PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Clef de voûte du réseau de fortifications de la région de Verdun et point d’observation exceptionnel, le fort tombe sans combat le 25 février 1916, au tout début de la grande offensive allemande. L’événement a immédiatement un retentissement considérable.


La prise du fort le 25 février 1916, quatre jours après le début de l’offensive allemande sur le secteur de Verdun, crée un choc.  C’est que Douaumont est un symbole.
Construit à partir de 1895, renforcé notamment en 1913, il est décrit comme le plus imposant, le plus moderne et un des mieux armés des forts de Verdun. Ce que les Français ne savent pas, c’est que depuis le décret du 5 août 1915, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Sa garnison forte ordinairement d’au moins 500 hommes, a été supprimée ainsi que son armement. Il ne reste plus que l’adjudant Chenot, gardien de batterie principal d’artillerie territoriale qui fait office de commandant, un lampiste pour les innombrables lampes à pétrole ou à acétylène, un sergent du Génie, quelques hommes attachés à construire un observatoire 36 artilleurs et 6 autres survivants d’une batterie écrasée la veille par les Allemands.
Le plus imposant, le plus moderne et un des mieux armés des forts de Verdun

L’état-major ne croit plus en l’utilité des places fortes. Liège, Maubeuge et Namur notamment, n’ont guère résisté à la puissance des bombes. Joseph Joffre prépare une nouvelle offensive dans la Somme. Pour sa réussite, il a besoin de canons et il les prend là où ils se trouvent ! Notamment dans les forts.
Quand les Allemands attaquent, ils savent tout cela. C’est une des raisons pour lesquelles, ils ont choisi ce secteur. Les circonstances de la prise du fort (sans combat) apparaissent donc comme presque anecdotiques, contrairement aux conséquences qu’elle engendre.
Un retentissement considérable
L’événement a, en effet, immédiatement un retentissement considérable, tant la propagande allemande s’emploie à en faire une victoire décisive. Du côté français, afin d’éviter de regarder la vérité en face, l’état-major qui n’a jamais cru à une offensive de ce côté-là du front malgré de nombreux signes précurseurs, préfère mettre en avant la conduite des occupants du fort ou les ruses indignes qu’auraient utilisé les Allemands !
Mais une impérieuse nécessité va par suite voir le jour : reprendre à tout prix ce fort, demeuré un « bastion » dans les esprits. Cette volonté de contrer les succès allemands, tant du point de vue militaire que psychologique, explique, bien plus que leur valeur opérationnelle, l’acharnement mis à recouvrer ces fortifications.
Après une première tentative infructueuse fin mai, Douaumont est finalement reconquis par les Français le 24 octobre 1916, réussite suivie de peu par la réoccupation du fort de Vaux (2 novembre), situé non loin, et lui aussi tombé entre les mains allemandes après des combats acharnés. À ce stade, la boucle est bouclée, la grande bataille s’achève sur un retour au statu quo de départ entre les armées ennemies, à ceci près que chacune se trouve diminuée de centaines de milliers d’hommes tués ou blessés.
Dix mois d’enfer

La bataille de Verdun va se transformer en un bain de sang effroyable. Les soldats, qu’ils soient Français ou Allemands, vont endurer ce qu’aucun homme n’avait encore supporté au combat.
Lundi 21 février 1916, vers 7 h.  Un obus de 380 mm explose dans la cour du palais épiscopal. Puis un deuxième, dix, cent, mille sur les forts et les tranchées aux alentours. Le début de la bataille de Verdun.
Cela faisait quelque temps que l’état-major allemand réfléchissait à une offensive sur le front ouest. Falkenhayn était soucieux : la Russie résistait, le Royaume Uni qui venait de décréter le service militaire obligatoire, allait pouvoir jeter dans la bataille des forces neuves, la population allemande soumise au rationnement, commençait à douter de l’issue du conflit. Une grande victoire pousserait la France à engager des pourparlers de paix et redorerait le prestige de la dynastie impériale.
