PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

                                              Les frères BIELSKI

La famille BIELSKI : David et Beila d’origine juive ont 12 enfants, 10 garçons et donc 2 filles. Ils sont agriculteurs, ont un moulin dans un village proche de STANKIEVICH et ont donc une très bonne connaissance de la topographie des lieux, de leurs habitants ce qui sera très utile pour échapper aux allemands et à la milice Biélorusse. Ils observaient le Shabbath et les fêtes juives et étaient en bons termes avec leurs voisins qu’ils fréquentaient à l’occasion.

Ils étaient Polonais jusqu’à l’annexion à la Russie le 14 Septembre 1939.

ASAËL est le 5 ème fils et a 2 ans de moins que TUVIA son frère.

C’est la seule famille juive de STANKIEWICH en Pologne, actuellement Biélorussie.

Ses frères aînés étant partis et la santé du père déclinant, c’est à TUVIA1 qu’incombe le rôle de chef de famille, il organisera même le mariage de sa sœur TAJBA.

Les allemands envahissent l’URSS le 22 juin 1941 et occupent la Biélorussie occidentale (partie de la Pologne jusqu’en 1939 puis annexée à l’URSS ensuite). Hitler installe son QG à Werwolf (loup-garou) à côté de VINYTSIA3 (libérée le 20 Mars 1944).

De juillet 1941 à mai 1942 des dizaines de milliers de juifs sont massacrés en région de NOVOGROUDOK (NAVAKROUDAK maintenant).

De 1942 à 1943 la police allemande et les troupes spéciales les « Einsatzgruppen » liquident les ghettos de la région en éliminant la plupart des habitants.

Les allemands tuent les parents BIELSKI et 2 frères vivant dans le ghetto de NOWOGRODEK le 7 Décembre 1941. Trois frères en rechapent : TUVIA (1906-1987), ASAËL (1908-1945), ZUS (1910-1995) qui fuient dans la forêt voisine de Perelaz et Zabielovo pour sauver leur vie, celle de leur famille, ils sont accompagnés d’une trentaine de personnes juives pour la plupart.

Ce sont ces dernières qui formeront le groupe de partisans, appelé « l’Otriade », et qui choisiront TUVIA comme chef, ASAËL son frère devenant son adjoint, tandis qu’à ZUS le 3 ème frère, le plus jeune, on attribuera la reconnaissance et surveillance. Aaron un autre frère (né en 1927) fait aussi partie du groupe.

De surcroît ils protégèrent les leurs en mettant à disposition des lieux sûrs, surtout aux femmes, enfants et personnes âgées qui s’échappait des ghettos et se réfugiaient en forêt.

Vient l’opération Barbarossa et TUVIA, ZUS2 et ASAËL sont appelés pour lutter contre les nazis. Mais trop de dissensions apparaissent et les unités sont dissoutes. Les 3 frères repartent donc à STANKIEWITCH où en juillet 1944 arrive la Wehrmacht. Les résidents juifs sont transférés à NOWOGRODEK.

Les 3 frères vont donc se cacher dans les forêts avoisinantes.

CHAJA future belle-sœur de TUVIA s’est enfuie du ghetto. S’est mariée à ASAËL avant la fin de la guerre.

ASAËL est enrôlé dans l’armée rouge mais est tué 6 mois après à la bataille de Köenisberg en Février 1945 et n’a jamais connu sa fille ASSAELA

Le groupe BIELSKI fut très actif dans la résistance entre 1942 et 1944. Environ 1200 juifs eurent leur vie épargnée, c’est le plus grand sauvetage de l’holocauste.

Leur armement provenait d’amis, des soviétiques ou de la récupération sur les allemands

Pour TUVIA l’objectif majeur était de la vie de ses compatriotes (l’amour de l’autre selon le Rabin HILLEL dit le sage , 110 avant JC ).

Les frères BIELSKI incitèrent les juifs de MINSK, de LIDA, de MIR de NAVAHROUDAK et d’autres ghettos à s’enfuir et à venir les rejoindre.

D’ailleurs fin 1942 une expédition fut mise au point pour sauver plus de 100 juifs du ghetto d’IWIE, juste avant que les allemands ne détruisent ce camp.

De jeunes guetteurs surveillaient les itinéraires empruntés par les réfugiés.

Fin 1942 le groupe dépassait les 700 âmes et changeait souvent de place et ce jusqu’ à l’été 1943 car ensuite au mois d’Août les allemands lancèrent une véritable chasse à l’homme avec plus de 20 000 soldats, promettant une prime de 100 000 Reichmark contre toute information permettant de capturer TUVIA BELSKI.

