PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

                                         Roger LANDES un anglais dans la résistance française

Né à paris le 16 Décembre 1916. Son grand père, juif russe, pour éviter le pogrom se réfugie en Angleterre où il ouvre une bijouterie à Hatton Garden, au nord-ouest de Londres. Ses enfants naîtront à Londres. Plus tard ne parlant pas correctement l’anglais il s’installera à Paris.

Son père Barnett LANDES est britannique et sa mère Anna POLDOWSKY, russe.  Il est marié à Ginette CORBIN, pharmacienne à Bordeaux et fille de l’inspecteur de police Charles CORBIN qui faisait partie du réseau SCIENTIST. Elle décède en 1983.

Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 1939, date à laquelle il doit apprendre l’Anglais. Parti en Angleterre, il occupe un emploi d’arpenteur au London County Council.

Recruté en Mars 1941 dans le corps des transmissions (Royal Corps of Signals) puis par le SOE, section F, après un entretien avec Lewis GIELGUD et Maurice BUCKMASTER. Il est envoyé par Londres pour détecter les problèmes existant dans les maquis du Sud-Ouest et y remédier de quelque manière que ce soit. Entrainement à partir de Mars 1942.

Dans la nuit du 31 octobre au 1er Novembre 1942 il est parachuté en France avec Gilbert NORMAN pour être opérateur radio dans le réseau SCIENTIST de Claude de BAISSAC (alias David) de la région Sud- Ouest. A l’origine il était prévu pour le réseau PROSPER mais le radio de SCIENTIST, Harry PEULEVÉ, s’étant cassé la jambe lors d’un parachutage il fallait le remplacer.

En Avril 1943 il rencontre André GRANDCLEMENT (père Amiral en retraite) chef OCM de la région Sud-Ouest. Ce dernier a les hommes et Claude de BAISSAC les finances et les armes. Une sorte de fusion s’opère et OCM passe sous contrôle du SOE. Les allemands ayant vent de ces divers maquis mènent de nombreuses recherches et arrivent à localiser des dépôts d’armes.

Grandclément arrêté en Septembre 1943 est ramené à Bordeaux. Il est interrogé par le chef de la gestapo locale Friedrich DHOSE, avec qui il entretiendra plus tard des relations ambigües. Il négocie sa liberté contre l’indication des lieux où sont entreposées des armes et munitions.

Le 14 juillet 1943 il est informé par Londres que Claude de BAISSAC, parti en Angleterre le 16 Août, ne reviendra pas à Bordeaux car affecté en Normandie en vue du D.DAY.

En Août Roger LANDES, alias Aristide, prend la direction d’un réseau du nom d’Actor et il va en nommer les responsables : Léo PAILLERE en Gironde, Léonce DUSSART pour les Landes, Andrée BOUILLARD pour les Basses Pyrénées, Alfred TRONCHE Sud Bordelais. Charles HAYES (alias Victor) et Marie Louise, courrier, restent avec lui. Il avertit que lui seul peut donner des ordres. Des missions seront exécutées : destruction de centrales électriques, de batteries anti aériennes, d’émetteurs radio.

Les liaisons radio se feront depuis un appartement près de la mairie ou depuis l’avenue de la République à Caudereau, un quartier de Bordeaux.

En septembre accompagné de Marcel DEFENCE 2 ème radio, il s’est opposé lors d’une réunion, à un accord entre le maquis de GRANDCLEMENT et la gestapo. Bien qu’armé il n’osa intervenir sur GRANDCLEMENT. Et le 29 il doit rentrer à Londres via l’Espagne et Gibraltar en janvier 1944.Il était parti le 1 er novembre avec Charles CORBIN chez qui avait eu lieu ladite réunion. Ils arrivent le 15 par avion près de Swindon, entre Londres et Bristol.

Les actions de GRANDCLEMENT ont fissuré le réseau SCIENTIST allant jusqu’à l’arrestation de Victor HAYES, assistant de Claude de BAISSAC dans ce réseau, et son exécution.

En Mars 1944 il est parachuté avec Allyre SIROIS (canadien), comme radio, à Marsan (Gers) à 10 km d’Auch. Ils logent dans la maison de Renée DAUBIZE et de là il dirige plusieurs réseaux de résistance jusqu’à la libération de Bordeaux.

Le 28 juillet il fait exécuter André GRANDCLEMENT, son épouse Lucette et son garde du corps Marc DULUGUET pour trahison. Pour des raisons de sureté il avait fait exécuter BASILIO le 19 Mai, RENAUDIN le 29 Juin et NOËL le 10 Août.

Le 17 septembre 1944 le général DE GAULLE en visite à BORDEAUX et à qui il est présenté lui signifie qu’étant Anglais sa place n’est pas là et qu’il doit quitter la France dans les 2 jours. Il ne rentrera à Londres que le 10 ayant séjourné quelque temps à Paris.

En 1945 il s’engage pour l’Extrême Orient pour combattre essentiellement en Malaisie et former des soldats.

1950 : Jacques CHABAN DELMAS, maire, l’invite à Bordeaux où il lui remet la Légion d’Honneur.

Il décédera le 16 juillet 2008 après s’être remarié avec Margaret LAING en 1990 et avoir passé le restant de ses jours dans l’Hampshire.

Distinctions : Croix militaire

                         Croix de guerre 39/45

                          Légion d’Honneur

NDA : Ces événements sont arrivés quand la résistance française du Sud-Ouest était dans la tourmente. Toutefois certaines données sont imprécises voire erronées, les témoins ne s’étant manifestés que tardivement. Les activités et actions de GRANCLEMENT sont sujet à controverse. Les historiens n’arrivent pas à trouver la véritable « histoire ».

Etait-il vraiment coupable ? et de quoi ? qu’a-t-il négocié avec Friedrich DHOSE ?

                                                                                                              

 

Sources : revue spécialisée. pages internet français et anglais.Documentaire TV