PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

DE MARSEILLE à STRASBOURG
La première armée Française qui compte 250.000 combattants dont 5000 femmes (AFAT) a débarqué en PROVENCE, après avoir libéré l’Isle d’Elbe, le 15 aout 1944.
Elle est commandée par le Général Jean DE LATTRE DE TASSIGNY.
Dès son arrivée sur le sol Français, celui-ci décide d’attaquer les forces allemandes à TOULON et MARSEILLE. Il libère les deux villes. Il a 60 jours d’avance sur les prévisions.
Face à ce premier succès il poursuit sa course et remonte la vallée du Rhône avec l’appui des FFI et des populations locales. Sa remontée de la vallée du Rhône est émaillée de durs combats à Chalon-sur-Saône, Beaune et Autun mais les troupes sont très vite à Dijon.
DE LATTRE DE TASSIGNY reprend sa route en direction de l’Alsace et décide de passer à l’offensive dans le Doubs.
Le général DE GAULLE venu à Besançon accompagné de W. CHURCHILL, s’étonne de ce projet en raison d’un temps exécrable dans la région. Les forces prévues sont l’infanterie Marocaine et la 5ème DB à l’Ouest. La 9eme de l’infanterie Coloniale, 9eme Zouaves, 6eme de tirailleurs Marocains et la 1/2 Brigade d’Auvergne déjà en place le long de la suisse.
Ils se font confirmer par le Général DE LATTRE DE TASSIGNY sa volonté de prendre position avec ses goumiers sur la ligne de front.
Le 24 septembre1944, DELATTRE de TASSIGNY se voit remettre par le général DE GAULLE « La croix de la Libération » au château de Bournel (Doubs)
« Le Château de Bournel est la résidence du Marquis DE MOUSTIER, résistant arrêté par la Gestapo avec deux de ces fils en Aout 1943. Envoyé au camp de NEUENGAMME il va mourir d’épuisement et de privations le 8 mars 1945 juste avant la libération de ce camp.
Léonel de MOUSTIER a été inhumé au château de BOURNEL en octobre 1945. »
Le front s’est stabilisé et les allemands qui ont depuis longtemps fortifié leurs positions le long de leur frontière Alsacienne, créant de nombreux champs de mines, en profitent pour renforcer encore leurs défenses, entre autres dans la trouée de BELFORT et le massif des Vosges.

Malgré un temps épouvantable et une neige abondante les Français attaquent le 14 novembre tuant le Général OSCHMANN en visite d’inspection des troupes allemandes et, le 17 novembre la France lance sa percée à l’Ouest.
Elle libère les villes de Héricourt, et Montbéliard, puis Hérimoncourt et Seloncourt….
Le 18 novembre le long de la Suisse la ville de Delle est prise, intacte avec son pont et le 19 les troupes venues d’Afrique arrivent au bord du RHIN.
Après la libération d’HERICOURT, l’infanterie marocaine fonce vers BELFORT qui est libéré le 20 novembre, malgré sa ceinture de protection de 14 forts de la fin du XIX ème siècle, occupés par l’ennemi.
La riposte allemande du 22 novembre est vite repoussée et la 2ème DB entre dans STRASBOURG le 28 novembre
« Les Américains et le Général PATTON, qui a mis 2 mois pour libérer METZ ville aussi fortifiée que BELFORT, ont été bluffés par le Général DE LATTRE DE TASSIGNY » (dixit Philibert de Loisy)
Le Général DE LATTRE de TASSIGNY est mort le 11 janvier 1952, il a eu des funérailles nationales et a été fait MARECHAL DE FRANCE.

La Fondation créée en son honneur est reconnue d’utilité publique depuis 1955. Elle est présidée par le Président du Sénat

 

Anne CHALONS                                                                        Tiré de : « L’offensive du Doubs »
Officier de la Légion d’Honneur                                                   Fondation Maréchal de LATTRE
Présidente  Nationale FNAPOG                                                  Par Mr. PHILIBERT DE LOISY

 

 

 

Maréchal Jean De Lattre de Tassigny