PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Laure MOULIN     résistante discrète…. Oubliée !

Laure vers les années 1970

Née le 3 Décembre 1892 à Saint-Andiol (Bouches du Rhône).

Elle est la fille d’Antonin (Antoine Emile) professeur d’histoire et géographie, homme politique  et de Blanche PÈGUE mariés le 2 Septembre 1885. Leur maison de famille se situe à Saint-Andiol, ils ont 2 enfants Joseph1 (1887) et Laure. Leur 3 éme naît à Béziers, 6 rue d’Alsace le 20 Juin 1899 : il s’appelle Jean……Jean MOULIN donc, qu’amis lecteurs vous connaissez bien entendu,  lui qui a laissé son nom, un grand nom, dans l’épopée de la guerre 39/45, dans l’histoire de France.

les parents avec le petit Joseph

Mais sa sœur Laure a un parcours approchant. Elle fait ses études au collège de Béziers, obtient le Baccalauréat2 en 1913. Puis entre à la faculté de Montpellier où elle obtient une licence de lettres/anglais en 1916

 

Pendant la 1 ére guerre mondiale elle est infirmière volontaire jusqu’à l’armistice.

1er Octobre 1918 : elle est nommée professeur à l’école primaire supérieure3 de Béziers jusqu’en 1937.

1937 : elle emménage à Montpellier avec sa mère, son père étant décédé peu de temps avant, au 21 de la Grande Rue (devenue Grande rue Jean MOULIN). Elle est professeur d’anglais au collège Legouvé (actuellement Clémence Royer).

Eté 1940 elle rejoint l’armée des ombres. Son frère Jean analysant la situation de la France veut partir aux USA créer une structure d’aide afin de « remonter » le pays, sa sœur Laure l’en dissuade et lui suggère de rejoindre plutôt Londres où il arrivera en Septembre 1941. A compter de cette période elle devient « secrétaire » de son frère Jean. Ce dernier lui rend visite 2 à 3 fois par semaine, principalement le soir ou la nuit afin d’être en sécurité. Il lui apporte des messages ou des codes secrets à déchiffrer, elle code d’autres messages. Fait office parfois d’agent de liaison comme un certain 15 janvier 1942.

Son frère lui apportant des documents secrets qu’elle dissimule sous la tapisserie de leur logement. Leur correspondance est minime, usant de métaphores, allégories ou autres allusions dans leurs propos, la prudence est de mise.

Cependant son frère ne lui confie pas tout et ne l’implique pas dans ses missions les plus risquées, pour ne pas la mettre en danger elle et sa mère.

En 1943 avec son frère, Laure se promène dans les environs, comme au bois du pin au pied des Alpilles à Eygallières.

En ce même début d’année son frère lui dit de cesser toute correspondance entre eux, même si “maman” est malade car je me sens repéré.

Ils s’y rendent quelquefois d’autant que c’est une cache : armes, argent et papiers. Y seront aussi camouflés, 3 carnets de Jean, journal relatant les jours tragiques du 17 Juin 1940 à Chartres4.

 

Jean MOULIN avec l’un des officiers allemands de la Kommandantur

Elle apportera aussi aide aux réfugiés Espagnols.

Le 2 Juillet 1944 la gestapo l’avertit du décès de son frère Jean, mais n’en dira rien à sa mère avant Octobre 1946. A cette date elle s’engage à faire vivre la mémoire se son frère par diverses recherches : plaques, monuments, rue etc… à son nom, qui s’avèrent être fort  nombreux.

En 1947 et 1950 elle assiste au procès de René HARDY potentiel traître, responsable supposé de l’arrestation de Jean MOULIN et comparses à CALUIRE le 23 Juin 1943.

Mai 1945, elle est élue au conseil municipal de Montpellier.

Sa mère décède d’une crise cardiaque le 23 Septembre 1947.

En novembre 1956 elle part à la retraite.

Elle décède à Montpellier le 31 Décembre 1974.

 

Distinctions : légion d’Honneur, croix de guerre (1946) médaille militaire (1946)

 

Notes : 1°) décédé le 19 AVRIL 1938.

2°) créé en 1808, ouvert officiellement aux filles depuis 1905 (certaines ont pu le passer avant), concerne 1 à 2% d’une classe d’âge, environ 8000 diplômé(e)s dans ces années post 1910. Chiffre de 400 annoncé pour l’Académie de Montpellier en 1913.

3°) entre  les années 1833-1941, devenant collège par la suite.

4°) Préfet de cette ville depuis le 21 Février 1939, il assiste, seule autorité restante, à l’arrivée des troupes de la Wehrmacht ce Juin 1940 et les accueille ! .il refuse de signer un document présenté par 3 officiers SS relatant l’assassinat de civils (œuvre des SS) par des soldats sénégalais. Il est alors arrêté, battu puis relâché sans avoir apposé sa signature.

 

Sources : émission radio, divers sites internet.

,