PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

           Edmond GUYAUX

 Né le 15 juillet 1922 à VIREUX-WALLERAND (Ardennes) de père Hubert ajusteur et de mère Julie MINET sans profession, cette famille ayant plus tard émigrée à TOULOUSE.

Edmond est étudiant au lycée de garçons de Toulouse (devenu Pierre de Fermat), réfractaire comme beaucoup au STO il prend le maquis celui de Bir-Hakeim1.

Ce dernier créé à Toulouse est dirigé par Christian de ROQUEMAUREL  comprend une cinquantaine de maquisards dont son frère Marcel, 16 étudiants, parmi lesquels Edmond GUYAUX, et des républicains Espagnols réfugiés venant de Villefranche de Rouergue (Aveyron). Ces hommes ont comme base le presbytère de l’église de DOUCH dans l’Hérault depuis le 25 Août 1943.

La Wehrmacht du lieu, sans doute avertie, et ayant constaté une activité anormale décide d’investir ce lieu. C’est ainsi que le 10 Septembre 1943 à 6 h ½ une troupe de 200 hommes environ se prépare à donner l’assaut.

Celui-ci sera repoussé par les maquisards, infligeant de lourdes pertes aux allemands, 10 à 12 tués dont 1 officier. Le chef des maquisards ne voulant pas subir un nouvel assaut et perdre des hommes donne l’ordre de repli qui sera à Saint Pierre des Cats (Hérault). Pour cela 4 résistants, des étudiants dont Edmond GUYAUX, vont couvrirent le repli du groupe. Ce qu’ils feront,uelques avec succès, mais pour être finalement capturés permettant ainsi aux autres résistants d’atteindre leur refuge. Le bilan comptable sera de 2 tués2, 4 prisonniers et 41 rescapés.

Les prisonniers auraient été dirigés sur l’hôpital de Béziers pour y soigner quelques blessures et seront enfermés dans la citadelle de Perpignan. Ils  en seront extraits pour rejoindre la  renommée prison Furgole de TOULOUSE et être définitivement incarcérés à la prison Saint Michel de la même ville.

Ils seront condamnés à mort le 24 Octobre 1943 par le tribunal militaire du Sud, siégeant à Toulouse et fusillés le  9 Novembre 1943 dans cette même prison.

Ils s’appelaient : Edmond GUYAUX, Jacques SAUVEGRAIN né en 1921 étudiant école polytechnique, Henri ARLET né en 1922 et André VASSEUR né en 1924 étudiant picard, employé à la ville de TOULOUSE.

Les corps seront retrouvés à BORDELONGUE (commune Sud de Toulouse) dans une fosse. Trois autres  existaient où les Allemands y avaient « jetés » 28 résistants.

A cette occasion, malgré l’interdiction une messe fut célébrée par l’abbé CISTAC aumônier du lycée en l’honneur d’Edmond GUYAUX et de Jacques SAUVEGRAIN (autre maquisard et élève du lycée).

A Toulouse et à Vireux-Wallerand une rue porte le nom d’Edmond GUYAUX ainsi qu’une stèle érigée à Bordelongue3.

Décrété Mort pour la France en Janvier 1950

 

Notes :  1°) nom donné par Claude BONNIER (alias Hypothénuse), lieutenant-colonel délégué militaire de la région Charente en hommage à cette « victoire » (juin 1942 en Lybie, général KOENIG).

2°) Jean Marie ALLEX, étudiant et Alphonse LANDRIEUX employé PTT.

3°) ne figurent que 27 noms sur la stèle le 28 éme ne serait pas formellement identifié mais seulement supposé.

 

Sources : divers sites internet