PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

 

A vous visiteurs sur les chemins des hauts lieux de Mémoire        

                                         En cet été 2019

Passants, visiteurs, c’est sur ce sol foulé en ces lieux, que le sang de nos Pères, de nos Familles, de nos Ancêtres a coulé.

Vous marchez sur leurs traces, tous ceux qui un jour ont payé un lourd tribut pour que la paix vive !

Ces traces sont anonymes, elles sont symboliques, mêlant tout à la fois le sang versé par les Troupes Alliées, les valeureux combattants, mais aussi les populations civiles, celles dont on parle peu dans les discours de commémorations.

Recueillez vous en pensant à leurs sacrifices et à la douleur, la souffrance des survivants, toujours aussi vive,  plus encore lorsque les souvenirs enfouis refont surface, avant de sombrer avec nous dans la mort !

Ce magnifique poème écrit par André rend hommage à tous !

Christiane Dormois

                                        PLUIE  DE  FEU

 

La poésie des mots pour adoucir nos souffrances

Concernant les civils tués ou blessés

Par les bombardements durant l’occupation.

Ceux qui ont été fusillés, exécutés

Sommairement, massacrés sur le territoire,

Tel Oradour-sur-Glane, Maillé, leurs habitants

Assassinés, brûlés par les SS d’Hitler,

« Le Vercors oublié » de Francis Ginsbourger.

Il est encore temps de sortir de l’oubli

Les victimes civiles de la seconde guerre.

Ce cœur, de nos poètes, qui haïssait la guerre

Sentiment de beaucoup qui n’étaient pas guerriers,

Voila qu’il bat pour le combat et la bataille

Ce cœur qui ne battait qu’au rythme des marées,

Au rythme des saisons, du jour et de la nuit.

C’est le bruit de la mer à l’assaut des falaises.

Pour la même besogne et pour un seul mot d’ordre :

Révolte contre Hitler, mort à ses partisans !

« La nuit revient, le rêve s’éteint. Insensible,

Le monde dort, qui ne se lasse d’être cible »

Clandestins, résistants, maquisards, F.F.I.

N’ont pas attendu la vingt-cinquième heure

Pour porter le brassard de la libération.

Au poteau d’exécution ou la déportation,

S’exposaient les pionniers sous l’oppression nazie,

La Milice française et tous ses collabos.

Les clandestins ont le soutien des villageois

Risquant des représailles : fusillés, déportés.

La métropole est sous les bombes alliées

L’industrie allemande, une cible importante,

Bases de sous-marins, usines d’armements

Briser la volonté de l’occupant,

Et détruire son dispositif militaire.

Opérations meurtrières pour les civils

Des bombardements souvent à haute altitude,

S’écartent fréquemment de leurs cibles visées.

L’exode massif des populations civiles,

Pour fuir les combats et l’armée ennemie,

 

S’expose à ciel ouvert sans être protégé.

Plus tard, la préparation des débarquements

Intensifiera les bombardements tueurs,

Les obus sillonnant le ciel en pluie de feu.

Mais deux armées s’affrontent, s’acharnent sur les villes,

Les immeubles s’écroulent, les incendies font rage.

Sur trois mois, c’est la bataille de Normandie

Qui a payé un lourd tribut contre le Reich.

Opérations meurtrières pour les civils,

Paysage dantesque, champs de désolation,

Survivants hébétés errant dans les décombres,

Courbés sous la douleur de leurs chers disparus.

L’un des plus grands champs de tuerie jamais connus.

Les victimes civiles sous les bombes alliées,

Oubliées à ce jour, auront-elles une place

Dans le cœur des Français, mémoire nationale ?

 

                                                                         ANDRE CASSARD

                                                                    ISSOUDUN juillet 2019

 

Andrew KNAPP 1923-2012 historien britannique « Les Français sous les bombes alliées 1940-1945 »

Eddy FLORENTIN, le Havrais  « Quand les alliés bombardaient la France 1940-1945 »

« La bataille de Normandie »   1923 – 2012

Raymond RUFFIN   1929 2007 L’un des mémorialistes les plus sérieux de la période 1939 – 1945. Lauréat de l’Académie française.

« Perdus en terre » de Pierre UNIK  Poète prisonnier 1943