Le groupe devenant de plus en plus important, 600 à 700, était probablement plus facilement repérable, sans compter avec la possible trahison des paysans locaux qui le ravitaillait. Le groupe décida donc, fin 1943 de quitter cet endroit pour une région marécageuse, difficile d’accès dans la dense forêt de NALIBOKI rive droite du Dniepr.

Ayant installé son groupe TUVIA continua son œuvre : sauver, sauver.

C’était en fait une communauté juive vivant en forêt, composée de menuisiers, de tailleurs, de forgerons etc employant 200 personnes réparties en différents ateliers. Furent créés : boulangerie, moulin, blanchisserie, infirmerie, école, synagogue et même prison le tout permettant une coopération économique avec les résistants soviétiques.

Ils cultivèrent la terre, récoltèrent de quoi se nourrir. L’ensemble était supervisé, administré par les partisans soviétiques dont le général Vasily CHERNYSHEV alias Platon qui appréciait TUVIA.

Le groupe de TUVIA, appelé « Otriade » fusionne avec celui de Victor PANCHEKO lié d’amitié avec TUVIA et se renforçait de juifs qui quittaient les groupes de résistants soviétiques car certains laissaient paraître quelque antisémitisme. Les autres otriades étaient dirigées par des communistes.

Le groupe original se scinda en plusieurs pour effectuer des missions différentes comme destruction de pont, de voies ferrées de convois de trains, évasion de ghetto mais aussi exécution des collabos Biélorusses.

Le 22 juin 1944 les troupes soviétiques lancent une vaste offensive contre les allemands en Biélorussie qu’ils libèrent.

A ce moment le groupe BIELSKI était fort d’environ 1200 membres dont 70 % de femmes, enfants, personnes âgées qui sans cela auraient été éliminés par les allemands, seulement une cinquantaine périt

Après 1945 TUVIA et ZUS partirent en Palestine où ils combattirent en1948 jusqu’à la création de l’état d’Israël. Ensuite ils émigrèrent aux USA.

En 1986 eût lieu un dîner à l’Hôtel HILTON de New York en l’honneur de TUVIA BIELSKI avec pas moins de 600 invités.

 

Notes :

1°)  TUVIA : en 1927 est recruté dans la Polish Army. Se marie en 1929 avec RIFKA, vivent près de SUBOTNIKI mais arrêté par le NKVD en 1939 Tuvia quitte son village et veut emmener sa femme qui refuse de le suivre. Ils divorceront en 1939. Se marie ensuite avec Sonia WARSHASKI mais qui sera tuée peu de temps après. Et enfin il se marie à nouveau avec « une jeunette » Lila Lifka TIKTIN âgée de 17 ans et resteront ensemble pendant 44 ans.

 

2°)  ZUS de son vrai prénom Alexandrov se maria 2 fois : avec Cyril BOROWSKI tuée avec leur fille par les nazis, la 2 éme Sonia BOLDO avec qui il eût 3 enfants (David, Jay et ZVI) émigra en Israël puis aux USA en 1956 où il retrouva son frère TUVIA devenu chauffeur livreur à New York. ZUS créera sa propre compagnie de taxis.

3°)  C’est de ce lieu VINNYTSIA qu’en 1942 aurait été prise la décision d’incorporer les Alsaciens -Mosellans dans la Wehrmacht.

C’est aussi à cet endroit que les allemands auraient découvert en 1943 trois charniers, imputables au NKVD lors de la répression stalinienne de 1937, et demandaient un comité international pour enquête.

De cette histoire ont été réalisés :  Un film – les insurgés d’Edward Zwick-

:  deux romans -Défiance de Nechama TEC-,- Les frères Bielski de Peter  Duffy en 2004, préface de Simone Veil.

 

Sources :  internet francaise ou de langue anglaise telles que : britanica, facinghistory, timesofisraël, jewishvirtuallibrary, Historia, Voie militante, Yechiva , Roman.kroke, Shoa ressource.center.

 

NDA :   a) les informations collectées sont quelquefois imprécises, différentes pour les données chiffrées mais cela n’altère en rien la véracité du récit, resté quelque temps oublié lui aussi.

  1.  b) Il a été évoqué la participation du groupe BIELSKI à un « massacre » d’un village Biélorusse  NALIKOBI, mais là encore difficile d’établir la vérité avec des témoignages imprécis et contradictoires.
  2. c) Cet aperçu des frères BIELSKI peut être complété tant cette histoire est complexe et les sources nombreuses, tout élément trouvé ayant un nouveau lien à explorer.