PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Jeanine MORISSE MESSERLI alias “Niquou” résistante toulousaine

Née le 19 Mai 1921 à Auch (Gers), elle est la fille d’un ancien maire MORISSE de MONFORT (Gers).

Elle est étudiante aux beaux-arts de Toulouse. L’appel du 18 Juin 1940 du Général de Gaulle l’incite,  avec un groupe d’étudiants, à entrer en résistance.

A AUCH, sa mère accueillait chez elle des Belges, Polonais, etc qui fuyaient devant l’avance allemande. Un jour, un ami frappe à la porte et demande s‘il est possible de cacher Marcus BLOOM. Réponse positive. Cet homme est un opérateur radio anglais du réseau PRUNUS, qui restera actif jusqu’en 1943.

Janine va intégrer ce réseau, sera agent de liaison avec Maurice PERTSCHUK, agent Français du SOE. Il est envisagé une action contre la cartoucherie de Toulouse. Janine aura pour 1ére mission le transport d’un émetteur radio dans une valise. Mais trahi par un membre de la cartoucherie, tout le réseau sera arrêté par la gestapo, Janine s’étant quand même réfugiée auparavant dans plusieurs villages gersois.

Arrêtés : Maurice PERTSCHUK1, 2 rue des Pyrénées à Toulouse, Janine et Marcus BLOOM à Fonsorbes (18 km de Toulouse), domaine du château d’Esquiré, appartenant à Jean DALIGNY résistant ainsi que sa compagne Yvonne LAGRANGE, arrêtés aussi. Ce lieu servait à cacher hommes et matériel, petit et gros.

Ils seront interrogés au siège de la gestapo de Toulouse, non loin de la rue des Pyrénées puis incarcérés à la triste prison Furgole de Toulouse. Le 28 Mai 1943 un train les emmène à la prison de Fresnes, où ils resteront 8 mois.

Sur ce, ses parents viennent loger à Paris, où ils possèdent un petit appartement,  dans l’espoir de lui rendre visite, ce qui sera impossible. Janine trouve un moyen de communiquer avec eux. Elle écrit au crayon de papier sur des morceaux de tissus. Ces derniers sont cachés dans le linge sale qu’elle envoie nettoyer chez ses parents, ou dans des doublures voire les ourlets de vêtements.

Elle leur signale son changement de cellule, espérant voir ses parents positionnés non loin de là. Elle apercevra son père.

25 janvier 1944 : un camion les emmène à Compiègne, camp Royalieu, lieu de transit avant l’Allemagne. Ils y resteront 6 jours.

31 Janvier 1944 : un train spécial les conduit vers Ravensbrück  où ils arrivent le 3 Février.

Janine MORISSE se retrouve au Block 13,  tonte des cheveux, visites médicales, dotation d’une veste avec triangle rouge (résistant français) et n° matricule tatoué : 27781.

Malade, supposée avec jaunisse est envoyée au Revier2 pour en principe être soignée. Elle ne le sera pas vraiment. Certaines détenues recevant une piqûre afin d’abréger leur vie.

Solution pour elle : la mort ou l‘évasion. Elle réussira à se faufiler hors du Revier mais à la vue de nombreux cercueils entreposés dehors elle renonce et retourne sur ses pas, où certaines l’accueillent mal, déçues de son échec.

31 juillet 1944 : Janine et quelques autres Françaises sont envoyées à SCHIEBEN dans le Brandebourg  pour aider aux travaux. On l’affuble d’une chemise rayée avec le n° 15100. Le travail : charger des munitions dans un wagonnet et le pousser jusqu’au train, et ce dans la boue, sous la pluie, sous les coups parfois. La faim les tenaille, surtout lorsqu’elles voient qu’on donne du pain aux chevaux. Lors d’une inspection d’une personnalité cette dernière évalue les difficultés de ce travail qui n’avance pas, il va donc leur en donner un autre. Elles iront en usine où elles rempliront les obus de poudre. Bien entendu la notion de résistance n’a pas disparue et elles mettront de plus faibles quantités.

Noël 44 sera vécu sur place mais pratiquement sans nourriture.

Fin Avril  1945 : les Russes arrivent, malgré l’invitation de certains officiers à les suivre les françaises resteront pour attendre l’Armée rouge. Cette dernière, une fois dans le camp déserté par les allemands , leur fournit nourriture, vêtements  et laisser-passer  pour retourner en France.

7 Mai 1945 : arrivée au camp Grimma (province de Hanovre), lieu de rassemblement de tous les prisonniers en vue de leur rapatriement dans leur pays d’origine.

A Paris elle retrouve son père  et sa sœur avertis de son arrivée, sa mère étant restée à AUCH.

Réside ensuite à TOULOUSE, où elle exerce le métier de décoratrice. Et elle y décède ce 13 Septembre 2021, à l’âge de 100 ans.

 

Distinctions : Légion d’Honneur, Croix de guerre 39/45, Croix du combattant volontaire de la Résistance.

 

Nota : Ses textes « tissus » ont été publiés dans un livre « Là d’où je viens » 2008.

Des collégiens et lycéens l’ont interviewée. A donné de nombreux témoignages à la communauté scolaire, malgré les difficultés à témoigner, comme celles ou ceux  ayant vécu de tel drame

Son ressenti : un monde inhumaine et cauchemardesque.

A laissé de nombreux objets personnels témoins au Musée Départemental de la Résistance et de la Déportation à  Toulouse, où elle se rendait souvent.


NOTES : 1°) décédera à Buchenwald le 29 Mars 1945……quelques jours avant la libération du camp.

2°) vient de « Krankenrevier » signifiant quartier des malades.

Sources : divers sites internet, La Dépêche du Midi (14 /09/2021).,travail du Lycée Clémence ROYER de Fonsorbes (Hte Garonne)  concours du CNDR 2017