PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

C’est la mémoire de l’Algérie Française qu’ont vécue les rapatriés Pieds- Noirs, Harkis, et algériens de longue date, dont la communauté juive, présents au congrès de L’algérianiste, les 24, 25 et 26 juin dernier à Perpignan.

Tous les invités présents ont été sensibilisés au travers des ateliers et animations au devoir de mémoire à faire perdurer.

Ont été principalement sollicités les plus anciens et leurs enfants incités à s’impliquer vis à vis de la communauté nationale et internationale qui n’ont pas connu notre drame

Au bout de ces 60 années passées, alors que nous avons communiqué et apporté les traces de notre passé douloureux, le constat est fait que l’objectif souhaité n’est pas à la hauteur des espoirs.

Notre histoire particulière et les traces de ce passé sont, pour les passeurs de mémoire que nous sommes, pour nos familles et pour toute la communauté des Français de « là-bas », un bien faible passage de relais ….. !!

Nous sommes les porteurs d’un passé douloureux, mais nous sommes aussi les seuls créateurs d’une mémoire oublié et abandonné par le reste de la France

Les délégués qui nous représentent auprès des autorités et des responsables civiles, militaires, élus régionaux etc…constatent que la sociologie des adhérents que nous représentons est défavorable à l’obtention d’une entrée au sein de l’éducation nationale

La guerre d’Algérie n’est pas enseignée avec équité dans nos écoles. Une repentance excessive est affirmée unie latéralement, sans aucun apport positif sur le rôle que nous avons joué en Algérie. Toute l’histoire de cette guerre est instrumentalisée. …

Dans ces conditions, comment perpétuer notre mémoire ???

Il est temps de fournir à nos jeunes générations un travail historique conforme à la vérité.

Nos descendants pourront alors, devenir les relais capables de perpétuer cette mémoire et de poursuivre le combat pour faire vivre notre histoire vraie….

Ils pourront et devront s’approprier pour faire vivre après nous, l’histoire toujours bien vivante des drames que nous portons depuis 60 ans dans nos cœurs et nos multiples associations.

Continuer à se battre pour la vérité, c’est faire exister le fait de l’engagement de toutes et tous.

C’est relever les défis que portent ceux qui ont refusé l’abandon de notre pays

C’est soutenir ceux qui œuvrent à la réconciliation des mémoires des deux côtés de la méditerranée.