PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com
Au nom de notre partenariat local dans le Doubs, nous sommes aux côtés du Souvenir Français
268 “Morts pour la France” sur les terres lointaines coréennes,
Multiplions nos efforts, ils ne sombreront pas dans l’oubli!

Doit-on les oublier ?

Doit-on oublier les 268 Français morts sur les terres lointaines coréennes ? Doit-on oublier ces combattants volontaires qui ont participé à cet épisode de la guerre froide ? Doit-on les exclure de notre mémoire nationale ? La guerre de Corée a commencé il y a 70 ans. Elle a fait 268 “Morts pour la France”. Aucun traité de paix n’a été signé. L’actualité nous rappelle régulièrement que les deux nations qui se partagent aujourd’hui la péninsule peuvent à tout moment s’embraser. Dans l’histoire de la France, la guerre de Corée occupe peu de place. Dans l’histoire du monde, elle est essentielle. Les combattants français qui s’y sont illustrés, en particulier à Wonju, à Twin-Tunnels, à Chipyong-Ni, aux combats de la côte 1037, à la bataille de Crèvecoeur, aux combats du T-Bone, à la bataille d’Arrowhead et aux combats du secteur de Song-Kok méritent mieux que notre oubli et que notre silence. Ils sont “Morts pour la France”, comme meurent aujourd’hui les combattants des opérations extérieures. Ils sont morts parce que la France ne peut pas se replier sur elle-même, parce que le monde est, hier comme aujourd’hui, complexe et que notre Nation doit impérativement demeurer un des gardiens de sa stabilité. Alors que se multiplient les anniversaires du 80ème (de 1940), 130ème (naissance du général de Gaulle), 150ème (de 1870), ce 70ème anniversaire doit nous rappeler que des hommes ont fusionné leur destin individuel dans celui collectif d’une guerre où se jouait le sort de l’humanité.

Le Souvenir Français sera présent sur l’ensemble des tombes des combattants “Morts pour la France” en Corée autour du 13 octobre.

Serge BARCELLINI
Contrôleur Général des Armées (2s)
Président Général de l’association “Le Souvenir Français”