PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

                                                                  James STAGG   (30 juin 1900-23 Juin 1975) météorologue D.DAY
 
Juin 1944, préparation du débarquement de Normandie en étudiant les possibilités météorologiques. Il faut trouver les conditions idéales : pleine lune, vent faible, peu de nuages, peu de vagues, à l’aube (marée basse pour visualiser les obstacles mis en place par les allemands).
Le PC météo est installé à Portsmouth.
Trois groupes de météorologues travaillent sur ce sujet : la Royal Navy, la 1ère concernée, le MET (météo nationale) et l’USAAF (United States Army Air Force). Ces trois entités rendent compte de leurs travaux à James STAGG chef prévisionniste au QG du général Eisenhower.
Les prévisions à courte échéance, 24 heures en général, sont très peu fiables, mais il faut quand même en tenir compte même si les conditions se dégradent vite.
Le 4 juin à 4 h 15 J. STAGG signale un probable ouragan vers 9 heures, Ike Eisenhower rappelle les premiers navires déjà partis en mer.
Les 5 et 6 juin sont jours de grandes marées donc propices au débarquement à marée basse.
Prévu le 5 juin le D.Day, compte tenu des prévisions remises à J.STAGG, sera remis au lendemain, car l’accostage des bateaux sera difficile voire impossible au risque de voir certains couler. Une autre date est impossible, tout report de plusieurs semaines rendrait le secret du D.Day impossible à  tenir.
Ce contre-temps va affecter le moral des troupes de la 4éme division notamment qui déjà partie sera obligée de rester et tourner en rond du côté de l’ile de Wight.
Le temps est orageux, mer et vents sont forts.
James Stagg prévoyant une accalmie va avec les 3 groupes convaincre le Général Ike Eisenhower de reporter le débarquement au lendemain. Un front froid au-dessus de la Grande Bretagne laisse envisager une éclaircie, une fenêtre de 36 heures. D.Day sera donc le 6 Juin.
Prévision exacte, même si le temps n’est pas idéal il rend possible le débarquement, d’autant que les allemands au vu de la météo exécrable sont loin d’imaginer que les alliés tenteront un débarquement. La Kriegsmarine même suspendra ses patrouilles entre Le Havre et Cherbourg et, qui plus est, le maréchal Rommel s’est octroyé quelques jours de permission.
Le 6 juin donc, à 4 h 30, Ike Eisenhower donne l’ordre du débarquement aux quelques 7000 navires de transport de troupes et matériel escortés par environ 140 navires de guerre.
Donc grâce à ce Group Captain écossais, (équivalent de colonel dans la RAF) James Martin STAGG météorologue diplômé de l’université d’Edimbourg l’opération Neptune , précédent « Overlord », aura bien lieu.
Sa carrière avait commencée en 1932-33 comme chef d’une expédition anglaise dans l’arctique canadien. Puis en 1939 il sera nommé directeur de « Kew Gardens Observations ». En 1943 il sera transféré dans la RAF.
Après la guerre il travaillera pour le M E T jusqu’en 1960.
La contribution réelle de ces trois groupes fait polémique après la guerre quant au rôle essentiel joué par chacun d’eux dans cette opération « Neptune », nom de code du débarquement. Chacun essayant de s’attribuer le beau rôle.  Sverre Petterssen , météorologue norvégien réputé fera une mise au point dans un ouvrage( ses mémoires) paru en 1971.
 
                                                                                                 

une carte prévisionnelle de météo du D.DAY et J. STAGG