PUPILLE ORPHELIN 23, rue de Bretagne 14000 Caen 06 60 14 53 62 pupille.orphelin@gmail.com

Le 4 janvier 1943 mourait l’aviatrice soviétique Marina Raskova à l’âge de 30 ans, qui est aujourd’hui connue pour s’être illustrée durant la Seconde Guerre mondiale. Née en 1912, elle voulait à l’origine devenir chanteuse comme sa tante et son père mais la mort de ce dernier la poussa à finalement se tourner vers des études de chimie puis à travailler dans une usine de colorant à partir de 1929. Elle se forma ensuite au pilotage et devint la première femme navigatrice de l’aviation soviétique en 1934 puis pilote d’essais en 1937. Elle réalisa son premier exploit dès 1938 en réalisant le record de distance pour un vol féminin en compagnie des aviatrices Polina Osipenko (1907-1939) et Valentina Grizodubova (1909-1993). Elles parcoururent en effet 5 947 km entre Moscou et Komsomolsk-sur-l’Amour – à l’extrême est du pays – pour une durée de 26 heures et 29 minutes, mais ce vol faillit lui être fatal puisqu’elle dut s’éjecter car ne pouvant atterrir et passa dix jours seule dans la neige avant d’être retrouvée. Ces trois aviatrices furent les premières femmes à être décorés du prix de héros de l’Union soviétique et les seules avant la guerre.

Devenu une figure reconnue du régime soviétique et une proche du pouvoir, elle se vit confier la tâche de former des escadrons entièrement constitués de femmes pilotes pour l’Armée rouge après l’attaque de l’Allemagne nazie en 1941. Elle forma au total trois régiments dont le fameux régiment des « sorcières de la nuit » qui fit d’importants dégâts dans l’armée allemande et qui fut le plus décoré de tous les régiments de l’aviation Soviétique. Elle participa également elle-même aux combats sur le front de l’Est et mourut lors de la bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 – 3 février 1943) lorsque son avion heurta une falaise après avoir été pris dans une tempête de neige. Elle eut alors droit à des obsèques nationales et un navire de guerre fut nommé en son nom ainsi que plusieurs rues et places de l’URSS. Marina Raskova faisait partie des 800 000 femmes engagées dans l’Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale.