PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

 

 

 NOS AÏEUX HEROÏQUES : Des oubliés aussi !!!

 

Depuis fin juin, la France a vécu au rythme des commémorations. Elles ont été nombreuses : Centenaire de la guerre de 14/18 et 75e anniversaire des débarquements en Normandie et en Provence….

Dans toutes nos villes, toutes nos bourgades et jusque dans le plus petit village de France, on a salué et dignement honoré les morts, de tous les pays alliés, glorieux acteurs de notre libération.

A ces hommages, ont été associés tous les résistants, acteurs courageux d’actions brillamment menées sur le terrain, au péril de leur vie et en sont morts. Ils étaient nombreux : la simple idée que nous puissions perdre, que nous puissions devenir nazi, n’a laissé personne indifférent et a mobilisé derrière le Général Gaulle tous ceux qui voulaient sauver la FRANCE.

Notre pays entretient une relation mémorielle particulière principalement avec toutes ses victoires militaires.

Il l’a commémoré et s’en est souvenu de façon grandiose, sur tous les lieux de combats qui ont conduits à la victoire.

C’est le « Droit de Mémoire » porté par les anciens combattants rescapés. C’est généralement par des journées dédiées, au pied du monument aux Morts, que les Français se souviennent de ce droit fondamental. Qu’en est-il au quotidien ???

La mémoire est devenue sélective et les cérémonies de la guerre 39/45 en ont montré un frappant exemple :

Qui s’est souvenu des jeunes hommes mobilisés et devenus soldats par décision de l’État en juin 1939.

Ils ont donné leur vie pour défendre « la FRANCE » ??? et Personne n’en a parlé.

OUBLIES tous ces héros sacrifiés de 1940… ! avant la

reddition ….

 Ils ont pourtant un Droit de Mémoire individuel ??? Leurs proches doivent bénéficier du Droit de Mémoire Familial, dont parlent leurs frères rescapés.

Ce    droit : « Il   oblige   l’Etat   à    les   aider   et    les   soutenir,        financièrement,      moralement et psychiquement. » disent-ils.

Ces vies sacrifiées avant la débâcle ne sont-elles pas assez glorieuses, pour que ces héros soient oubliés dans le Droit de Mémoire Collectif ??

 

« CE DROIT DE MEMOIRE, C’EST LA REPARATION QUE DOIT LA NATION A SES SOLDATS »

 

Anne CHALONS

Officier de la Légion d’honneur

Présidente