PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Près de BOULAY en Moselle :

Un camp de concentration au nord de la Lorraine

Niché dans la forêt le « Ban-Sain-Jean « !!!! est proche de Denting et à cinq kilomètres de Boulay en Moselle.

On peut voir les vestiges d’un casernement initialement construit pour loger de1934 à 1936 les officiers et sous-officiers chargés de la protection de la ligne Maginot …

Cette cité dans la forêt était réputée pour ses parterres fleuris ou pousse une fleur « la rose de la ligne Maginot »

En juin 1940 les Allemands vont annexer et transformer ce casernement en camp de détention réservé aux prisonnier français.

 Avant de s’évader François Mitterrand y a fait un bref passage… !!!

Que s’est-il passé entre 1941 et 1944 pour qu’aient afflué en ces lieux, et en très grand nombre, des prisonniers et des travailleurs Ukrainiens russes polonais yougoslaves de l’Est ???

Le site mémoriel situé en Moselle est annexé et, du fait de la rupture du pacte germano-soviétique et de l’assaut de l’armée rouges, des milliers d’Ukrainiens ont été massacrés …et ou fait prisonniers pour travailler à la machine de guerre allemande

Tout va changer le camp va devenir un camp d’internement … !

A partir de 1941 On voit arriver des prisonniers en loques, depuis l’Europe de l’Est En majorité des Ukrainiens

Ils sont déchargés de wagons à bestiaux dans un état physique déplorable en gare de Boulay….

Ils sont ensuite triés. Les plus vaillants, sont envoyés dans les mines de fer et de charbon, dans les usines des environs ou dans les fermes.

Ce sont 350000 hommes considérés comme des « sous hommes » par les nazis qui sont passé et ont travaillé dans la souffrance dans ce camp.

Ce sont aussi 23000 hommes qui sont morts dans les pires conditions qui ont été comptabilisées dans les charniers de ce camp.

La faim, le froid les maladies et les mauvais traitements n’ont pas été épargnés aux déportés de Boulay et, les corps ont été déversés dans des fosses communes

A la libération en 1944 les 2100 prisonniers présents ont été trouvés dans des baraques sordides par les Américains. Ils souffraient de tuberculose et étaient grabataires

Pendant dix longues décennies ces horreurs ont été occultées et l’histoire a oublié

Ce « trou de mémoire » a été ravivé par un documentaire télévisé de D. HENNEQUIN et par l’association Franco -Ukrainienne (AFU) très active

Cette constance a permis l’inauguration d’une stèle et la création d’un parcourt pédagogique

Cette vaste nécropole de 115 hectares cache depuis la fin du deuxième conflit mondiale de nombreux fantômes qui dorment en terre Lorraine.

Ils ne demandent qu’a reparaitre pour retrouver leur dignité dans un pays maintenant LIBRE.

Anne CHALONS

Officier de la Légion d’honneur

Présidente Nationale

                                                            

 

Pour rehausser la beauté naturelle du site, les autorités décident de le fleurir. C’est ainsi qu’est créée la Rose à la Ligne Maginot et 3500 plants de la Rose du Général Vaulgrenant seront plantés avant guerre au BSJ qui obtient le label de « cité jardin ».

Le camp du Ban Saint-Jean (=BSJ) renaît de ses cendres.

Une phrase bien anodine. Mais il convient de plaquer sur cette expression son sens littéral pour en appréhender toute la vérité. Les cendres des milliers de victimes du BSJ entre 1941 et 1944 ont contribué à rallumer la flamme du souvenir dans les esprits et les cœurs pour imposer ce haut-lieu de mémoire à la conscience collective. Si le BSJ a plongé dans la barbarie entre 1941 et 1944, il est souhaitable d’en retracer toute l’histoire depuis sa création jusqu’à nos jours.