PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Marcel RAJMAN

Né le 1er Mai 1923 à Varsovie.

A l’âge de 8 ans il arrive en France avec sa famille : le père MOSZEK né à Lublin, la mère CHANA née PELTIN  et son frère cadet Simon.

les 2 frères Marcel et Simon

A 10 ans il s’inscrit dans un ou deux clubs de sports puis à 15 ans après un rattrapage scolaire, passe le brevet. Il travaille ensuite avec ses parents tricoteurs de métier.

Adhère aux Jeunesses Communistes dès leur formation, y milite surtout début 1942 : distribution de tracts, collage d’affiches, manifestations illégales ou non. Il devient le responsable des JC de son 11 éme arrondissement.

Sa famille et lui résident au 1, rue des immeubles-industriels, Paris 11éme.

Exif_JPEG_PICTURE

Printemps 1942, il demande à intégrer les FTP juifs, il y est admis : il est motivé, intelligent et de fait deviendra moniteur d’entraînement au combat. Ensuite il formera le groupe tchèque FTP et avec eux fera sa première action contre 2 officiers nazis le 23 Février 1943 au Pont des Arts à Paris (6 éme).

Puis compétence oblige, il  forme le groupe arménien. Son chef Missak MANOUCHIAN le désigne pour une 1 ére action à Levallois.

3 juin 1942 : un car de la « Kriegsmarine » circule dans le 16 éme arrondissement, devant le 17 rue Mirabeau. Marcel RAJMAN, Ernest BLAUKOFF lancent des grenades sur ce car, la riposte est violente et immédiate. Marcel RAJMAN évite les balles mais Ernest BLAUKOFF grièvement touché, décide d’en finir en utilisant sa dernière balle.

Marcel RAJMAN alias “Faculté” est maintenant recherché par toutes les polices.

Ses parents prévenus de la rafle du 16 Juillet 1942 vont se « planqués » au 296, rue Belleville (porte des lilas) puis ensuite logèrent 62 boulevard Soult (12 éme). Simon y était sous le nom de  Jean ROUGEMONT tandis que sa mère était Annette ROBERT.

Eté 1943 : les FTP-MOI ont pour objectif d’éliminer le général von SCHAUMBURG1, ce dernier se promenant à cheval dans les allées du Bois de Boulogne et revenant en voiture avenue Raphaël, son itinéraire chronométré est relevé par Marcel ROJMAN.

28 juillet : Marcel RAJMAN et Raymond KOJISKI et Léo KNELER2 se postent, guettant l’arrivée de sa voiture venant se garer dans la cour d’un hôtel avant de repartir dans la voiture de fonction vers l’hôtel Meurice, 228 rue de Rivoli (face au jardin des tuileries) (1er). Dès l’apparition de cette dernière, ils lancent leurs grenades, hélas la cible est manquée du fait de sa mobilité et de plus ce n’était pas celle prévue mais le Lieutenant Colonel Moritz von MALIBER3 accompagné d’un officier d’État-Major.

Résultat les recherches envers Marcel RAJMAN s’intensifient, il loge rue de Belleville et est repéré par les services allemands, qui n’interviennent pas préférant exercer une discrète filature.

De juillet 1943 à fin Août, la plupart des FTP-MOI ont été ainsi repérés et fichés.

Les FTP-MOI ne restent pas inactifs non plus et leur service de renseignement piste les dignitaires nazis. L’un d’eux est repéré dans la cour de la maison de la chimie, 28 rue Saint Dominique dans le 7éme. MANOUKIAN en informe Marcel RAJMAN, Léo KNELER et Célestino ALFONSO4 et leur demande de supprimer ce personnage.

28 Septembre 1943 : il est 8 h 30 lorsque Marcel REJMAN et ALFONSO tirent sur la cible montant en voiture, les balles sont  amorties ou déviées par les vitres de la voiture, la cible n’est que blessée, s’enfuit mais Marcel RAJMAN la rejoint et l’abat de 3 balles rue Pétrarque.

La victime était Julius RITTER5, responsable du STO, mais son identité ne fut connue, par la presse, qu’après cette action. Des obsèques conséquentes se déroulèrent en l’église de La Madeleine, puis les journaux diffusèrent largement cet assassinat.

En conséquence des représailles eurent lieu : 50 otages, extraits du Fort de Romainville furent fusillés au Mont Valérien le 2 Octobre 1943.

16 Novembre 1943 : la BS2, brigade traquant les « terroristes » décide d’arrêter enfin Marcel RAJMAN et le fait à l’occasion d’un rendez vous de ce dernier avec Olga BANCIC6.

Lors du procès des 17 et 18 février 1944 le tribunal militaire allemand l’inculpe et le condamne à mort.

21 Février 1944 : il est fusillé au Mont Valérien avec 22 autres condamnés du groupe MANEKIAN.

Ses parents : Son père, arrêté en Décembre 1941, déporté à AUSCHWITZ , convoi n°3, le 22 Juin 1942, y décédera. Sa mère est arrêtée avec son frère Simon le 17 Novembre 1943. Elle partira de Drancy le 3 Février 1944, convoi 67, vers AUSCHWITZ où elle décédera. Simon rejoint la prison de Fresnes, transite par le camp de Royalieu-Compiègne et est acheminé à BUCHEWALD par le convoi 22 de Janvier 1944. Il en reviendra en 1945 après la libération du camp le 18 avril. Décède à Paris le 2 Août 2005.

Notes :

1°) relevé de ses fonctions et réserviste le 30 Avril 1943, retiré du service actif le 31 Octobre 1943.                   Serait décédé le 4 Octobre 1947 à Hambourg ! !

2°) résistant allemand communiste, a fui son pays et s’est engagé volontaire dans l’armée française.

3°) membre de l’état-major de 1°.

4°) républicain espagnol, en France depuis 1927. Mort pour la France (décision 14 Mai 1945).

5°) représentant en France de Fritz SAUCKEL responsable du STO depuis l’Allemagne.

6°) voir article du 24 Juin 2021.

 

NDLR : Les différents témoignages sont parfois différents dans les dates, chiffres ou lieux (voir note n°1).La recherche de la véracité des documents officiels ou non est toujours d’actualité. Les faits relatés après un certain temps sont susceptibles d’imprécisions ou d’oublis.

Sources : divers sites internet, revue d’histoire spécialisée.