Un Pupille de la Nation, Orphelin de Guerre peut se définir par cette formule :

“Accidenté de la Vie, Patriote et Solidaire”

Qu’est ce qui a bien pu pousser des gens âgés, calmes et discrets à se rebeller ?

Pour une compréhension rapide vous trouverez ci-dessous la lettre commune des associations et fédérations de Pupilles de la Nation adressée en mars 2017 aux candidats à la Présidentielle

M

Clémenceau, en 1917, a voulu et créé le statut de Pupille de la Nation. Un statut unique, égalitaire, apportant la reconnaissance et le soutien de la Nation à des enfants dont la famille avait été brisée par un conflit mondial. Un statut en parfait accord avec notre belle devise nationale :Liberté, Égalité, Fraternité.

Depuis les décrets de 2000 et 2004, cette égalité a été mise en miettes.  Une discrimination insupportable a été introduite entre les Orphelins de Guerre-Pupilles de la Nation. Conscients de cette injustice, nombre d’hommes, appartenant à tout l’éventail politique, s’en sont inquiétés, ont voulu remédier à cette forme de communautarisme.

Citons les plus éminents.

Dès 2006, M. François Hollande, alors Premier secrétaire du PS, écrivait: « cette reconnaissance [de la Nation] doit être étendue pour éviter une nouvelle injustice… L’absence d’un père et d’une mère n’est pas moins douloureuse par la manière dont ils ont perdu la vie ». Quinze mois plus tard, M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, s’engageait à mettre en œuvre « les travaux permettant d’aboutir … [à]  une mesure de réparation pour tous les orphelins de guerre n’ayant pas bénéficié des précédentes mesures». Soutiens, promesses…Rien ne s’est concrétisé.

Candidat à l’élection présidentielle d’avril prochain, vous devez convaincre les Français, parmi eux les Orphelins de Guerre-Pupilles de la Nation. Jusqu’ici dans votre programme, rien n’apparaît concernant nos justes revendications.

Les trois grandes Fédérations de Pupilles de la Nation, unies dans un même combat pour la Justice, souhaitent vous exposer leurs doléances, vous présenter leurs propositions. Nous sollicitons un rendez- vous, avec vous-même ou un de vos plus proches conseillers.

Les Orphelins-Pupilles discriminés ont besoin de la réaffirmationd’une reconnaissance morale qui rétablisse l’égalité entre tous les pupilles, nouvelle reconnaissance assortie d’une compensation financière dont les modalités seront négociables avec le futur Gouvernement.

Des engagements s’imposent dès maintenant, des engagements que vous et votre parti continuerez à soutenir même si  le sort des urnes vous était défavorable. Nos associations et fédérations sont, par essence, apolitiques, mais la liberté d’informer est consubstantielle à la démocratie.

C’est donc sur la base de ces engagements, qui suivront, nous l’espérons, la rencontre avec votre équipe de campagne, que nous informerons nos adhérents, l’ensemble des Orphelins de guerre-Pupilles de la Nation, leurs familles et nos sympathisants.

En attendant votre réponse et le rendez-vous sollicité, avec nos respectueux hommages, nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de notre considération la plus distinguée.

Pourquoi sont-ils  discriminés ?

Parce que les 2 décrets ne prennent en compte que les circonstances de la mort d’un ou des 2 parents, mais jamais les conséquences psychologiques sur la vie des pupilles.

Cliquez pour voir les 2 décrets

Décret n°2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites 

Décret n°2004-751 du 27 juillet 2004 instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins dont les parents ont été victimes d’actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale.

Ils les ont bien soutenus :

33 propositions de loi déposées, aucune de retenue

Un rejet systématique à la limite du dédain, qui commence toujours par :

” Très attaché au devoir …..” et qui se termine par “circulez, il n’y a rien à voir”

Mais que reproche t-on aux Pupilles de la Nation.

  • Que leurs parents aient donné leur vie pour la France, mais pas dans les bonnes circonstances !
  • Qu’ils aient été pris en charge par l’état jusqu’à leur 21 ans, plus de 80% des Pupilles n’ont jamais rien eu, parce qu’il fallait le demander et que personne ne l’a fait. De plus cet argument est fallacieux car les bénéficiaires des décrets ont eu eux-aussi cette possibilité.
  • Qu’ils soient trop nombreux, aucun recensement n’a jamais été fait et même l’ONAC-VG ne sait absolument pas combien ils sont. Pourtant ajouter une case à cocher sur les formulaires de recensement n’aurait pas aggravée la dette nationale.
  • Çà coûterait trop cher, les chiffres de plusieurs milliards d’€ sont cités régulièrement sans aucun fondement!

En se basant sur l’étude du Conseil Général 37, qui est reconnue par l’ONAC-VG puisque citée publiquement dans le cadre du centenaire de la loi de 1917,et en appliquant les tables de mortalité et l’Insee et de l’Ined, les Pupilles de la Nation survivants sont aux environs de 40 000 avec une moyenne d’âge de près de 80 ans!

Pourtant, il existe une solution qui ne coûte rien à l’état et dont la France sortirait grandie.

Cliquez ici  “Parce que”

 

Publié par Henri Paturel Avril 2018