PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Paul Pages a été lâchement assassiné par des Allemands qui empruntaient cette voie.

                                       

                                                             La plaque explicative fixée sur le monument

Si vous passez à Pouzols, une stèle d’environ un mètre de haut pourrait attirer votre regard. Située en bordure de la départementale 5, côté droit direction Carcassonne, à 100 mètres environ de la cave coopérative et juste avant l’allée du Château, elle a été érigée pour marquer le souvenir d’un drame survenu le 22 août 1944.

Ce jour-là, une unité de l’armée allemande avait emprunté cet itinéraire pendant la débâcle provoquée par le Débarquement des alliés en Normandie.

Ce jour-là aussi, Paul Pages, jardinier et fleuriste, habitant Lézignan, siège de l’entreprise familiale, rentrait à vélo. Il revenait de soigner ses plants de chrysanthèmes qu’il cultivait dans un jardin loué pour la circonstance.

Le malheur a voulu qu’il croise sur son chemin un des véhicules de l’armée qui se repliait.

La suite de l’histoire comporte plusieurs versions dont la plus plausible paraît être celle d’un témoin réfugié dans une vigne en contrebas de la route.

Deux soldats, à l’arrière d’un véhicule ont essayé de s’emparer du vélo de Paul, lequel aurait manifesté de la résistance. Il aurait alors été abattu par ces hommes qui n’auraient même pas emporté l’engin.

Quatre enfants

Une plaque est fixée sur le petit monument. On peut lire : “ À la mémoire de Paul Pages lâchement assassiné par les Allemands le 24 août 1944 à l’âge de 36 ans. Père de quatre enfants. Regrets éternels. 

“Que sont devenus les quatre enfants ? Le plus jeune, André avait 4 ans et l’aîné, Lucien 12 ans. Roger avait 9 ans, et sa sœur, Suzanne 6 ans.

Ils sont tous les quatre en vie. Deux habitent Lézignan. Roger vit à Toulon et Suzanne à Gruissan.

Celle-ci raconte : “ Nous avons été élevés par notre mère qui nous a nourris dans des conditions très dures, nous avons été déclarés Pupilles de la Nation… mais les aides n’ont pas été à la hauteur. 

Alors, promeneurs, cyclistes, néo-Pouzolais, quand vous passerez devant cette stèle, arrêtez-vous pour avoir une pensée pour cet homme qui s’est malheureusement trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.