PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

                         L’APPEL DU 18 JUIN 1940

VERS 18 H : enregistrement du message1, aux studios de la BBC, à destination des Français présents sur le territoire britannique, invitant officiers, soldats, ingénieurs, ouvriers spécialisés à prendre contact avec lui en évoquant la « flamme » de la résistance Française, le refus de se soumettre à l’occupant.

Deux facteurs pour ce fait historique : De GAULLE un patriote à la foi inébranlable, visionnaire de surcroît et CHURCHILL à la pugnacité reconnue.

                                                       

Quatre jours plus tard, le 22, signature de l’armistice et nouvel appel (enregistrement conservé contrairement au 1er et qui d’ailleurs n’avait pas été filmé)

PRÉCÉDEMMENT

9 Juin : Charles de GAULLE, Roland de MARGERIE chef de cabinet de REYNAUD et Geoffroy de COURCEL vont au 10 Downing Street à Londres demander à CHURCHILL d’envoyer des renforts terrestres et aériens en France. C’est accordé dans un 1er temps mais sans date définie puis refusé pour ne pas affaiblir les forces Britanniques.

16 Juin 1940 : Charles de Gaulle convaincu que le gouvernement de Vichy va signer l’armistice, quitte Bordeaux pour Londres dans l’avion du Général SPEARS.

° Prend demeure dans l’appartement d’un de ses collaborateurs, sis au 7/8 Scamore Grave, près d’Hyde Park. Plus tard ce sera à Saint Stephens House près de la Thames (Tamise).

                 

°° Demande à Winston Churchill de diffuser son appel, mais Pétain l’ayant fait le 17 Juin (enregistré à 18 h 30 depuis une salle du lycée Longchamp de Bordeaux), cela est reporté au 18.

°°° Donc ce 18 juin diffusion vers 22 h, puis le 19 vers 16 h.

°°°° Texte quasiment intégral donné par la BBC à la presse française, surtout celle du sud car en zone libre (la Dépêche du Midi publie un article avec la photo de Charles de Gaulle).

°°°°° Lucien NEUWIRTH, député gaulliste et résistant rejoint la Grande Bretagne peut être influencé par sa mère pleurant d’émotion à l’écoute de l’appel de Charles de Gaulle.

°°°°°° Feront de même les généraux CATROUX, LEGENTILHOMME, l’Amiral MUSELIER (à l’origine du symbole de la Croix de Lorraine), plusieurs officiers, marins et anciens de Narvik.

°°°°°° Les habitants de l’ile de SEIN ont entendu cet appel et 128 d’entre eux vont rejoindre Charles de GAULLE le 22 Juin (version 1) ou sont partis avant d’avoir eu connaissance de cet appel (version 2) suivant les témoignages recueillis.

°°°°°°°La plupart des Français ignorait cet appel notamment ceux sur la route de l’exode, espérant trouver refuge quelque part sur leur parcours et fuyant les dangers venus du ciel (les STUKAS et leur sirène stridente) et ceux du terrain les « Panzers ».

°°°°°°S’ajoutent aussi les militaires qui veulent se battre. Hélas les 17 et 20 juin des cadets de l’école de Saumur trouvent la mort sur les ponts enjambant la Loire.

°°°°°°° Cependant des millions de Français ont entendu l’allocution du Maréchal Pétain, allocution dont les mots choisis sont empreints de compassion, de sensiblerie, confirmant ainsi que la guerre est perdue pour la France après 5 semaines de combats et que l’armistice est la solution la plus envisageable.

°°°°°°°°°°°°° Beaucoup, pour ne pas dire la plupart des Français ou même présents à Londres marqués par l’allocution Pétainiste ne sont pas sensibles à cet appel du 18 Juin et reviennent en France poursuivre leur vie.

 

QUID de CHARLES de GAULLE

Officier de grande valeur, auteur d’ouvrages sur la stratégie militaire dont « Vers l’armée de métier » en 1934. Ce dernier livre indique que la vitesse de mouvement est essentielle dans les combats : emploi de chars, d’avions. Mais l’Etat major n’en est pas convaincu restant sans doute sur les acquis de la guerre 14/18.

CHARLES DE GAULLE est nommé commandant d’une division blindée en 1940.

Lorsque Hitler attaque, le Colonel DE GAULLE repousse l’ennemi d’une vingtaine de Km à Montcornet le 17 Mai.

Il est nommé provisoirement (jusqu’au 1er Juin) Général de brigade le 23 mai 1940 par Paul REYNAUD   chef du gouvernement et adepte de ses idées. Il est à 49 ans le plus jeune général en fonction.

Ensuite il est désigné le 5 Juin 1940, toujours par Paul REYNAUD, sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, mais en même temps il, REYNAUD, octroie à Pétain la vice-présidence du conseil et remplace le Général GAMELIN par le Général WEYGAND.