Pour emporter la décision, le chef d’état-major général allemand décide de changer de stratégie. Il veut saigner à blanc l’armée française. Son choix s’est porté sur Verdun pour des raisons à la fois militaires et symboliques : d’abord il sait que la place forte est très affaiblie depuis août 1915 et la décision voulue par Joffre de désarmer les forts. Le généralissime français pensait qu’ils ne servaient plus à grand-chose. Leurs garnisons et canons devaient être mis à disposition des armées de campagne, notamment dans la Somme où il préparait une grande offensive.
Un bombardement si violent qu’il est perçu jusque dans les Vosges
Sur le plan tactique, la configuration du terrain, présente plusieurs avantages pour les Allemands. D’abord, ils peuvent s’appuyer sur la Moselle qu’ils occupent et sur les observatoires dont ils disposent (Montfaucon, Romagne, etc.). Ensuite, le front forme là un saillant vers lequel les attaques peuvent converger. Enfin, les forces françaises, acculées devront se battre le dos à la Meuse. Mal reliées à leurs arrières (une seule voie ferrée, étroite et mal entretenue existe), elles seront comme prises dans une nasse. Dernière raison : on l’oublie souvent mais Verdun est un lieu hautement symbolique pour les Allemands depuis le traité de 843 et le partage de l’empire carolingien.
Pour cette offensive déterminante, Falkenhayn concentre quelque 1 200 pièces d’artillerie et 2,5 millions d’obus ;  du jamais vu !  Aussi le 21 février, le bombardement est si violent qu’il est perçu jusque dans les Vosges. Il s’agit d’anéantir tout ce qui est susceptible d’opposer une résistance lors de l’assaut qui doit suivre. Mais tout ne se passera pas comme prévu.
Si Douaumont tombe rapidement, les Poilus résistent ici et là, notamment à Vaux. Pétain organise la Voie Sacrée. Un peu comme si tout à coup, chacun avait compris que c’est le « sort de la patrie » qui se joue sur ces quelques kilomètres carrés qu’il faut tenir coûte que coûte, malgré les obus, les gaz, le froid, la faim et ils vont tenir pendant dix mois, au prix de mille sacrifices. Jusqu’à ce que les Allemands renoncent.
L’ossuaire de Douaumont en questions
Située sur le territoire de la commune de Fleury-devant-Douaumont, le monument est, avec la nécropole nationale qui le jouxte, est un haut lieu de mémoire de la bataille de Verdun et un des grands symboles de la guerre de 1914-1918.
Qui est à l’origine de l’ossuaire ?
Au lendemain de l’armistice de 1918, l’évêque de Verdun Mgr Ginisty, accompagné du général Valantin, gouverneur de la place, arpente le champ de bataille. Saisi par ce qu’il voit, il ne peut concevoir qu’on abandonne « à la désolation ce désert peuplé de morts, jonché de cadavres desséchés ». Avec le soutien de l’officier et de la princesse de Polignac, veuve de guerre, il décide de lancer l’édification d’un sanctuaire destiné à recueillir les ossements épars des soldats.
Le travail à accomplir est immense. Le terrain très dangereux. Mais il est important, devant l’afflux de pèlerins qui s’annonce, de rendre le terrain présentable, et de donner une sépulture aux morts, souvent anonymes.
Qui a financé le monument ?
De 1919 à 1932, des fonds sont récoltés pour la construction du monument. Mgr Ginisty, président du comité de l’Ossuaire, notamment, parcourra la France et le monde entier en donnant des conférences pour collecter des dons.
Au total, 122 communes françaises feront preuve de générosité, mais aussi 18 villes étrangères. En 1925, le Canada apportera également sa généreuse contribution, les États-Unis sont sollicités en 1928. L’Ossuaire de Douaumont est donc à la fois un monument national et international.
