PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com
Nous vous faisons part de l’échange de correspondance entre François Roger , notre adhérent qui a également apporté son témoignage dans le livre blanc et le Député Christophe Naegelen.
Ce dernier a adressé un courrier à Madame Miralès dans les premiers jours de sa prise de fonction en remplacement de Madame Geneviève Darrieussecq.
Nous sommes assurés que la réponse de cette denière ne pourra être un copier coller que nous avions coutume de lire, car sa grand mère était pupille de la nation!

Bonjour Monsieur ROGER,

Je vous remercie pour votre message dont j’ai pris connaissance avec attention.

Votre combat est louable et juste, l’Etat ne doit faire aucune distinction entre les pupilles de la nation.

J’ai ainsi interpellé par courrier que vous trouverez ci-joint Madame la Secrétaire d’Etat Chargée des Anciens combattants et de la Mémoire.

Je ne manquerai pas de vous faire un retour dès que j’aurais une réponse.

Très cordialement,

Christophe NAEGELEN

Député des Vosges 

Conseiller Régional Grand Est 

 

 ‌

‌Monsieur le Député,

Connaissant votre parcours de Député brillamment réélu, du fait de vos engagements et propositions de lois à l’Assemblée Nationale,

je me permets de vous solliciter dans le cadre de la reconnaissance de la Nation.

Etant pupille de la Nation depuis l’âge de 2 ans, mon père ROGER Georges étant décédé en mai 1954 à 42 ans des suites de guerre 39-45, les différents gouvernements n’ont pas donné suite aux différents courriers adressés par la FNA POG dont copie jointe du dernier envoi datant de mars 2021 resté sans réponse de l’Exécutif…

Il est vrai que notre combat en tant que pupille n’a jamais été reconnu financièrement depuis de nombreuses années malgré les promesses des diverses campagnes électorales .

Je fais donc partie des 26000 enfants ‘oubliés’ de la Nation.

C’est pourquoi je me permets de vous solliciter pour une intervention auprès de vos collègues de l’Assemblée Nationale, notre besoin de reconnaissance par l’Etat n’ayant jamais abouti.

Vous remerciant par avance de votre volonté à étudier ce dossier, je vous prie de croire Monsieur le Député en mes salutations respectueuses.

François ROGER
19 rue d’Oncourt
88150 THAON LES VOSGES