PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

                                                                           ALSACIEN INCORPORÉ DE FORCE 
Il a 17 ans, natif de RUSS petit village alsacien près de Strasbourg. Il est incorporé de force dans un bataillon des Waffen SS de la division DAS REICH qui se distinguera notamment à Oradour sur Glane par la suite.
Il se nomme MELLY et en août 1944 se trouve cantonné avec sa compagnie au château de Lastours situé entre Auvillar et Valence d’Agen (Tarn et Garonne). De fait, il n’accepte pas le joug hitlérien, d’autant que certains garçons ont été fusillés dans leur école.
Sachant qu’un futur départ vers le front russe est prévu il se décide à déserter. Se fait prendre en photo quelques jours plutôt en blouson de cuir emprunté pour l’occasion, ayant ôté bien sur sa veste « vert de gris » marquée des signes SS. Le départ pour l’Est est prévu le lendemain. En pleine nuit MELLY, quitte le chateau avec un compagnon, alsacien lui aussi, ils sont armés et pénètrent ainsi au » studio photo VER rue de la république. Leurs tenues et armes provoquent la défiance. Palabre entre le tenant de la boutique Mr Antonin VER alors chef de la résistance locale et les deux évadés dont l’un hésite à cause de possibles représailles envers sa famille.
Décision prise : MELLY quittera le château avant le couvre-feu à bicyclette, emportant ses armes qui seront jetées dans le Braguel ! (maison éclusière près du canal latéral à la Garonne), armes récupérées à la libération.
Rendez vous est donné au bar de la Marne.  Antonin VER guide MELLY, se tenant à une distance d’une trentaine de mètres, sur la route de Saint Loup. Des SS effectuaient des manœuvres de nuit dans les fossés et bois des environs et ce jusqu’au bord de Garonne. Ils croisent des officiers allemands mais personne ne les arrêtera, ni ne les inquiétera. Ils trouveront refuge à Saint Loup, au bord de l’Arrats, chez un autre alsacien.
MELLY revêt un bleu de travail et jette sa tenue militaire dans un puits. Stupeur le lendemain matin une patrouille allemande frappe à la porte, derrière laquelle se cache MELLY
Le propriétaire de la maison, de façon assurée, signale qu’il n’a vu personne. Par précaution Antonin VER amène MELLY chez la famille GUERRE à Saint-Cirice distant de 55 km. Caché sous un pont avec Gayral réfractaire STO de Valence il écossait fèves et petits pois apportaient par Rachel1 GUERRE, l’enfant de la famille, leur délivrant par l’occasion de la nourriture. Il rejoint l’armée secrète et sa 13 ème compagnie dont le QG avait été établi chez les MERLES (ancien maire de Sitels) qui mettent leur maison au service de la résistance.
Après le débarquement du 6 Juin et la libération du Sud-Ouest, MELLY s’engagera dans la 1 ére armée française qui lui vaudra d’être le 1er soldat français à entrer dans son village natal alsacien. Il finira la guerre dans l’armée « Rhin et Danube » créée en Juillet 1944 et commandée par le Général de Lattre de Tassigny.
 S’engagera par la suite pour l’Indochine où il sera nommé sergent.
Au retour il retrouve son ami Antonin VER à Montauban, ce dernier par l’intermédiaire de J. BAYLET2 lui obtiendra une place de garde forestier dans les Vosges. Marié 5 enfants il mène une vie tranquille dans sa région.
Trente ans après il est venu revoir Antonin VER maintenant député, qui l’aida dans sa désertion, et Valence d’Agen où il vécut des moments fabuleux.
 
Sources diverses,essentiellement la « Dépêche du midi ».
Notes :
  1°) ce prénom Rachel, MELLY le donnera à sa fille.
  2°) Jean Baylet était le père de Jean-Michel BAYLET, PDG de la « Dépêche du Midi ».