PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le 3 septembre 1939 la France déclare la guerre à l’Allemagne. Joseph Rauch, mon père,  est mobilisé, affecté à la neuvième  batterie du cent septième régiments d’artillerie lourde.
 
Le 10 novembre 1939, décès constaté dans les plaines d’Alsace. Mort pour la France.
Une lettre est adressée à la famille par le lieutenant D… commandant de la batterie avec une petite annotation du service médical, « mort instantanée » le soldat n’a pas souffert, piètre consolation.
L’épouse, par application de la loi du 31 mars 1939 devient officiellement veuve de guerre. Par la même je suis déclaré Orphelin de Guerre, adopté au titre de Pupille de la Nation par décision du tribunal civil de Belfort le 14 décembre 1939.
La belle affaire !
Pour information :
La veuve touche 1200 francs de pension avec un supplément de 5 francs alloués jusqu’à l’année 1954, soit 0,41 % de la pension pour parfaire mon éducation.
Depuis cette date, silence complet, pas de contact avec l’Office National des Anciens Combattants, de même avec l’administration. Pour moi, la galère identique à celle de beaucoup d’entre nous. Adolescence difficile, études courtes, heureusement un bon métier en mains. Ensuite le service militaire, incorporé en France du fait du statut de pupille et de fils unique malgré une préparation militaire de parachutiste.
Démobilisé après 28 mois, je décide de retourner finir mes études, à ma charge bien sûr.
En 2000 et 2004, une décision respectable a, par décret, été mise en place de façon à indemniser certains Orphelins, les enfants de Juifs morts en déportation, les enfants des Harkis et certaines victimes de la barbarie nazie. Ils ont tous été reconnus et ont reçus une indemnité compensatrice, un peu tard peut être mais bien venue après toutes ces années vécues sans aides.
Cela a entraîné  une des plus grandes discriminations de notre République, Mort pour la France est une chose mais il fallait choisir la façon de mourir, en déportation, être fusillé dans certains cas ou avoir servi au coté de nos troupes en Algérie. D’un côté, des orphelins dignes et de l’autre des orphelins indignes ?.
Monsieur Sarkozy, en son temps, par 2 fois a évoqué par courrier  cette discrimination unique dans les annales de notre pays, il a promis d’y  remédier et de mettre fin à cette injustice.
Après cinq années à la Présidence de la République, cette promesse écrite en tant que candidat et confirmée en qualité de Président en 2007 n’a jamais été tenue. De même Monsieur Hollande candidat de l’opposition avait fait la même promesse. Ou en est on actuellement avec le nouveau gouvernement ?
Que faut-il penser de la parole de nos élus ?
Comment peut-on avoir l’impudence de demander aux jeunes générations ce que nos gouvernants ne respectent pas eux-mêmes?
L’Histoire portera un jugement sans appel, celui de la décadence des valeurs qui ont crée la France.
C’est un cri du cœur, que le sacrifice de mon père et celui de tous les pupilles de la nation dont un des parents est « Mort pour la France » ne tombe pas dans l’oubli, et ce quelque soit le conflit.
Elus de toutes origines politiques rejoignez les centaines de députés et sénateurs de toutes tendances qui nous soutiennent et qui ont déposé  des  projets de lois dans la dernière législature (sans aucun résultat).
Aujourd’hui, on nous repousse pour des raisons financières, effectivement les temps sont durs, l’argent semble manquer (quoique)  et nous le regrettons, retraites à la baisse, pour beaucoup d’entre nous le quotidien devient difficile, un petit geste du gouvernement serait le bienvenu Pour enterrer le projet, les gouvernements successifs parlent de sommes astronomiques.
Combien sommes nous, encore vivants ? D’après les chiffres officiels cités par les différents ministres ou secrétaires d’état, nous sommes passés de 375 000 en 2007 à 50 000 ! Chiffres fantaisistes, il n’y a jamais eu de fichier à jour.
C’est encore une vexation. Sommes-nous si peu de chose que personne ne prenne le soin de nous recenser ?
Nous prenons tous de l’âge, notre espérance de vie diminue, c’est certainement un ou le moyen de ne pas mettre en place un décret unique englobant toutes les victimes de guerre.
Liberté, égalité, fraternité, belle devise que celle de notre pays. Mesdames, messieurs les élus, ou se trouve cette égalité  face à cette discrimination.
 
André Rauch
Pupille de la Nation et Orphelin de Guerre