PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le Général Claire Lee CHENNAULT et  ses tigres volants

D’une lointaine ascendance huguenote française, Claire Lee CHENNAULT, général d’aviation américain, né le 6 septembre 1893 à Commerce (Texas), considéré comme un héros de guerre à la fois en Chine et aux Etats-Unis.

                Il ment sur son âge afin de pouvoir entrer dès sa sortie du lycée à l’université d’Etat de Louisiane où il reçoit une formation pour devenir pilote au sein de l’armée.

                Après une initiation il devient instructeur durant la première guerre mondiale et il sert ensuite au sein de diverses unités de l’armée de l’air américaine, avant de quitter le service actif en 1937, du fait de désaccords avec ses supérieurs et de problème d’ouïe.

                Il propose alors ses services au gouvernement de la république de Chine et devient en juin 1937, conseiller de l’aviation de Tchang Kai-chek, qui réfugié au centre du pays continue à le diriger et à organiser la lutte contre l’envahisseur japonais et l’Armée nationale révolutionnaire.

                Sur le modèle de l’armée américaine, il travaille à monter une escadrille de pilotes étrangers.

A partir de 1940, pour parer à la gravité de la situation militaire chinoise il demande l’aide du gouvernement américain alors neutre dans le conflit, ce qui permet au président Franklin D. Roosevelt d’autoriser l’envoi d’une série de Curtiss P-40 Warhawk par l’entremise d’une société privée.

                Il recrute 300 Américains, techniciens et pilotes, entrés officiellement en Chine, composés de soldats volontaires mais aussi d’aventuriers et de mercenaires ; cette équipe constitue la première contribution officieuse des Etats-Unis dans le conflit en Chine.

A la fin de l’été 1941, son équipe est officiellement reconnue sous le nom de (Groupe de volontaires américains) et forme en août l’escadrille connue sous le nom de Tigres volants→→ en Chine qui participe durant sept mois au combat contre les Japonais dans le cadre de la seconde guerre sino-japonaise et la campagne de Birmanie.

                Il réintègre officiellement l’armée américaine avec le grade de colonel puis lieutenant-général en juillet 1942.

                Les Tigres volants sont dissous et incorporés dans les forces armées américaines.

                CHENNAULT prend le commandement de la 14th USAAF, qui comprend une partie du personnel des Tigres volants.

                En 1943, les Japonais repassent à l’offensive aérienne et parviennent à prendre certaines de ses bases en Chine mais les contre-attaques de l’armée de l’air américaine stoppent cette offensive début 1945.

Le 10 août, il démissionne de son commandement.

                Démobilisé après la guerre, il reste actif en Asie et crée en 1946 la compagnie aérienne « Civile Air Transport » qui apporte une aide logistique importante aux nationalistes durant la guerre civile chinoise.

                En 1951, la compagnie est rachetée par une société contrôlée par la CIA. Elle joue un rôle lors de la guerre de Corée ; ses services loués par les Français durant la guerre d’Indochine assurent les ravitaillements lors de la bataille de Diên Biên Phû.

                C’est en 1947 qu’il épouse une chinoise, Chen Xiangmei, née en 1923, plus connue sous le nom de Anna Chennault, active par la suite aux Etats-Unis comme représentant d’intérêts en faveur de l’Etat de Taiwan.

                Le 27 juillet 1958, il meurt dans un hôpital militaire, il est enterré au cimetière national d’Arlington.

Ci-dessous, quelques photos de son parcours militaire et civil :

Les tigres en mission 

une partie de l’équipage                    

au pied de son avion

Le tigre et son armement

hommage

avec son épouse

son bureau

son timbre

Et pour terminer : Malgré son exitence éphémère (7 mois), l’escadrille des Tigres volants a adorablement maqué l’histoire de l’aviation américaine, comme en témoignent les références qui y sont faites encore aujourd’hui. La 14th USAAF utilise toujours le tigre comme emblème, le23d Fightier Group ayant conservé le sien l’inscription Flying Tigers.

 

                Source : le grand livre de la deuxième guerre mondiale par Historia sous la direction de général André Beaufre, et internet.

                                                                                                                        Serge Clay