La façade principale dépouillée, rappelle cette solidarité. Elle est, effectivement et seulement, décorée des armoiries des villes, régions et États qui ont contribué à la construction du monument. Avec à l’intérieur une mention spéciale aux États-Unis d’Amérique qui ont financé toute une aile de l’Ossuaire.
Quel en est l’architecte ?
Le concours de l’Ossuaire est remporté (1923) par un trio d’architectes qui travailleront ensemble sur d’autres projets en Egypte : Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy.
Le principal concepteur du monument est Léon Azéma (1888-1978), ancien combattant de 1914-1918 qui a passé 5 ans en captivité après une blessure au début de la guerre. En 1921, il est premier Grand Prix de Rome et conçoit le Palais de Justice du Caire. À la fin des années 20, il sera nommé architecte de la Ville de Paris. Dans les années 1950, il dessinera le plan de la Maison de la Radio conçue par Henry Bernard.
Dans l’Ossuaire de Douaumont, Léon Azéma démontre toute son admiration pour l’art roman. C’est aussi un défi lancé aux ingénieurs qui doutent alors de pouvoir assurer la stabilité du bâtiment. Pour le vérifier, sa conception exigera une épure pierre par pierre.
Comment se sont déroulés les travaux de l’ossuaire et de la nécropole qui la jouxte en contrebas ?
Une fois l’emplacement déterminé, dès 1923, le Service des Sépultures de guerre, avec le concours du génie de Metz, entreprit le nivellement d’une parcelle de terrain de plusieurs hectares où d’importants travaux de déblaiement avaient été réalisés pour récupérer le matériel abandonné, ainsi que de dangereuses munitions.
Le terrain aplani, on procéda à la réalisation des allées et des tombes. Dès août 1925, les corps provenant de petits cimetières autour de Verdun furent transférés dans la partie droite. En novembre, la nécropole reçut les corps exhumés du cimetière de Fleury, désaffecté. En octobre 1926, elle recueillit ceux du cimetière de la Fontaine de Tavannes. Les années suivantes, on y inhuma les corps que l’on continuait à découvrir dans la « zone rouge » -jusqu’à 500 par mois- dont plus de la moitié identifiés. La nécropole reçut aussi les corps du cimetière du bois Contant.

Que représente ce monument ?
Pour certains, le bâtiment de l’ossuaire de Douaumont représente une épée enfoncée en terre jusqu’à la garde, dont seule émerge la poignée servant de lanterne ; pour d’autres il symbolise un obus, incarnation de l’industrialisation de cette bataille majeure de la Première Guerre mondiale. Quant au cloître, il peut évoquer l’héroïque défense du soldat de Verdun ou incarne encore les ouvrages de la place fortifiée de Verdun, rempart contre lequel se sont vainement abattues les vagues ennemies.
Une carte présentant une maquette du projet pour lever des fonds par souscription pour sa construction, décrit le bâtiment comme suit : « La ligne droite du Monument voulue par les Architectes et couronnant le grand Cimetière national de 20 000 tombes et plus de Héros identifiés, symbolise la Digue que les héroïques Défenseurs de Verdun ont opposée avec leurs poitrines à l’avance de l’ennemi ».
Quelles sont les caractéristiques du monument ?
Le cloître, long de 137 m, comprend 18 alvéoles avec 2 tombeaux chacun, et se termine par deux absides allongées, avec chacune 5 tombeaux. Il y a donc 46 tombeaux de granit rouge correspondant aux secteurs du champ de bataille de Verdun ; cependant chaque tombeau des absides contenant  des ossements recueillis dans deux secteurs les plus éloignés, cela porte à 52, le nombre de secteurs de combat représentés.
Pourquoi a-t-on construit une tour ?
Cette tour, haute de 46 mètres, construite dans l’axe, au-dessus du porche principal est symbolique. Elle offre à son sommet une vue panoramique sur les champs de batailles avec une table d’orientation. Toujours à son sommet, le bourdon de la Victoire (une cloche de 2 042 kg) résonne aux cérémonies importantes et le phare, lanterne des morts, rayonne sur le champ de bataille et porte jusqu’à l’horizon le souvenir des événements douloureux.
Combien de soldats sont inhumés dans l’ossuaire et dans la nécropole ?
Au sous-sol de l’ossuaire se trouvent deux fosses de 14 m³ où sont déposés les restes d’environ 130 000 soldats inconnus sans distinction de nationalité, où les familles peuvent se recueillir et prier pour leurs morts.
En contrebas de l’ossuaire, le « cimetière national », qui s’étend sur 144 380 m², contient 16 142 tombes de soldats français identifiés, dont 592 tombes de soldats musulmans, orientées vers la Mecque.
130 000 soldats inconnus et 16142 soldats identifiés
Pourquoi le général Anselin a-t-il une place particulière  dans le cimetière national ?
Au pied de l’escalier d’honneur, est effectivement inhumée depuis 1948, la dépouille du général François Anselin, mort pour la France le 24 octobre 1916.
Cette place devait revenir, au maréchal Pétain. Il s’agissait d’une faveur spéciale accordée au Vainqueur de Verdun puisque les cimetières militaires sont rigoureusement réservés à ceux qui ont participé physiquement aux opérations. Pour les raisons que l’on sait, c’est à l’île d’Yeu que repose, depuis 1951, l’ancien chef de l’Etat français.
Il est remplacé par le général Anselin. Lorsque la guerre éclate, il est âgé et de 53 ans et occupe la fonction de directeur de la cavalerie. Mais alors que le conflit fait rage, il ne souhaite plus rester au ministère et demande à être affecté à une unité combattante. Sa demande est satisfaite et il est nommé commandant de la 214e brigade d’infanterie de la 133e division du général Passaga en juillet 1916. Il sera tué quelques semaines plus tard, le 24 octobre 1916, à Fleury près de son poste de commandement pendant la préparation de l’attaque sur le fort de Douaumont.
Le général Nivelle lui attribue une citation à l’ordre de la 2e armée le 2 novembre 1916 : « Officier général remarquable par ses qualités de soldat et de chef, tombé glorieusement au cours d’une reconnaissance pendant l’attaque imminente pour la reprise du fort de Douaumont. » Le général Passaga écrira à sa veuve : « Sa mort a été vengée par le succès éclatant que vous savez ; la brigade Anselin a précédé toutes les autres troupes en avant du fort de Douaumont. Ce haut fait était le plus bel hommage que nos braves enfants pouvaient rendre à la mémoire de leur chef bien-aimé. » Il avait été enterré aussitôt après sa mort dans un cimetière provisoire non loin de là.
S’agit-il d’une nécropole uniquement chrétienne ?
Non. Sur le site se dressent deux autres monuments confessionnaux. L’un, érigé en 1938, est dédié à la mémoire des soldats juifs morts pour la France en 14-18. En 2006, le président Chirac, a inauguré un monument à la mémoire des soldats musulmans disparus au cours de la bataille.
Que représentent les vitraux et les statues ?
Dans la chapelle, les fenêtres sont effectivement garnies de vitraux du peintre Desvallières, maître de l’art sacré. Il en exposera les 6 cartons, en 1927, au Salon des Tuileries à Paris : le Sacrifice, l’Offrande des épouses et des mères, la Rédemption, l’Ascension, les Infirmières, les Brancardiers. Ces œuvres renouvellent le genre par un style moderne. Les couleurs heurtées, les traits tourmentés des personnages sont le reflet du chaos du champ de bataille. Les vitraux seront réalisés par le verrier Hébert-Stevens.
Les statues religieuses, œuvres d’Élie-Jean Vézien (saint-Joseph, sainte Thérèse, Sacré-Cœur, Jeanne d’Arc, Pietà), expriment l’espérance forte en un avenir sans haine et une humanité en quête d’absolu.
Sur les pierres de la voûte basse, les familles ont fait graver les noms de leurs disparus et les associations de combattants une dédicace de reconnaissance. Il y a aussi des pierres rendant hommage aux soldats tombés pendant la Seconde Guerre mondiale et les guerres d’Indochine et d’Algérie.
Qui a inauguré l’ossuaire et le cimetière ?
La première pierre du monument est posée le 20 août 1920 par le maréchal Pétain, président d’honneur du Comité de l’Ossuaire. En 1927, a lieu la cérémonie solennelle du transfert des 52 cercueils d’ossements représentant les secteurs de la bataille de Verdun depuis la chapelle provisoire jusqu’au monument en construction. Enfin, le 7 août 1932, l’Ossuaire totalement achevé, est inauguré par le président de la République Albert Lebrun et Philippe Pétain, en présence de dignitaires français et étrangers et d’une foule immense d’anciens combattants, de pèlerins, de familles des morts et des disparus.
Quant au cimetière, il a été inauguré le 23 juin 1929 en présence de Gaston Doumergue, Président de la République.
À partir de quand l’ossuaire devient-il le symbole de la réconciliation ?

Symboliquement depuis sa création puisque la plupart des soldats qui y sont inhumés sont anonymes donc Français comme Allemands. Mais la réconciliation entre l’Allemagne et la France a franchi une étape officielle le 22 janvier 1963 avec le traité de l’Élysée signé par le chancelier Adenauer et le président de Gaulle.
Les deux États se sont, ensuite, retrouvés pour un acte fort de commémoration, le 22 septembre 1984, lorsque main dans la main, le chancelier Helmut Kohl et le président François Mitterrand ont réaffirmé l’amitié franco-allemande devant l’Ossuaire de Douaumont. Une plaque commémorative de bronze, fixée en surplomb de la nécropole devant l’édifice, rappelle cet événement. Ce même jour, dans le cadre de la rencontre organisée par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, une centaine de jeunes Français et Allemands ont planté des érables sycomores en symbole de l’amitié entre les deux pays.
24 ans plus tard, le 11 novembre 2008, pour la première fois, un président de la République, Nicolas Sarkozy, a présidé une cérémonie de l’armistice du 11 novembre depuis le monument. Le 9 février 2014, c’est également une première, le nom d’un soldat allemand, Peter Freundl (mort le 28 mai 1916), est ajouté aux noms des soldats français gravés sur la voûte de l’Ossuaire.
Certains seront scandalisés par ce geste. Parmi eux, Yves Jadot, ancien maire d’Haudainville, village proche de Verdun, et titulaire de la croix du combattant, comme son père et grand-père, dira son indignation  « à titre personnel » : « Même si dans l’ossuaire les ossements des victimes sont mêlés au nom de la réconciliation, associer en ce lieu Français et Allemands est un sacrilège. » Yves Jadot considère que « se réconcilier n’est pas oublier » et qu’agir ainsi, « c’est trahir la mémoire de tous les poilus qui ont combattu, qui sont morts ou qui ont été blessés sur les champs de bataille ». Il conclut : « Assez de repentance ! Irons-nous jusqu’à demander pardon à nos envahisseurs ? »
Le président de l’ossuaire de Douaumont rappellera que cette pierre gravée « est l’aboutissement de cent ans de réflexion ». Plus prosaïquement, il précisera que la décision a été prise à l’unanimité tout en ayant conscience que « des gens ne seraient pas d’accord ».
L’ossuaire a-t-il fait depuis l’objet de rénovation ?
En prévision du centenaire de la bataille de Verdun,  une rénovation de l’Ossuaire, est entamée en 2011. Après 3 ans de travaux, le ravalement est achevé. Un chantier important qui a coûté 1.8 million d’euros. Parallèlement, les 14.264 croix blanches en béton des tombes des soldats français de la nécropole nationale ont toutes été remplacées par d’autres en quartz avec du ciment blanc. Le carré musulman a quant à lui été rénové en 2009.
Jérôme ESTRADA et le service documentation
L’Est Républicain