PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com
La Franche Comté a été le berceau de bien des groupes de résistants, organisés ou à l’initiative de quelques poignées d’hommes.
Nous vous faisons partager  l’écrit du docteur Gérald MONGIN,  Président du cercle Napoléonien qui rend hommage à son grand Père sur Facebook et qui nous a été transmis par des Francs Comtois, fiers de leurs racines.
Le journal local a consacré un bel article à ces Résistants de la première heure! en juin 2020

  16 JUIN 1940 – TOUT PREMIER ACTE DE RÉSISTANCE CIVILE FRANÇAISE

 

“Permettez un écart à ma décision de ne pas exposer, dans les pages Facebook, d’éléments ne concernant pas l’histoire du Consulat et de l’Empire. 

Mais là, nous touchons aussi à l’Histoire de France, et à des Valeurs qui n’ont hélas plus beaucoup cours aujourd’hui…

A cette date, deux paysans de Vanne, petit village de Haute-Saône, Jules MONGIN, 53 ans, et son ami de toujours, Arthur LÉTANG, 51 ans, sont abordés par un motard allemand qui les menace et, avec son fusil, les met en joue.
Après une courte lutte, ils arrivent à se saisir de l’arme de l’allemand et à lui asséner plusieurs coups de crosse mortels.
Ils font ensuite disparaitre la moto et le corps.

Début mars 1941, Jules MONGIN et Arthur LÉTANG sont avertis que l’occupant a été informé de leur acte.
On leur propose de se réfugier en zone libre, en zone “nono” comme on dit alors.
Par crainte de représailles sur leurs familles, Arthur LÉTANG, marié, 2 enfants et Jules MONGIN, marié lui aussi, dix enfants, restent sur place et sont arrêtés, le 23 mars pour Jules MONGIN et deux jours plus tard pour Arthur LÉTANG.

Le samedi 26 avril 1941, tous deux sont jugés par le tribunal militaire allemand de Vesoul, et sont condamnés à mort.

Le 14 mai 1941 à 6h10, Jules MONGIN et Arthur LÉTANG, qui refusent de se laisser bander les yeux, sont passés par les armes au lieu-dit “Combe Freteuille” à Frotey-les-Vesoul.
Ils sont les premiers fusillés de ce lieu où furent aussi fusillés 39 autres résistants.

L’acte de Jules MONGIN et d’Arthur LÉTANG a été reconnu comme le tout premier acte de résistance civile française de la guerre.

Jules MONGIN avait confié à son fils Jean, encore jeune, une médaille de Sainte-Hélène, héritage d’un lointain ancêtre ayant servi l’Empereur et la France. Cette médaille, Jean, mon père, me l’a transmise alors que j’avais moi-même six ans. Je l’ai toujours, précieusement conservée, elle m’a accompagnée lors de mon pèlerinage à Sainte-Hélène.

Jules et Jean étaient tous deux d’une autre race, de la race de ces combattants franc-comtois qui ont tant donné pour la France. Malgré tous mes efforts, je sais que je n’arriverai jamais à la cheville de mon père et de mon grand-père.”

 

https://www.estrepublicain.fr/defense-guerre-conflit/2020/06/28/apres-un-acte-de-resistance-jules-mongin-avait-ete-fusille

 

https://fusilles-40-44.maitron.fr/?article168918