PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

 

                      Jean-Jacques AUDUC

Je m’appelle Jean-Jacques Auduc. Je suis né le 9 juillet 1931 à Cérans-Fouilletourte, dans une famille modeste. Mon père construisait des moulins à vent. Il était censé émigrer au Canada, mais il a ensuite rencontré ma mère, qui était secrétaire. Je suis allé à l’école à Saint Pavin. J’avais neuf ans quand la guerre a éclaté. Notre père a été emprisonné par les Allemands, mais il s’est échappé. A son retour, le 10 mai 1940, il arriva dans un orphelinat à la frontière entre la France et la Belgique, où ils avaient massacré une centaine d’enfants. Ils y avaient tué tout le monde. C’est là qu’il a décidé d’entrer dans la résistance, en pensant à ses propres enfants.

Pour former son groupe, il décida qu’il ne demanderait qu’aux membres de sa propre famille, afin d’éviter tout problème de confiance. Alors mes parents, mes oncles et tantes et ma grand-mère ont rejoint le mouvement. J’entrais juste dans l’adolescence, mais je pouvais aller partout où les adultes, eux, ne pouvaient pas. Parce que nous formions un groupe de résistance dans le sud, notre travail était avant tout de recueillir des informations, mais aussi de prendre en charge les soldats américains ou britanniques qui avaient été largués en parachute ou dont les avions s’étaient écrasés. Je transportais des messages, j’allais chercher ces messages dans un hôtel, où ils étaient cachés derrière un radiateur et je les apportais chez ma grand-mère. Je cachais les messages dans le guidon de mon vélo et je parcourais les 25 km jusqu’à chez elle. Il était très difficile de sortir du Mans à l’époque, à cause de la police allemande et française, omniprésentes. Mais je me débrouillais : étant enfant, c’était assez facile. Je n’ai jamais eu de problèmes.

Une des missions  qui me fut confiée venait de photos de l’aérodrome du Mans, prises par les Britanniques. Ils avaient remarqué une flotte d’avions et s’inquiétaient de ce que pouvait être leur objectif. Il était impossible de s’approcher de l’aéroport sans problème, alors j’y suis allé avec mon cerf-volant, pour jouer. Les soldats allemands étaient assez vieux et pas très effrayants. Ils ont même joué avec moi ! Je compris que les avions étaient en bois, c’était des faux. Ils ne les avaient même pas peints en dessous. J’ai donc fait passer le message et les Britanniques ont largué de fausses bombes taillées dans du bois, comme une blague, mais c’était aussi une tactique d’intimidation : ils voulaient que les Allemands sachent qu’ils n’avaient pas le contrôle total, qu’il y avait de la résistance. Pour les rendre paranoïaques, qu’ils se méfient d’espions potentiels, cachés partout.

Des armes étaient parfois parachutées derrière la maison de ma grand-mère. Toute la famille devait être là car il y en avait beaucoup, qu’il fallait faire disparaître immédiatement. C’est moi qui surveillais, au cas où quelqu’un arriverait. Une fois, j’ai cru qu’il y avait un problème et j’ai donné l’alarme. En fait, il ne s’agissait que de quelques vaches au loin. Mais on m’a quand même félicité, car j’avais onze ans et j’accomplissais ma mission consciencieusement.

Les Américains avaient beaucoup d’avions, mais pas assez de pilotes. Lorsque les avions étaient abattus, ils venaient récupérer leurs hommes. Quelques pilotes alliés avaient été abattus autour des villages environnants. L’un d’eux était David Butcher, à Poille-sur-Vegre. Il était mitrailleur de queue sur un bombardier B-17. La section de queue avait été abattue et il avait atterri en parachute dans un champ. Les neuf autres hommes de l’équipage avaient tous été tués. Nous avons gardé ces survivants chez nous parce que nous ne pouvions pas les emmener à travers les Pyrénées à l’époque, nous aurions été arrêtés.

Il nous fallut attendre qu’un autre groupe se forme pour nous aider à les faire échapper. Les quatre Américains logeaient dans une petite pièce du grenier, mais après une semaine, nous avons dû les laisser sortir. Ma mère, secrétaire, leur faisait de faux papiers, des cartes d’identité, à son travail. Ils étaient censés être sourds et muets. C’est moi qui ai escorté David Butcher et j’ai été appréhendé pour cela. J’avais peur, je n’avais que douze ans à ce moment-là. Mais il a saisi ma main pour me faire signe de ne pas m’enfuir. Il a sorti des papiers de ses poches, expliquant son état. Les Allemands semblèrent s’excuser. Nous avions très peur, mais ils nous laissèrent partir. Butcher a dit qu’il se trouvait trop près d’eux, il se sentait beaucoup mieux dans son avion.

Mes parents furent arrêtés début novembre 1943. Une de nos voisines m’attendait au bout de la rue et me fit signe de ne pas rentrer chez moi. Elle m’apprit que la Gestapo m’y attendait. Ils me recherchaient, parce que j’étais enfant et qu’ils savaient que ce serait facile de me faire parler. Ils attendirent longtemps à la maison que quiconque se présente. Ma famille s’était attendue à ce que quelque chose comme ça arrive, alors nous avions un plan. Je devais aller à Paris dans ce cas, où une personne de l’organisation m’attendrait. Mais à mon arrivée, il n’y avait personne. Cette personne avait également été arrêtée. Je ne savais pas quoi faire. Cependant, j’eus de la chance car à l’époque il y avait des hommes qui s’occupaient des bagages dans les gares. L’un d’eux s’approcha de moi, voyant que j’étais seul sur le quai. Je lui expliquai la situation et il s’avéra qu’il était du même village que moi. Ce fut lui qui s’occupa de moi pendant un certain temps.

Trois mois plus tard, mes parents furent envoyés dans un camp, ma mère dans un et mon père dans un autre. Tout le monde fut séparé.

J’avais plusieurs adresses où aller, mais je ne restais jamais longtemps au même endroit. Il y avait un endroit où je suis resté trois jours et la Gestapo est arrivée le lendemain. Je devais me déplacer sans cesse. Les dernières personnes chez lesquelles je séjournai étaient des prostituées de Montmartre, qui étaient très gentilles avec moi, parce que certaines personnes ne voulaient même pas de moi chez elles – c’était trop dangereux. Mais les prostituées m’ont gardé, en sécurité. Finalement, je pus retourner dans la maison de ma grand-mère, où se trouvait déjà mon frère, car la Gestapo avait cessé de s’intéresser à moi.

J’étais avec elle le Jour J. Nous écoutions la radio britannique et c’est ainsi que nous apprîmes que le Débarquement avait eu lieu. L’espoir se faisait jour, avec le cauchemar qui prenait fin et la possibilité de revoir mes parents.

À la fin de la guerre, tous les espoirs reposaient sur les Américains. En tant qu’enfant, je ne pensais pas à ce qui pouvait arriver après. Je ne pensais qu’à voir ma mère, mes parents. La plupart des gens ne savaient pas ce qu’étaient les camps de concentration. Nous pensions que c’était comme des usines où les gens étaient envoyés travailler. L’horreur était inimaginable à l’époque. Un de mes oncles y fut tué. Mon père et un autre oncle ont réussi à revenir. Alors que ma mère était dans un camp, elle a été vendue à un laboratoire pour des expériences. 98 % de ces femmes ont été tuées. Mais elle est revenue, bien qu’en mauvaise santé. Les médecins ont dit que ce serait bien pour elle, quand elle irait mieux, d’avoir un autre enfant. Elle s’éteignit cinq mois après la naissance de ma sœur, à 41 ans.

Plus tard, je finis par prendre des cours par correspondance, pour étudier la sylviculture. J’ai passé mon temps dans la forêt avec des animaux, comme mon père avant moi. Je fais maintenant  partie de l’Association Franco-Américaine, où j’ai un poste à responsabilités. J’ai une médaille qui m’a été remise par le général Eisenhower.

 

JEAN-JACQUES AUDUC,

LE MANS, FRANCE

Traduit de l’anglais par Tristan PASSEPONT ,d’après un texte de Sasha MASLOV photographe ukrainien résidant aux USA et qui a, de 2010 à 2014, parcouru 23 pays lui permettant de recueillir une centaine de témoignages auprès de survivants de la seconde guerre mondiale, survivants en majorité disparus maintenant.