Toutes ces modifications divisent en deux le gouvernement :

— PETAIN et son armistice

—- CHARLES DE GAULLE et Georges MANDEL pour résister et combattre l’occupant

Trois options se présentent à ces 2 divergences :

Le réduit breton à  nid  de résistance, puis départ pour l’AFN,

refus de QUIMPER plutôt que Bordeaux pour y transférer le

gouvernement.

Repli sur Alger à REYNAUD préférerait une capitulation et un gouvernement en AFN

Union franco-britannique à REYNAUD envoie Charles de Gaulle à Londres pour que

Winston Churchill revienne sur sa décision du 28 mars

précisant que la France ne doit  pas traiter seule.

  • Jean Monnet est partisan d’une fusion France-Grande Bretagne.

 

16 Juin : il est 17 h, Charles de Gaulle dicte à REYNAUD la note acceptant la proposition de fusion, puis rendez vous à Concarneau pour la signature.

 

CHARLES DE GAULLE rentre à Bordeaux en avion, le soir du 17 Juin, au siège du gouvernement. Déception, au lieu d’un accueil chaleureux qu’il espérait, il apprend la démission de REYNAUD remplacé par PETAIN.

C’est la tuile, donc l’armistice sera bel et bien signé.

Georges MANDEL   est arrêté. De GAULLE craint pour sa famille (femme et 3 enfants en Bretagne). Il les emmène avec lui à Londres, ayant en poche 100 000 francs provenant des fonds secrets du gouvernement et donné par REYNAUD afin de financer ses besoins.

 

CHARLES DE GAULLE préfère la « perfide Albion », que les français détestent, à l’AFN car il connaît bien CHURCHILL, un combattant tenace.

 

LE CLASH 

CHARLES DE GAULLE le matin du 17 Juin programme ses rendez-vous de l’après midi et à 9 h il accompagne Sir Edward SPEARS le représentant de CHURCHILL qui repart en Grande Bretagne en avion.

Ils se disent au revoir, se serrent la main. L’avion commence à rouler et d’un bond DE GAULLE saute dans l’avion. Policiers et gendarmes en restent cois (tome 2 des mémoires de Charles de Gaulle)

 

Arrivé à Londres DE GAULLE souhaite avoir accès aux studios de la BBC et le demande à Churchill, mais Pétain est en train de diffuser son message.

 

Le texte2 de CHARLES DE GAULLE est présenté au cabinet de guerre, à Duff COOPER le ministre de l’information, le contenu remanié sous-entend, plus de diplomatie, moins d’agressivité envers Vichy, ne pas rompre avec Pétain et éviter que la flotte française ne tombe aux mains des allemands.

Le 18 Juin ce texte3 est rejeté par Lord Edward HALLIFAX, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, qui aurait préféré traiter avec d’autres Français qu’avec un Général quasiment inconnu, de plus il est partisan de négocier secrètement avec GOERING.

 

Mais à 17 heures SPEARS   va interrompre la sieste de CHURCHILL, trouver un compromis et à 18 h CHARLES DE GAULLE enregistre son appel dont la diffusion serait à 20 h 15, mais qui le sera finalement à 22 h. Appel qui n’aura pas l’impact voulu, Pétain ayant diffusé son allocution la veille à 12 h 30, peu de foyers possédant un appareil de TSF.

 

CHARLES DE GAULLE ne peut émettre un second appel le 19, mais il le fera le 22 après l’armistice.

 

28 Juin : De GAULLE est reconnu chef des Français libres par CHURCHILL. De suite il forme des volontaires qui combattront à Bir-Hakeim en Lybie sous les ordres du Général KOENIG.

 

2 Août : Charles de Gaulle est condamné à mort par Vichy, ce qui ne l’empêchera pas de réunir beaucoup de Français libres dont 500 après les premières semaines de son appel. .

 

Notes :    

1°) Tapé à la machine de 15 h à 18 h par Elisabeth de MIRIBEL (arrière-petite fille de Mac Mahon) d’après les notes manuscrites mais raturées voire illisibles de De Gaulle.

Elle est aidée par Geoffroy Chodron de Courcel (cousin de Bernadette Chirac),

ordonnance de Charles de Gaulle et ami d’Elisabeth. Le brouillon du texte a été rédigé le 17 au matin à Bordeaux.

2°) au patrimoine de l’UNESCO depuis le 17 Juin 2005.

3°) un texte daté du 21 Mai 1940 aurait été retrouvé, texte diffusé à la radio le 2 Juin sous le titre « le ¼ d’heure du soldat »

ENIGME :              130 = 80 + 50   ?

      Réponse :  CdG est né il y a 130 ans = l’appel il y a 80 ans + décès CdG il y a 50 ans

NDA : document établi en pensant à mon père tombé sous les balles allemandes le 18 Juin 1940.

 

Sources : sites internet dont « Hérodote », revues spécialisées et Mémoires de CDG, émission TV   « Toute l’histoire ».

Il y a quelquefois discordance dans les dates ou situations selon les sources, d’autant que ce sujet est assez complexe.