PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

La mort de mon père!

Papa était le dernier né d’un modeste ouvrier de la fonderie de Grandvillars (90) et, de la garde barrière d’un    passage à niveau de ce village sur  la ligne SNCF de Belfort à Delle (90).

Il était le seul garçon sur les 5 enfants qui composaient cette très modeste famille.

Jeune instituteur nouvellement diplômé , il aidait sa famille à vivre.

Après avoir terminé sa formation de sous officier à Saint-Maixent, il finissait son service militaire au 35 ème RI de Belfort et venait d’épouser ma maman fin décembre 1938

Maman était aussi issue d’une famille très modeste. Elle était enseignante dans un petit village du Sundgau petite région du sud de l’Alsace et très proche de la frontière Suisse.

La vie du jeune couple s’annonçait pleine de joie et de bonheur, d’autant que la bonne nouvelle d’avoir prochainement le bébé venait d’être annoncée.

Bien évidemment, la situation internationale, et le bruit des bottes le long de la Frontière Alsacienne commençaient à inquiéter la population, mais le jeune couple n’imaginait pas le pire.

Pourtant, les événement vont en décider autrement… Hitler annexe l’Autriche et tout se précipite.

En Juillet 1939 le 35 ème RI de Belfort est déplacé en Alsace et le 31 aout 1939 je viens au monde.

L’Allemagne envahi la Pologne. C’est la déclaration de GUERRE « la drôle de guerre » et, tout bascule en France et en Europe

Il faut stopper l’invasion au Nord Est.  Le 35RI part dans le Nord vers Nancy et Rettel, pour faire barrage et empêcher les allemands de traverser l’Aisne et le canal.

C’est là que va se situer la bataille de « la ferme du bois de seuil » au cours de laquelle papa a réussi un fait d’armes qui lui a valut d’être décoré de la Croix de guerre avec palme.

Un fait d’arme relaté dans le livre ……….. 

La bataille fait rage du 30 mai au 9 juin.

C’est là, en protégeant le pont sur le canal près d’Ambly-Fleury, que papa, est abattu d’une rafale de mitraillette en pleine tête. Tout l’encadrement de la compagnie est aussi anéanti puisque le lieutenant et l’adjudant chef tombent aussi.

Les hommes réussissent à ramener les corps dans la grange de la ferme qui leur sert de PC. Ils commencent à creuser, sous les tirs constants des allemands qui pilonnent les lignes, trois fosses dans le petit cimetière du village. La poussée allemande les obligent à se replier précipitamment, en abandonnant leur macabre ouvrage à l’ennemi.

 

Papa est Mort pour la France le 9 juin 1940 Il ne m’a tenu qu’une fois dans ses bras, à une permission lorsque le 35 RI était encore en Alsace.

Mon petit frère Marcel, qui porte le nom de papa, est né à titre posthume en décembre 1940.

Toute notre enfance papa nous a terriblement manqué. Mille fois, nous avons demandé à notre mère de nous « ACHETER un PAPA » Il nous manquait tellement…..

Le bel amour de maman n’a duré que 17 mois et 14 jours, dont 53 JOURS à deux. Du 1er juin au 23 juillet 1939.

Grand- père et Grand-mère ne se sont jamais remis de la perte de leur fils unique.

Grand-pépé (côté maman) ancien enfant de troupe, réformé pour coxarthrose, a fait une récidive fulgurante tant il aurait voulu être parti à la place de papa. Il ne s’est jamais pardonné de ne pas avoir été pris à sa place.

La perte de notre soldat «  MORT pour la FRANCE » a profondément ébranlé toute la famille. A Marcel et à moi, papa nous manque encore terriblement. Nous n’avons pas pu être de vrais adultes sans son exemple. 

 

La France ne devrait jamais oublier ceux qu’elle a envoyé combattre à un moment de son Histoire.

S’ils ne sont pas revenus, plutôt que de se vautrer dans l’oubli ou dans la repentance, elle devrait se souvenir des sacrifices consentis et reconnaître la souffrance de leurs familles, qu’elle a abandonnées.

 Nos parents ont servi LA FRANCE ! Ils ne sont pas revenus. Ceux qui ont eu le bonheur d’un juste retour  devraient se mobiliser et soutenir les enfants et les épouses de leurs frères disparus. Ce n’est plus  le cas…

Comment un pays qui s’honore, peut- il oublier tous ces héros confiés par les leurs à la patrie ?

Ceux, dont la mémoire est encore hantée par l’absence, voudraient dire que c’est faux !!!Mais ce n’est pas le cas.

La France ne doit pas oublier les familles de ses soldats qui ont été  sacrifiés.

La France peut et doit suppléer tout au long de leur vie, celles et ceux qui ont perdu leur soutien…

 

Anne CHALONS

Présidente Nationale