de toutes les personnes disparues et des actions de résistance, de nombreux monuments stèles etc. ont été construits. Il suffit de voir les noms sur les plaques dans la chapelle ci-dessous. Le Souvenir Français en entretient un certain nombre. Nous organisons des cérémonies comme ici ce jour, et des conférences.

Cette action de mémoire collective est loin d’être terminée puisqu’à Morteau, mi-octobre, sera inauguré le sentier Franco-Suisse Michel Holard par lequel passèrent de nombreux réfugiés. C’est une importante réalisation financée par la communauté de communes.

Parmi les passeurs plus de 50 arrestations eurent lieu. Plus d’une dizaine de ces résistants furent exécutés ou moururent en déportation.

Notre comité de Morteau a quant à lui décidé de réaliser, une stèle à la mémoire de ces personnes décédées. Elle sera inaugurée le même jour que le sentier Franco-Suisse.

Parallèlement à l’action du Père Chaillet, d’autres habitants du Doubs ont également sauvé des juifs.

Par exemple, les 9 justes à Besançon. Des conférences vont être données sur ces thèmes dans les prochaines semaines par diverses associations.

D’autres parfois ont refusé simplement d’appliquer les décisions de Vichy

                Je citerai 2 personnes à savoir: l’abbé Flory et Jean Minjoz.

L’abbé FLORY prêtre à Montbéliard, fit placer l’étoile jaune sur la poitrine de Jésus, Marie et Joseph à la crèche de l’église Saint Maimboeuf à Noel 1942.

Lors de la journée des prisonniers de guerre, il a lu en chaire les noms des prisonniers, mais également ceux des déportés par la Gestapo notamment les juifs de Montbéliard

Monsieur Jean Minjoz.

Ce Monsieur qui marqua l’histoire de Besançon et plus, refusa d’appliquer la circulaire du conseil de l’ordre des avocats qui interdit fin 1940 aux avocats de Besançon de s’occuper des juifs.

Il lui avait été précisé que tout avocat qui passerait outre à cette instruction s’exposerait à de graves sanctions.

Notons ici que du 8 septembre 40 au 16 septembre 41 le journal officiel avait fait paraitre 24 lois, 24 décrets 6 arrêtés et un règlement concernant les Juifs. Belle performance antisémite.

Comme l’a écrit Joseph Pinard,  la Franche Comté a tenu une place de premier plan insuffisamment reconnue au plan national dans la lutte contre l’antisémitisme.

Je conclurai mon discours en parlant de l’époque actuelle où nous avons pu lire dans l’Est Républicain  :

– de samedi dernier : ce que déclarent les néo fascistes en Italie. Si Mussolini n’avait pas été marabouté par le fou d’Hitler il aurait pu créer un état millénaire comme l’empire romain

– d’hier matin : Une quinzaine de militants d’ultra-droite ont circulé au centre de Besançon dans la nuit du 27 au 28 août . Leurs chants étaient franchement des chants militaires allemands, peut-être hitlériens et le groupe multipliait les saluts nazis, des stickers identitaires ont d’ailleurs été retrouvés sur le mobilier urbain.

Alors soyons attentifs à tout ce qui pourrait ramener de telles situations dans notre monde.

Car comme l’a écrit Lucie Aubrac :

 Le racisme est la pire plaie de l’humanité.

Il triomphe quand on laisse le fascisme prendre le pouvoir.