PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Prêtée par un musée du Nouveau-Mexique, la bombe nucléaire exposée au Mémorial de Caen va être retournée à son propriétaire. Pour le musée normand, la déflagration est surtout financière.

La bombe H exposée au Mémorial de Caen va repartir aux États-Unis. | DR

Le Mémorial pour la Paix de Caen tenu de renvoyer aux États-Unis un exemplaire de la bombe H qu’il détenait depuis 2002… Conséquence de la crise diplomatique qui secoue la France, l’Australie et les États-Unis ? Stéphane Grimaldi, explose de rire. « Pas du tout. Il s’agit simplement du retour d’un objet prêté par un musée à un autre musée », rectifie le directeur du Mémorial.

En 2001, le National Museum of Nuclear Science & History de la ville d’Albuquerque (Nouveau-Mexique), offrait à son homologue normand le dépôt, pour une durée de trois ans renouvelables, un des 42 exemplaires de la bombe Mark (1), issue de la même série que celles utilisées lors des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki.

« Que les Russes ne nous réclament pas leur Mig ! »

« Il y a quatre mois, poursuit Stéphane Grimaldi, le musée propriétaire nous a demandé de lui renvoyer l’objet. C’est une procédure très courante. » Installé dans la zone du Mémorial dédiée à la Guerre Froide, l’engin posé sur son chariot ne sera pas remplacé. « À vrai dire, ce n’est pas une grosse perte, cet objet n’apportait pas une plus value importante à cet espace », concède le directeur.

En revanche, ce retour à l’envoyeur prévu pour la fin de l’année, ne sera pas sans conséquences financières pour le Mémorial. « Il va falloir construire un caisson spécial et procéder à des manipulations importantes pour faire sortir cet ensemble pesant une tonne et demie. » En ajoutant les frais de transport, cette restitution pourrait coûter entre 10 000 et 15 000 euros au musée normand.

Philosophe, Stéphane Grimaldi n’accorde pas plus d’importance que cela à cet événement « qui n’est qu’une banale péripétie dans la vie d’un musée. En revanche, il ne faudrait pas que les Russes nous réclament leur Mig, nous serions obligés de démonter le bâtiment pour le sortir ».
(1) Bombe thermonucléaire à hydrogène et plutonium, dite bombe H